La Turquie déjoue le complot présumé de l’Iran visant à tuer des Israéliens à Istanbul | Nouvelles

0
135

Les autorités turques ont arrêté des Iraniens soupçonnés d’avoir planifié des attaques contre des touristes et des hommes d’affaires israéliens avec des pistolets et des silencieux.

Le ministre israélien des Affaires étrangères, Yair Lapid, a remercié jeudi la Turquie d’avoir aidé à déjouer un complot iranien visant à nuire aux Israéliens à Istanbul et a déclaré que l’effort était toujours en cours.

Les autorités turques ont arrêté cinq Iraniens soupçonnés d’avoir planifié des attaques contre des Israéliens avant la visite de Lapid, ont rapporté les médias turcs plus tôt dans la journée.

Lapid a averti qu’Israël ne « resterait pas les bras croisés » face aux menaces iraniennes contre ses citoyens.

« La vie de citoyens israéliens a été sauvée ces dernières semaines grâce à la coopération sécuritaire et diplomatique entre Israël et la Turquie. Ces efforts se poursuivent », a déclaré Lapid lors d’une visite en Turquie.

« Nous ne parlons pas seulement du meurtre de touristes israéliens innocents, mais aussi d’une violation manifeste de la souveraineté turque par la terreur iranienne. Nous sommes convaincus que la Turquie sait comment répondre aux Iraniens sur cette question. »

Lapid est arrivé en Turquie jeudi pour des entretiens avec son homologue turc Mevlut Cavusoglu alors que les deux pays poursuivent leurs efforts pour réparer les liens tendus à cause du fort soutien de la Turquie aux Palestiniens.

Le journal Hurriyet a rapporté que les autorités turques ont arrêté mercredi cinq ressortissants iraniens soupçonnés d’être impliqués dans un complot présumé visant à assassiner des citoyens israéliens à Istanbul.

La police a saisi deux pistolets et deux silencieux lors de perquisitions menées dans des maisons et des hôtels où séjournaient les suspects, selon le rapport.

Aucune réponse immédiate de l’Iran n’était disponible.

‘Message délivré’

Plus tôt ce mois-ci, Israël a lancé un avertissement à ses citoyens pour qu’ils évitent de se rendre en Turquie et exhorte les Israéliens en Turquie à partir immédiatement. L’avertissement indiquait que les citoyens israéliens pourraient être la cible d’attaques iraniennes.

« Pour sa part, Israël ne restera pas les bras croisés lorsqu’il y aura des tentatives de nuire à ses citoyens en Israël et dans le monde. Notre objectif immédiat est d’apporter un calme qui nous permettra de changer l’avertissement de voyage en [Turkey]», a déclaré Lapid.

L’avertissement aux voyageurs a provoqué la colère de la Turquie, dont l’économie dépend en grande partie du tourisme. Ankara a répondu en publiant une déclaration disant que la Turquie était un pays sûr.

Debout à côté de Lapid, Cavusoglu a déclaré que la Turquie “ne peut pas permettre que ce genre d’incidents se produise dans notre pays”.

“Nous avons délivré les messages nécessaires”, a-t-il déclaré, sans donner plus de détails.

L’Iran et Israël sont engagés dans une guerre de l’ombre depuis des années, mais les tensions se sont intensifiées à la suite d’une série d’incidents très médiatisés que Téhéran a imputés à Israël.

Téhéran a allégué qu’Israël était responsable du meurtre du colonel Hassan Sayyad Khodaei du Corps des gardiens de la révolution islamique (CGRI) à son domicile de Téhéran le 22 mai.

L’agence de presse privée turque IHA a rapporté que l’Iran avait envoyé des agents déguisés en hommes d’affaires et touristes à Istanbul pour assassiner des Israéliens en représailles au meurtre de Khodaei et à d’autres attaques.

Pendant ce temps, le CGRI a déclaré jeudi qu’il remplaçait son chef du renseignement vétéran sans aucune raison.

Dernier rapprochement

La Turquie, en proie à des difficultés économiques, tente de mettre fin à son isolement international en normalisant ses relations avec plusieurs pays du Moyen-Orient, dont l’Égypte, les Émirats arabes unis et l’Arabie saoudite.

La Turquie et Israël étaient autrefois des alliés proches, mais les relations se sont tendues sous le président Recep Tayyip Erdogan, qui critique vivement la politique d’Israël envers les Palestiniens. L’adhésion de la Turquie au Hamas, le mouvement qui gouverne la bande de Gaza assiégée, a provoqué la colère d’Israël.

Les pays ont retiré leurs ambassadeurs en 2010 après que les forces israéliennes ont pris d’assaut une flottille humanitaire à destination de Gaza, qui est sous blocus israélo-égyptien depuis l’arrivée au pouvoir du Hamas en 2007.

Neuf militants turcs ont été tués. Israël a présenté ses excuses à la Turquie pour les morts dans le cadre d’un accord négocié par les États-Unis, mais les efforts de réconciliation sont au point mort.

La Turquie a rappelé son ambassadeur en 2018 après que les États-Unis ont reconnu Jérusalem comme capitale d’Israël, incitant Israël à réagir en conséquence. Les deux pays n’ont pas reconduit leurs ambassadeurs.

Le dernier rapprochement a été mené par le président israélien, essentiellement cérémoniel, Isaac Herzog, qui a eu plusieurs appels téléphoniques avec Erdogan et s’est rendu en Turquie en mars, devenant le premier dirigeant israélien à le faire en 14 ans.

Le ministre des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu s’est rendu en Israël le mois dernier. Il s’agissait de la première visite officielle en Israël d’un responsable turc en 15 ans.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/23/turkey-foiled-iranian-plot-to-kill-israelis-in-istanbul-fm

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire