La Turquie va lancer une opération « anti-terroriste » en Syrie – Erdogan — RT World News

0
52

Ankara prévoit de “débarrasser” les villes syriennes de Tal Rifat et Manbij des “terroristes”, a déclaré le président Recep Tayyip Erdogan

La Turquie intensifiera ses efforts pour créer ce qu’elle appelle une zone de 30 kilomètres de large “Zone de sécurité” le long de sa frontière sud avec la Syrie, a annoncé mercredi le président du pays, Recep Tayyip Erdogan.

Les forces armées turques doivent lancer une “anti-terroriste” opération, qui ciblera notamment les villes du nord de la Syrie, Tal Rifat et Manbij, a-t-il déclaré lors d’une réunion de son parti Justice et Développement (AK) à Ankara.

Le président n’a pas précisé la date exacte à laquelle l’opération doit commencer. Il n’a pas non plus révélé le nombre de soldats qui devraient y participer.

La Turquie considère les milices kurdes du nord de la Syrie comme une extension du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) – une organisation militante engagée dans un conflit de plusieurs décennies avec la Turquie. Établi en tant que mouvement séparatiste recherchant l’indépendance des Kurdes, il s’est ensuite concentré sur une plus grande autonomie des Kurdes en Turquie. Ankara le considère comme un groupe terroriste, tout comme les États-Unis, l’UE et certains autres pays, comme le Canada et l’Australie.




“Nous entrons dans la nouvelle phase de notre détermination à former une zone de sécurité de 30 kilomètres de profondeur (20 miles) le long de notre frontière sud. Nous débarrasserons Tal Rifaat et Manbij des terroristes, et nous ferons de même pour les autres régions étape par étape », a déclaré Erdogan mercredi.

Le président turc a également accusé Moscou et Washington de ne pas respecter leurs engagements et d’imposer le retrait des milices kurdes des régions syriennes frontalières avec la Turquie. Les développements ont incité Ankara à lancer une opération visant à « protéger la nation » et éliminer ce qu’il considère comme une menace terroriste.

Erdogan a annoncé ses plans pour la première fois la semaine dernière lorsqu’il a déclaré que la Turquie “va bientôt prendre de nouvelles mesures concernant les parties incomplètes du projet que nous avons commencé sur la zone de sécurité de 30 kilomètres de profondeur que nous avons établie le long de notre frontière sud.”

À la mi-avril, la Turquie a également envoyé des troupes en Irak, ciblant les milices kurdes dans les régions du nord de Metina, Zap et Avasin-Basyan dans le cadre de ce qu’elle a appelé l’opération Claw-Lock. Bagdad a condamné l’opération comme une violation de sa souveraineté, mais n’a rien pu faire à ce sujet.


La Turquie explique l'incursion en Irak

Ankara a mené plusieurs opérations militaires contre les Kurdes dans le nord de la Syrie – en 2016, 2018 et 2019.

La Turquie contrôle actuellement des parties des gouvernorats syriens d’Alep, Raqqa et Hasakah, en plus de soutenir les militants à Idlib.

Les milices kurdes de Syrie connues sous le nom d’Unités de protection du peuple (YPG) s’étaient alliées aux États-Unis dans leur lutte contre l’État islamique (IS, anciennement ISIS). En 2019, les forces américaines se sont retirées à la hâte de la région peu avant l’invasion turque. Ils se sont retirés des grandes villes de Raqqa et Manbij, et l’armée syrienne ainsi que la police militaire russe les ont remplacés.

Ni Damas ni Moscou n’ont commenté les développements jusqu’à présent.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire