La victoire électorale des Colombiens Petro et Marquez est sans précédent

0
38

Source photo : Police nationale de Colombie – CC BY-SA 2.0

Un commentaire sur la pluralité d’un million de voix de la coalition du Pacte historique débordait d’enthousiasme : « Le 19 juin restera dans les mémoires [in Colombia] comme un jour du peuple et sera un moment de célébration pour la démocratie… Aujourd’hui était un jour pour changer l’histoire.

Au second tour, l’équipe de Gustavo Petro pour le président et Francia Márquez pour le vice-président a obtenu 50,5 % des voix. Rodolfo Hernández, magnat de la construction et de l’immobilier aux lèvres lâches et de droite, candidat du parti ad hoc de la Ligue des gouverneurs anti-corruption, a obtenu 47,2 %.

Il s’agissait de la troisième campagne présidentielle de Petro, sénateur et ancien guérillero urbain et maire de Bogota, qui a remporté 40,3 % des voix au premier tour le 29 mai. Lui et la vice-présidente élue Francia Marquez prennent leurs fonctions le 7 août.

L’importance historique de cette victoire électorale en Colombie ne peut être surestimée. Aucun véritable gouvernement populaire n’a jamais régné en Colombie. Au XXe siècle, des aspirants présidentiels de premier plan du côté du peuple ont été assassinés. Enfin, l’emprise corrompue et mortelle sur le pouvoir de l’ancien président Alvaro Uribe et de sa protégée Iván Duque, qui quittent maintenant leurs fonctions, est terminée. Et surtout, la victoire du Pacte historique justifie les mobilisations et les manifestations à l’échelle nationale qui, avec une intensité croissante à partir de 2018, ont été menées par des jeunes et des mouvements sociaux.

Savourant leur victoire, les candidats et les électeurs à tous points de vue ont pris un nouvel espoir. Ils comptent sur la fin de la violence meurtrière et de la dépossession qui marquent des décennies d’histoire, ainsi que sur la fin de la marginalisation et de la pauvreté rampante qui diminuent la vie de multitudes de Colombiens.

L’ascension à la vice-présidence colombienne de l’avocate d’ascendance africaine et militante écologiste primée Francia Marquez, d’origine modeste, donne potentiellement de l’espoir aux agriculteurs de subsistance, aux Afro-Colombiens et aux peuples autochtones opprimés de Colombie.

Les vainqueurs du Pacte historique représentent l’espoir d’un monde vigilant de militants solidaires. À cet égard, ils rejoignent désormais les présidents López Obrador du Mexique, Fernández d’Argentine, Ortega du Nicaragua, Castillo du Pérou, Xiomara Castro du Honduras, Arce et Morales de Bolivie et Boric du Chili. À cette constellation de présidents latino-américains de gauche s’ajoute la persistance obstinée du gouvernement progressiste vénézuélien et du socialisme cubain. Le message général est qu’un véritable changement est possible, malgré les interventions américaines et une guerre presque ouverte.

S’adressant aux Colombiens après sa victoire, Petro a déclaré son intention de “faire de la Colombie une puissance mondiale pour la vie”. [which would consist] premièrement de paix, deuxièmement de justice sociale et troisièmement de justice environnementale ».

Soulignant les passages clés des remarques de Petro, l’observateur Ollantay Itzamná identifie des signes encourageants. Il cite les références du président élu à la guerre : « cimetières clandestins », bases aériennes américaines, association de la Colombie avec l’OTAN, paramilitaires et narcotrafic. Réfléchissant à l’appel de Petro pour la justice sociale, Itzamná qualifie les inégalités de la Colombie comme les plus prononcées de la région, à l’exception du Honduras et du Brésil. Il mentionne que 2 % des propriétaires fonciers contrôlent 90 % des terres agricoles utiles de la Colombie.

Petro aurait « le pollueur pour payer ou réparer les dommages causés à la « nature ». Il a appelé à une “transition vers des sources d’énergie propre”.

Les nouvelles ne sont cependant pas toutes bonnes. En matière de justice sociale, Petro a annoncé que « nous allons développer le capitalisme pour sortir la Colombie du féodalisme postmoderne ». Le but de Petro, dit Itzamná, est de « générer et redistribuer la richesse…[But] cet aspect n’est pas clair du tout, car par essence, le capitalisme est accumulation et destructeur de la vie.

Petro en tant que président doit composer avec un Congrès colombien composé des représentants de multiples partis. La délégation sénatoriale du Pacte historique est la plus importante de cette chambre, mais pas de beaucoup et devra trouver des compromis avec d’autres groupes de partis bien représentés. La coalition de Petro n’est que la deuxième force dirigeante à la Chambre des représentants.

L’administration Petro sera confrontée aux structures de pouvoir toujours florissantes en Colombie représentées par de riches intérêts financiers et commerciaux, de grands propriétaires terriens et des narcotrafiquants. Les interventionnistes et les influences obscures des États-Unis ne disparaîtront pas non plus de sitôt, parmi lesquels les fabricants d’armes, les banques qui traitent les gains du trafic de stupéfiants, le Commandement sud des États-Unis, les habitudes américaines de domination régionale et la crainte des capitalistes américains et colombiens d’alternatives politiques centrées sur le peuple.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/21/electoral-victory-of-colombians-petro-and-marquez-is-unprecedented/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire