L’absence de regrets de Merkel illustre les erreurs de la politique russe de l’Allemagne

0
37

La guerre d’anéantissement de la Russie contre l’Ukraine et la rhétorique désordonnée de ses élites soulèvent des questions urgentes sur l’avenir des Européens, de l’alliance transatlantique et de l’ordre mondial.

Pour une cohorte générationnelle de politiciens allemands, dont certains sont à la retraite et d’autres encore au pouvoir, cela soulève également des questions urgentes sur le passé. Que pouvaient-ils savoir, ou du moins prédire ? Quelle effusion de sang auraient-ils pu empêcher ?

En effet, il y a eu une sorte de défilé public de regrets ces derniers temps. Certainement pas du lobbyiste énergétique russe Gerhard Schröder, qui a été chancelier de 1998 à 2005 et est un apologiste impénitent et impénitent de Vladimir Poutine. Mais Frank-Walter Steinmeier, qui est président de l’Allemagne et ancien ministre des Affaires étrangères, a admis des « erreurs » dans ses relations avec la Russie. Il en va de même pour Sigmar Gabriel, son successeur au ministère des Affaires étrangères.

Leur contrition paraît sincère. Néanmoins, on aurait pu souhaiter qu’il soit un peu moins abrégé, surtout compte tenu de la durée et de l’ampleur de leur engagement dans les erreurs qu’ils déplorent désormais.

Steinmeier a été un élément clé de la politique russe naïvement propulsive de l’Allemagne à partir de 1998, lorsqu’il est devenu le meilleur ailier de Schröder à la chancellerie. Quant à Gabriel, qui était ministre des Affaires économiques et de l’Énergie au moment de l’annexion illégale de la Crimée par la Russie, il a vendu les plus grandes installations de stockage de gaz d’Allemagne à Gazprom. après la prise de la péninsule par le Kremlin.

Mais qu’en est-il de l’ancienne chancelière Angela Merkel, arbitre ultime de la stratégie nationale pendant 16 ans entre 2005 et 2021 ? Après avoir passé le relais à son successeur Olaf Scholz en décembre, elle a disparu de la vue du public, faisant des promenades hivernales le long de la mer Baltique et écoutant un livre audio de “Macbeth”. Six mois plus tard – et quatre mois après le début de la guerre – elle est de retour et clairement déterminée à protéger son héritage dans une série de conversations, de discours et d’interviews.

Merkel a quitté ses fonctions de son propre gré, la seule chancelière d’après-guerre à le faire. Elle était populaire dans son pays et elle était admirée dans le monde entier comme l’un des plus grands dirigeants allemands d’après-guerre. Aujourd’hui, l’invasion à grande échelle de l’Ukraine par la Russie le 24 février a jeté une ombre noire sur son mandat.

N’aurait-elle pas dû accorder plus d’attention à la répression de la société civile par Poutine et aux meurtres d’opposants politiques en Russie ? Son empoisonnement de la politique européenne par la désinformation et la corruption ? Son tissage minutieux d’un réseau continental de dépendance vis-à-vis du gaz russe ? Son stationnement de missiles à portée intermédiaire à Kaliningrad ? Ses ambitions impériales de plus en plus évidentes ?

N’aurait-elle pas dû voir un lien entre l’assaut contre la Tchétchénie, avec lequel Poutine a commencé son règne au tournant du millénaire, la guerre avec la Géorgie en 2008 qui a entraîné le démembrement de ce pays aux mains des Russes, l’annexion de la Crimée en 2014, et huit ans de guerre par procuration dans le Donbass avec 14 000 morts ? Mais ceux qui s’attendaient à un examen autocritique de son dossier ont été déçus.

« Je ne vois pas ce que je devrais maintenant avoir à dire, c’était faux. Et je ne m’excuserai donc pas. La traduction anglaise littérale est maladroite, mais Merkelish l’est aussi dans l’original allemand. Le point des remarques de l’ancienne chancelière devant un public de théâtre berlinois était assez clair : elle n’avait rien à regretter.

Merkel a affirmé qu’elle avait toujours vu Poutine : “J’ai toujours su qu’il voulait détruire l’Europe.” Pourtant, elle a insisté – dans une phrase évoquant le Bismarckian Realpolitik – qu’il était important de maintenir « une connexion commerciale » avec « la deuxième plus grande puissance nucléaire du monde ».

Un commentateur a qualifié ses commentaires d’apaisement. Une seconde s’est emparée de sa description de la guerre de Poutine comme « une grande tragédie » comme preuve d’un déterminisme fataliste. D’autres ont suggéré que Merkel avait simplement été “la chancelière parfaite pour un système qui avait atteint ses limites”. Aucune de ces explications n’est complètement à côté de la plaque.

Ce qui compte, cependant, c’est que l’approche caractéristique de Merkel pour résoudre les problèmes – les comprendre pleinement, mais choisir de les gérer plutôt que de les résoudre – était partagée non seulement par ses différents partenaires de la coalition, mais aussi par le monde des affaires allemand et par les électeurs. Cela s’inscrit dans une longue tradition d’après-guerre selon laquelle les dirigeants allemands définissent les choix stratégiques comme des contraintes stratégiques, évitant ainsi l’apparence d’agence ou de responsabilité.

En tant que recette pour lutter contre une Russie totalitaire déchaînée – et avec un avenir de bouleversements et de perturbations permanents – ce n’est pas seulement futile mais imprudent.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire