L’accélération de la production de pétrole de l’OPEP Plus est pâle par rapport à la perte de production due aux sanctions américaines

0
156

Source photo : Beatrice Murch – CC BY 2.0

L’économie mondiale a subi plusieurs chocs depuis le début de la pandémie de coronavirus. Il s’agit notamment des contraintes d’approvisionnement persistantes dues aux retombées de la pandémie ainsi que celles de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, qui ont toutes deux accru la pression sur les prix dans le monde. En plus de cela, la spéculation sur les marchés des matières premières a entraîné une hausse significative des prix du pétrole, et donc des prix plus élevés à la pompe et pour de nombreux biens et services.

La hausse des prix de l’énergie est un problème politique important pour le président américain Joe Biden et de nombreux autres dirigeants mondiaux, qui font face à des grèves et à des manifestations. L’une des façons dont les dirigeants mondiaux pourraient chercher à faire baisser les prix est de travailler à augmenter l’offre mondiale de pétrole. Biden a en particulier une opportunité importante entre ses mains pour stimuler la production mondiale en rompant avec les campagnes ratées de «pression maximale» de Trump et en mettant fin aux sanctions unilatérales – et probablement illégales – contre l’Iran et le Venezuela. Ces augmentations potentielles de la production de pétrole s’élèvent à environ 2,6 millions de barils supplémentaires par jour, ce qui éclipse les augmentations que Biden est susceptible d’obtenir directement de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), le cartel qui coordonne la production de pétrole dans de nombreux pays.

Pour montrer les avantages potentiels de l’abandon des politiques ratées de l’administration Trump envers le Venezuela et l’Iran, il est utile de comparer leur production potentielle de pétrole à celle de l’OPEP Plus, un groupe élargi et peu organisé de pays producteurs de pétrole. Biden, ainsi que d’autres dirigeants mondiaux, ont fait pression sur l’OPEP Plus pour augmenter la production. Une annonce récente du groupe comprenait un accord pour accélérer les augmentations prévues de la production de pétrole pour juillet et août. Pour ces mois, l’augmentation de la production totale sera désormais de 648 000 barils par jour, mais cela ne représente pas un nouvel engagement à augmenter l’offre totale. Au contraire, les augmentations prévues sur trois mois ont été condensées en deux mois, ce qui signifie que les niveaux de production en juillet et août seront supérieurs d’environ 200 000 barils à ce qu’ils auraient été. L’augmentation représente 0,4 % de la demande mondiale pour ces mois.

Bien que l’administration Biden ait salué l’annonce, elle a pris soin d’attribuer officiellement la nécessité de l’augmentation aux raisons que l’OPEP Plus elle-même a citées – “la réouverture des blocages dans les principaux centres économiques mondiaux” – et non à la pression diplomatique américaine récente et étendue sur l’OPEP Plus pour augmenter l’offre, y compris une visite prévue en Arabie saoudite par le président Biden. Les États-Unis ont néanmoins insisté sur le fait qu’ils “continueront à utiliser tous les outils [its] élimination » pour augmenter la production et faire baisser les prix de l’essence. Les rapports sur l’annonce, quant à eux, ont directement attribué la décision de l’OPEP Plus à la pression de l’administration Biden et d’autres gouvernements, bien que la discussion de l’augmentation parmi les membres de l’OPEP Plus n’ait pris que 11 minutes, ce qui suggère que le cartel ne considérait pas le changement comme significatif.

Si l’administration Biden donne effectivement la priorité à la baisse des prix de l’essence, un “outil” dont elle dispose est sa propre politique envers l’Iran et le Venezuela. À ce jour, l’administration Biden n’a pas rompu de manière significative avec les campagnes de «pression maximale» de Trump sur l’un ou l’autre pays. Comme de nombreux autres régimes de sanctions, ces campagnes n’ont pas atteint leurs objectifs politiques déclarés et sont largement considérées comme des échecs par les experts. La stratégie de Trump a également provoqué une forte réaction de la communauté internationale. Les sanctions contre le Venezuela sont combattues par de nombreux autres gouvernements d’Amérique latine et des Caraïbes ainsi que par des mouvements d’opposition au Venezuela même ; le retrait du soi-disant « Iran Deal » par l’administration Trump en mai 2018 a été considéré comme catastrophique par de nombreux alliés américains en Europe.

Ce que les campagnes de pression maximale de Trump ont réalisé, ce sont des baisses précipitées de la production de pétrole dans les deux pays, comme on peut le voir dans les données de janvier 2017 à aujourd’hui. Tout au long de 2017, la production pétrolière iranienne a été relativement stable, culminant à 3 835 000 barils par jour en septembre. Il a commencé à chuter de manière significative après le retrait de l’administration Trump de l’accord avec l’Iran, atteignant un creux de 1 930 000 barils par jour en juillet 2020, lorsque les prix du pétrole ont fortement chuté pendant la pandémie. La production s’est quelque peu redressée, les données les plus récentes montrant une production de 2 544 000 barils par jour, soit environ 66 % du pic de 2017.

La production du Venezuela a chuté progressivement d’un sommet de 2 007 000 barils par jour en janvier 2017 jusqu’en 2019, principalement en raison des effets des sanctions américaines en août 2017 et de la baisse des prix du pétrole. La décision de Trump fin janvier 2019 d’augmenter les sanctions contre le Venezuela et de ne plus reconnaître le gouvernement élu de Nicolás Maduro a entraîné une forte baisse de la production, aggravée par des sanctions secondaires en février 2020. La production a atteint un creux de 337 000 barils. par jour en juin 2020, pendant la pandémie. Depuis lors, les niveaux ont augmenté pour atteindre 717 000 barils par jour, soit environ 36 % seulement de ce qu’ils étaient en janvier 2017.

L’Iran et le Venezuela produisant tous deux bien en deçà de leur potentiel récent, un changement de politique américaine entraînerait probablement des augmentations significatives de l’offre mondiale de pétrole. À moyen terme, cela se traduirait probablement par une plus rapide revenir à des prix de l’essence plus bas aux États-Unis, peut-être dans un délai de 12 à 24 mois. Le pétrole vénézuélien en particulier présente des avantages logistiques pour les États-Unis : géographiquement, il est relativement proche du continent américain et certaines raffineries américaines sont conçues pour traiter le brut lourd du Venezuela. Si le président Biden avait abandonné la stratégie de pression maximale ratée de Trump en mai 2021, lorsque les prix moyens de l’essence aux États-Unis avaient dépassé 3,00 $ le gallon, il est possible que les Américains voient des prix de l’essence plus bas à la pompe.

Il est instructif de comparer l’accélération de l’augmentation de l’offre de l’OPEP Plus aux augmentations qui auraient pu résulter d’un retour aux niveaux de production d’avant la «pression maximale» en Iran et au Venezuela. Des changements dans les politiques américaines envers ces pays pourraient entraîner une augmentation du double de celle annoncée par l’OPEP Plus pour juillet et août – près de 2 600 000 barils par jour, contre 1 300 000. L’augmentation de la production du Venezuela et de l’Iran est également nettement supérieure à la baisse de la production pétrolière russe depuis l’invasion de l’Ukraine, qui équivaut à une perte d’environ 850 000 barils par jour.

Il s’agit certes d’une simple comparaison. Le Venezuela et l’Iran devraient probablement négocier des augmentations de production avec l’OPEP, dont les deux pays sont membres, après avoir atteint un certain niveau de production (ils sont actuellement exemptés de quotas). Deux facteurs suggèrent qu’une augmentation de la production de pétrole de l’un ou l’autre pays serait la bienvenue à court et à moyen terme : premièrement, il n’est pas clair si l’OPEP Plus sera en mesure d’atteindre ne serait-ce que la récente augmentation de la production, certains analystes prédisant seulement la moitié du augmentation en juillet et août respectée; et deuxièmement, les gouvernements, y compris les États-Unis, semblent considérer comme possible une augmentation de la production du Venezuela et de l’Iran dans ce laps de temps.

Et tandis que les États-Unis ont dû faire pression sur les membres de l’OPEP (en particulier l’Arabie saoudite) pour l’augmentation de l’offre de l’OPEP Plus, ils contrôlent leurs propres politiques envers l’Iran et le Venezuela. (En outre, l’OPEP Plus inclut la Russie, qui doit accepter toute augmentation. Il est peu probable que la Russie partage les inquiétudes du président Biden concernant les prix élevés de l’énergie aux États-Unis.) Bien que le président Biden semble avoir envisagé un rapprochement avec l’Iran et le Venezuela, ces efforts n’ont pas encore abouti à des écarts significatifs par rapport au livre de jeu de Trump (bien qu’il y ait eu quelques petits développements positifs). Un effort concerté pour s’éloigner de la stratégie de «pression maximale» de Trump pourrait apporter des avantages politiques importants à Biden sous la forme d’une baisse des prix du gaz et des biens et services plus largement, et laisser plus d’espace pour gérer les prix du gaz d’une manière compatible avec une politique climatique agressive. Ce sont les types d’ajustements politiques que l’administration Biden devrait adopter, surtout si elle n’est pas disposée à résoudre de manière significative les problèmes de chaîne d’approvisionnement liés à la pandémie ou à rechercher une solution diplomatique à la guerre en Ukraine – deux facteurs majeurs de la flambée des prix des denrées alimentaires et de l’énergie .

Plus important encore, en plus de causer des dommages économiques importants à l’Iran, au Venezuela et maintenant aux États-Unis eux-mêmes, les politiques de Trump que Biden choisit d’appliquer ont probablement entraîné la mort de dizaines de milliers de civils – et une misère indicible. C’est une catastrophe, et les sanctions unilatérales sont illégales au regard du droit international, car elles équivalent à une punition collective. Il est temps de réinitialiser.

Cette chronique est apparue pour la première fois sur le CEPR.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/29/opec-pluss-accelerated-oil-production-pales-in-comparison-to-lost-output-from-us-sanctions/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire