L’accord de l’UE avec Israël et l’Égypte est-il une issue au gaz russe ? | Guerre russo-ukrainienne

0
59

Lorsque la chef de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a signé un accord pour expédier du gaz d’Israël via l’Égypte vers l’Union européenne, elle voulait clairement que cela soit considéré comme une grande réussite.

Lors de la cérémonie, qui s’est tenue mercredi dans un hôtel cinq étoiles du Caire, von der Leyen a salué l’accord comme une “étape historique” loin de l’énergie russe et vers une “transition verte”.

“Nous réaffirmons notre engagement et notre détermination communs à accélérer la transition énergétique juste et à développer une économie économe en ressources, socialement juste, à faibles émissions et neutre pour le climat”, a-t-elle déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec le président égyptien Abdel Fattah el-Sisi.

Le protocole d’accord concernant l’acheminement du gaz naturel via l’Égypte, où le gaz sera liquéfié avant d’être acheminé vers l’Europe, mettrait « fin à [the bloc’s] dépendance aux combustibles fossiles russes » alors qu’elle cherche à prendre ses distances après l’invasion de l’Ukraine, selon von der Leyen.

Cependant, ses paroles ont été accueillies avec scepticisme par les organisations qui surveillent la politique énergétique de l’UE et la transition vers l’énergie verte. Ils affirment que l’accord ne fera pas grand-chose pour accorder l’indépendance vis-à-vis des gouvernements problématiques ou pour promouvoir une transition énergétique écologiquement et socialement rationnelle.

Rompre avec la dépendance russe

Bruxelles a cherché à diversifier ses approvisionnements énergétiques après avoir importé environ 40% de son gaz de Moscou l’année dernière. Les entreprises russes ont interrompu l’approvisionnement de plusieurs pays «inamicaux» qui ont refusé d’accepter le système de paiement roubles contre gaz de Moscou, poussant les États de l’UE à chercher des alternatives.

Lors d’une visite en Israël mardi, von der Leyen a déclaré que “la tentative de la Russie de nous faire chanter par le biais de l’énergie” avait conduit l’UE à se tourner vers des “fournisseurs dignes de confiance”.

“Je suis très reconnaissante (…) que vous soyez disposé à augmenter les livraisons de gaz à l’Union européenne via l’Egypte”, a-t-elle déclaré, s’adressant au Premier ministre Naftali Bennett.

Cependant, tout le monde n’est pas d’accord avec le processus de réflexion de l’UE sur l’accord.

“L’Union européenne est en train de passer d’un régime répressif à deux autres”, a déclaré Pascoe Sabido, chercheur et militant au Corporate Europe Observatory, à Al Jazeera. “C’est mettre la priorité de l’approvisionnement en gaz sur les droits de l’homme.”

Le Caire et Tel-Aviv sont accusés de graves violations des droits humains et de crimes de guerre.

Le président égyptien el-Sissi s’est attiré les critiques des pays occidentaux pour avoir poursuivi des militants, des journalistes et des opposants politiques présumés en vertu des lois de « lutte contre le terrorisme ». L’armée israélienne est accusée de violations des droits de l’homme depuis des décennies, notamment d’agressions militaires contre la bande de Gaza bloquée, de l’occupation illégale continue de Jérusalem-Est et de la Cisjordanie et du récent meurtre de la journaliste d’Al Jazeera Shireen Abu Akleh.

Selon Sabido, les exportations de gaz donneront aux deux gouvernements un plus grand poids politique et une marge de manœuvre pour « blanchir les violations des droits de l’homme ».

“L’argent [from gas] va être dépensé pour augmenter la militarisation, augmenter les colonies… Alors que l’UE pourrait prétendre s’éloigner de la Russie, elle le fait aux dépens des Palestiniens », a déclaré Sabido.

Une augmentation des exportations de gaz d’Israël vers l’Europe obligera également Tel-Aviv à explorer ses gisements de gaz naturel pour trouver des quantités de gaz commercialement viables. Le 30 mai, Karine Elharrar, la ministre israélienne de l’Énergie, a tweeté qu’Israël s’engageait « dans des efforts pour aider l’Europe » en « se lançant dans la quatrième exploration israélienne de gaz naturel ».

La poussée du gaz pourrait encore aggraver le différend entre Israël et le Liban sur une zone maritime contestée d’environ 850 kilomètres carrés (328 miles carrés).

Israël a installé une plate-forme gazière sur le champ de Karish, qui, selon Tel-Aviv, fait partie de sa zone économique exclusive reconnue par les Nations Unies, tandis que Beyrouth affirme qu’il se trouve dans une zone contestée.

Transition verte

Au Caire, von der Leyen a déclaré que le protocole d’accord exploitait “tout le potentiel des relations UE-Égypte, en plaçant la transition vers une énergie propre et la lutte contre le changement climatique au cœur de notre partenariat”.

“La coopération mettra un accent particulier sur les sources d’énergie renouvelables, l’hydrogène et l’efficacité énergétique”, a-t-elle déclaré aux journalistes.

L’accord reconnaît que le gaz naturel jouera un rôle central sur le marché de l’énergie de l’UE jusqu’en 2030. Par la suite, l’utilisation du gaz naturel devrait diminuer conformément à son engagement à devenir une économie à zéro émission d’ici 2050.

Des organisations telles que Friends of the Earth et Food & Water Action Europe ont mis en garde contre le fait de laisser les problèmes d’approvisionnement énergétique à court terme enfermer l’Europe dans des accords à plus long terme et coûteux qui mettent des années à devenir opérationnels.

“Nous sommes très préoccupés par tout plan gazier qui verrouille l’UE sur la dépendance aux combustibles fossiles pour les années à venir, et c’est ce que cet accord fait réellement”, a déclaré Frida Kieninger, directrice des affaires européennes chez Food & Water Action Europe. Al Jazeera.

Le mémorandum mentionne le gazoduc EastMed – un projet complexe dont le coût est estimé à 5,2 milliards d’euros (5,4 milliards de dollars) ainsi que les coûts de maintenance annuels – comme l’une des options pour acheminer le gaz vers l’Europe. Mais plus tôt cette année, les États-Unis ont retiré leur soutien au pipeline prévu de 1 900 km (1 181 milles) après avoir déclaré que le projet prendrait trop de temps à construire et serait trop coûteux pour être viable.

L’affirmation de Von der Leyen selon laquelle le gazoduc « espère qu’un jour [be a] pipeline prêt pour l’hydrogène » va à l’encontre de l’opinion d’experts qui considère la transformation d’un terminal d’importation de GNL en un terminal de réception d’hydrogène comme une tâche presque impossible, selon les rapports de Food & Water Action Europe.

L’organisation basée à Bruxelles a également constaté que la “machine à battage médiatique de l’hydrogène” battait son plein, l’UE présentant cette solution comme “une solution miracle” alors qu’elle produit à la place des émissions importantes.

Une analyse de plus de 200 documents obtenus grâce aux règles de liberté d’information par l’organisation a mis en évidence une campagne de lobbying concertée de l’industrie du gaz pour convaincre l’UE d’adopter l’hydrogène comme “carburant propre” du futur.

Cela a permis d’obtenir un soutien politique, financier et réglementaire pour une économie basée sur l’hydrogène, a constaté l’organisation.

Food & Water Action Europe a déclaré qu’il considérait le mémorandum comme un autre signe que l’UE a mis l’industrie du gaz aux commandes.

“La [agreement] fera très peu pour réduire la dépendance au gaz russe à court terme », a déclaré Kieninger. “[It] ne livrera pas dès le départ et ne fera rien ou très peu pour réduire la dépendance au gaz russe, tout en arrêtant le développement de solutions réelles.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/16/is-the-eu-deal-with-israel-egypt-a-way-out-from-russian-gas

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire