L’acquisition de l’avion de chasse F-35 de Justin Trudeau est un cirque misérable

0
47

Après des années d’opposition à l’achat des avions de chasse F-35 Lightning II de Lockheed Martin, le gouvernement libéral du Canada a annoncé son intention d’entamer des négociations pour acheter quatre-vingt-huit appareils pour remplacer la flotte de CF-18 du pays. La volte-face survient douze ans après que le gouvernement conservateur de l’ancien premier ministre Stephen Harper a entrepris, en principe, un contrat à fournisseur unique pour acheter soixante-cinq des combattants. La décision intervient deux décennies et demie après que le Canada a rejoint le programme de développement du F-35 Joint Strike Fighter. Cette décision a suscité des critiques de toutes parts en tant qu’étude de cas sur le gaspillage, l’incohérence, le tour de passe-passe et l’orthodoxie de la défense.

Les libéraux ont soit menti au sujet de l’achat des jets, soit rompu leur promesse de ne pas les acheter. Que vous vous opposiez ou souteniez leur achat, Justin Trudeau a été élu en 2015 sur la promesse expresse de se retirer des F-35 et de participer à « un concours ouvert et transparent ». En cours de route, il y a eu des signes indiquant que la promesse était toujours vide, comme la volte-face sur l’engagement de se retirer du programme F-35 Joint Strike Fighter. Néanmoins, comme l’écrit Mitch Heimpel dans sa « brève histoire de notre débâcle F-35 », la plate-forme libérale a déclaré : « Nous n’achèterons pas le chasseur-bombardier furtif F-35 ».

Après leur victoire électorale de 2015, les libéraux ont temporisé, acheté des jets d’occasion douteux en Australie et ont recommencé le processus d’approvisionnement avant de revenir là où ils avaient commencé – un voyage de A à B, puis de nouveau à A. Sauf que le retour à leur position de départ a été marqué par des amendements permettant de dépenser plus d’argent – un montant estimé mais sûr à 19 milliards de dollars canadiens – et, en cours de route, d’acheter plus de jets que les conservateurs n’avaient prévu de le faire.

Il est facile de rejeter le renversement de politique comme un autre exemple du coût de la politique électorale, comme de renoncer à la promesse d’une réforme électorale lorsqu’il devient évident que vous n’obtiendrez pas votre système préféré. La ministre des Achats, Filomena Tassi, a qualifié le revirement de simple bonne gouvernance. Elle a noté: “Il y a une différence entre spéculer et dire dans un contrat à fournisseur unique:” Nous pensons que ce soumissionnaire va nous proposer la meilleure offre possible “et suivre réellement le processus.” C’est peut-être vrai, mais cela ne fait rien pour éliminer le blâme qui peut être imputé aux libéraux pour avoir induit les Canadiens en erreur en 2015 et formé le gouvernement sous de faux prétextes.

Toute l’affaire est une histoire de passe-passe et de pirouette. Le pays allait toujours acheter un avion de chasse ou un autre, même si, à la manière typique de la coterie ministérielle canadienne, l’achat était précédé de dissimulations et de revirements politiques. Si l’on accepte que les dépenses militaires en avions de chasse soient nécessaires, alors la seule solution est d’acheter des avions, en toute hâte. La flotte de CF-18 du Canada est plus ancienne que le film Pistolet supérieur.

Il est difficile d’ignorer le fait que l’argent était déjà budgétisé et que les F-35 étaient un précurseur avec des avantages. Le Canada fait partie du programme de développement du F-35, et les chasseurs répondent aux exigences d’interopérabilité liées aux engagements de l’OTAN et du Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD). Le jet de Lockheed Martin était le modèle préféré du ministère de la Défense nationale. De plus, comme le notent deux spécialistes de la sécurité dans une entrevue avec Aaron Mehta, l’entreprise a le mérite de ne pas avoir lancé de contestation commerciale contre le constructeur québécois d’avions à réaction Bombardier, comme l’a fait Boeing, un concurrent dans la récente course aux marchés publics.

Les libéraux semblent avoir poursuivi le processus d’approvisionnement en supposant que l’achat de l’avion à réaction était couru d’avance. Il y a eu peu ou pas de débat sur l’opportunité d’acheter les jets ou sur les coûts et les coûts d’opportunité des dépenses de défense. En effet, en 2015, l’opposition de Trudeau aux F-35 et à leur prix élevé était enracinée dans une promesse de dépenser les économies pour la Marine. Même avant l’invasion de l’Ukraine par la Russie et les efforts de l’Occident pour renforcer le renforcement militaire – y compris l’engagement de 100 milliards d’euros de l’Allemagne – le Canada était sous pression pour augmenter ses dépenses de défense afin de respecter la ligne directrice de l’OTAN de 2 % du PIB, contre 1,39 % actuellement.

Les politiciens au Canada n’ont pas repoussé les nouvelles dépenses militaires. Les néo-démocrates qualifient l’objectif de l’OTAN d’« arbitraire », mais ils appuient de nouveaux fonds pour la défense, surtout si ces fonds produisent de bons emplois industriels. Le directeur parlementaire du budget estime que l’atteinte de l’objectif de l’OTAN coûterait au Canada de 20 à 25 milliards de dollars de plus par année. En 2021, une lettre ouverte signée, entre autres, par Neil Young, Naomi Klein, Noam Chomsky, Sarah Harmer et David Suzuki a appelé Trudeau à abandonner l’achat d’avions et à se concentrer sur d’autres priorités, notamment « les soins de santé, l’éducation, le logement et la propreté ». l’eau.” La lettre et le mouvement derrière elle n’ont pas réussi à déplacer l’aiguille.

Lorsqu’il s’agit de dépenses militaires, les politiciens de la punditocratie et de la défense n’ont pas tendance à demander : « Comment allez-vous payer pour cela ? Cependant, l’économiste de l’Université de Calgary, Trevor Tombe, a présenté certaines options avant le budget fédéral au début d’avril. Il existe des façons de payer, mais Tombe nous rappelle qu’il y a des coûts et des compromis. Un récent accord signé par les libéraux au pouvoir et les néo-démocrates de l’opposition promet un mouvement sur les soins dentaires et la couverture des médicaments sur ordonnance, des programmes dont les détails n’ont pas encore été entièrement déterminés. Si vous achetez le cadre de la rareté, comme le font la plupart des politiciens et des électeurs – même si les dépenses déficitaires sont maintenues dans une fourchette acceptable de dette par rapport au PIB – alors il n’y a pas beaucoup d’argent à dépenser.

Alors que le pays se tourne vers les dépenses de récupération en cas de pandémie, la programmation de l’État-providence, la croissance des coûts des soins de santé, l’adaptation et l’atténuation du changement climatique, etc., la menace que les dépenses de défense diminuent ou diminuent les dépenses sociales est réelle. C’est doublement le cas à la lumière de la loi universelle selon laquelle les dépenses de défense tendent vers le cafouillage, y compris avec le F-35, comme l’Australie l’a appris.

Comme l’a écrit TS Eliot dans son poème “Little Gidding”, “Nous ne cesserons pas d’explorer / Et la fin de toutes nos explorations / Sera d’arriver là où nous avons commencé / Et connaître l’endroit pour la première fois.” Il aurait tout aussi bien pu écrire sur le processus d’approvisionnement militaire du Canada, si ce n’est que nous semblons ne jamais savoir d’où nous sommes partis pour répéter notre erreur récurrente. Au lieu de cela, nous acceptons l’orthodoxie des dépenses de notre classe politique, les regardons répéter les mêmes erreurs et n’apprenons rien.

Alors que nous somnambulons dans une répétition des folies géopolitiques du siècle dernier, la débâcle du F-35 nous rappelle que les bévues prévisibles et évitables de nos politiciens ne sont pas inévitables. Les volte-face politiques ont des conséquences, tout comme les décisions de dépenses et les compromis qu’elles impliquent. Il appartient toujours aux Canadiens – et non à la classe politique, aux lobbyistes ou aux alliés étrangers – de décider quelles sont leurs priorités et dans quel type de pays ils souhaitent vivre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire