L’addiction tenace au charbon en Chine – CounterPunch.org

0
59

Image par veeterzy.

L’affaire de la Terre Mère avec le charbon remonte à l’époque où les forêts marécageuses prédominaient sur la planète il y a 360 à 299 millions d’années pendant la période carbonifère de la fin de l’ère paléozoïque. Au cours de millions d’années, la matière végétale morte submergée dans les anciens marécages s’est transformée sous l’effet des forces géologiques de la chaleur et de la pression en tourbe humide à faible teneur en carbone, et sur beaucoup plus de temps, voilà ! Il s’est transformé en charbon noir de jais.

Il a fallu des millions d’années pour compresser le charbon en une roche carbonée qui prend environ 16 heures à brûler dans un poêle ou un four.

La chaleur résultante causée par la combustion d’un morceau de charbon est ressentie dans l’atmosphère dans les 95 jours, qui est le temps qu’il faut pour que ses émissions de carbone emprisonnent suffisamment de chaleur dans l’atmosphère pour égaler la quantité de chaleur générée lors de la combustion du morceau pendant 16 heures dans un four. Mais cela ne s’arrête pas là, comme cela sera expliqué plus en détail.

Selon l’éminent spécialiste de l’atmosphère Ken Caldeira de la Carnegie Institution for Science : « Si une centrale électrique brûle en continu, dans les 3 à 5 mois, selon le type de centrale électrique, le CO2 de la centrale fait plus pour chauffer la Terre que les feux de sa chaudière… CO2 s’accumule, donc d’ici la fin de l’année, les gaz à effet de serre chaufferont la Terre beaucoup plus que les émissions directes de la centrale électrique. (Source : Réchauffement causé par les gaz à effet de serre ressenti en quelques mois seulement, Carnegie Science, 2 juin 2015 via Geophysical Research Letters)

Ainsi et par conséquent, la civilisation est alimentée ou dynamisée au moyen d’un petit fil dans le temps géologique. Seize heures ne sont qu’un clin d’œil dans le contexte de millions d’années, ce qui aide à expliquer l’équation du charbon : des millions (1 000 000) d’années de création transformées par seize (16) heures de combustion = des centaines (100) d’années de surchauffe de la planète.

Tout cela rend la transformation de 16 heures en poussière et en vapeur très, très insignifiante. Mais il se trouve que c’est la partie la plus importante de l’équation, car seize heures changent le cours des siècles, avant comme après.

Métaphoriquement, seize heures de combustion du charbon sont un mécanisme de déclenchement pour le plus gros pistolet de l’histoire humaine, Bang ! Des millions d’années d’énergie refoulée sont libérées en quelques heures. Bienvenue à l’avènement du réchauffement climatique. Il est évident que le charbon est une ressource non renouvelable. Une fois brûlé, il est essentiellement parti sous forme de CO2 dans l’atmosphère en tant que couverture qui chauffe la planète pendant très longtemps.

Les émissions de gaz à effet de serre provenant de la combustion du charbon ne sont qu’une partie du processus de réchauffement climatique. Une nouvelle étude montre que mine de charbon, contrairement à la combustion du charbon, libère également des émissions de méthane (CH4) qui, en fait, dépassent l’équivalent CO2 de plus de 1 100 centrales électriques au charbon rien qu’en Chine. Et c’est avant même que la combustion du charbon n’ait lieu. De plus, la Chine mine de charbon émissions de méthane sont 10xs le reste du monde combiné. (Source : Global Energy Monitor : Global Coal Mine Tracker, mars 2022)

De plus, l’histoire d’amour tenace de la Chine avec le charbon est à nouveau en hausse. Les développements commerciaux, industriels et énergétiques sont beaucoup plus importants pour le CPC que les ramifications difficiles de l’équation du charbon.

Dans le monde : “L’extraction du charbon émet 52 millions de tonnes métriques de méthane par an, plus que ce qui est émis soit par le secteur pétrolier, qui émet 39 millions de tonnes, soit par l’industrie gazière, qui émet 45 millions de tonnes.” (Source : Ryan Driskell Tate, Bigger Than Oil or Gas? Sizing Up Coal Mine Methane, Global Energy Monitor, mars 2022).

« Un boom des nouvelles mines de charbon et des agrandissements de mines mis en service en Chine depuis la mi-2021 menace d’augmenter les émissions mondiales de méthane d’au moins 10 %… Cette explosion est en contradiction avec les promesses de la Chine de réduire les émissions de méthane pendant le reste de la décennie. En réponse à une «crise énergétique» intérieure aiguë à la fin de l’année dernière, la Chine a mis en service une nouvelle capacité minière qui a libéré environ 2,5 millions de tonnes (Mt) de nouvelles émissions de méthane provenant des mines de charbon en quelques mois. (Source : Ryan Driskell Tate, et al, Pourquoi le boom des mines de charbon en Chine compromet les objectifs à court termeGlobal Energy Monitor, mai 2022)

Le Global Energy Monitor poursuit en expliquant que l’expansion du charbon en Chine est clairement en contradiction avec les promesses d’éliminer progressivement le charbon d’ici le milieu des années 2020. Sur la base des plans actuels, il n’y a aucun moyen pour la Chine de respecter ses engagements envers la communauté mondiale. Ils continueront à brûler et à émettre de la fumée noire remplie d’oxydes d’azote, de dioxyde de soufre, de particules et de mercure avec du CO2.

« La montée en flèche de la nouvelle production de charbon pour répondre aux pénuries d’électricité a fait grimper la capacité minière de la Chine à 464 Mt, avec une production réelle en hausse d’au moins 270 millions de tonnes, soit plus que la production annuelle de l’Afrique du Sud (246 Mt), le septième plus grand producteur de charbon au monde… En plus de l’augmentation de la capacité de nouvelles mines de charbon l’année dernière, la Chine a 559 Mtpa de nouvelles propositions de mines de charbon en cours de développement, ce qui équivaut à la production de l’Indonésie (564 Mtpa), le troisième plus grand producteur de charbon au monde », Ibid.

Des données pertinentes sur le charbon par le travail incomparablement magistral de Radio Ecoshock d’Alex Smith intitulé Futur noir comme charbon d/d le 15 juin 2022 met en évidence des données cruciales sur l’extraction du charbon en Chine et dans le monde, à savoir : (1) Les mines de charbon ne cessent jamais d’émettre du méthane, même lorsqu’elles sont fermées ou abandonnées (2) Une analyse de 2019 par Carbon Brief a découvert le troublant fait que les mines de charbon émettent plus de méthane que l’industrie pétrolière et gazière (3) L’ONU et les principales institutions en harmonie avec l’ONU font publiquement d’importantes hypothèses sur le changement climatique avec des chiffres gravement sous-estimés.

“Selon Carbon Brief, le vrai méthane issu des combustibles fossiles pourrait être de 20% à 40% plus élevé que ce qu’on nous a dit.” (Rapport Tate) C’est un désastre aveugle en devenir. Mais cela aide à expliquer comment et pourquoi les écosystèmes du monde entier crachent du sang.

Plus inquiétant encore, si tous les nouveaux projets miniers en cours de développement entrent en exploitation, les émissions mondiales de méthane provenant de l’extraction du charbon pourraient augmenter jusqu’à +21,6 %. (Références radio Ecoshock)

En fait, l’article de Radio Ecoshock contient un graphique très inquiétant des émissions mondiales de méthane pendant la période de juin 1985 à février 2022. À partir de 2018-19, il devient soudainement presque vertical ou parabolique. Cela pourrait être un gros problème sur toute la ligne qui devrait secouer la cage de tous les utilisateurs de charbon et d’autres combustibles fossiles et très certainement des manifestants anti-charbon. Mais, ces cages sont blindées.

Pendant ce temps, la Chine sape les objectifs de Paris ’15 comme si personne n’avait jamais accepté de ralentir les émissions de carbone. Mais, presque tous les pays du monde, y compris la Chine, ont accepté de réduire les émissions pour, espérons-le, maintenir les températures mondiales en dessous de 1,5 ° C à 2 ° C, préindustrielles. “Espérons-le” est le bon adverbe, et il devrait être en caractères gras parce que “l’espoir” peut être tout ce que nous avons à ce stade d’un climat de plus en plus virulent.

Décidément, dans une large mesure, à cause de la Chine, les émissions de méthane sont bien pires et plus répandues que prévu et probablement pas correctement prises en compte dans les calculs du GIEC, ce qui est quelque peu comparable à la conduite les yeux bandés sur un col de montagne.

Pourtant, il est certain que la Chine passera aux énergies renouvelables en mode panique une fois que ses principaux ports maritimes commenceront à être régulièrement inondés. Mais, quand est-il trop tard pour faire quelque chose, ou quoi que ce soit du tout ?

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/24/chinas-stubborn-coal-addiction/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire