L’adhésion au syndicat est toujours en baisse

0
259

L’adhésion syndicale a chuté de près de 2 % en 2021, l’emploi ayant augmenté de plus de 3 %. Cela a fait chuter la densité syndicale – la part de la main-d’œuvre appartenant à des syndicats – de 10,8% en 2020 à 10,3% l’année dernière, où elle était en 2019. La densité a augmenté en 2020 parce que plus de travailleurs non syndiqués ont perdu leur emploi dans la crise COVID que leurs syndiqués homologues, mais le retour à l’emploi de 2021 a annulé cela.

Pour le secteur privé, seulement 6,1 % des travailleurs étaient syndiqués l’année dernière, contre 6,3 % en 2020, un niveau record pour une série qui remonte à 1900. (Les chiffres officiels du Bureau of Labor Statistics ont commencé en 1983 ; je J’ai rassemblé des chiffres pour les années précédentes à partir de diverses sources.) La densité du secteur public a également chuté, passant de 34,8 % à 33,9 %, ce qui n’est pas tout à fait un niveau record. Mais le nombre d’employés du gouvernement organisés en syndicats a chuté de 2,7 %, soit près de quatre fois plus que les membres du secteur privé. L’historique complet est illustré ci-dessous.

Le cinéma et l’enregistrement sonore (17,3 % syndiqués), le transport et les services publics (15,4 %), l’enseignement privé (12,9 %) et la construction (12,6 %) sont les industries les plus fortement organisées. Vers le bas de la liste se trouvent le commerce de détail (4,4 %), l’agriculture (2,9 %), la finance (2,3 %) et les services de restauration et débits de boissons (1,2 %). Hormis la finance, les industries à faible densité sont classiquement à bas salaires, et la faible présence syndicale en est une des principales raisons. La fabrication, autrefois une centrale syndicale, est en baisse à 7,7% – la moitié du niveau de 2000 (lorsque les données commencent). Et au cours de cette période, le salaire horaire dans le secteur manufacturier est passé de 3 % au-dessus de la moyenne générale à 9 % en dessous.

Comme le montre la carte ci-dessous, la densité varie considérablement d’un État à l’autre. En bas se trouvent la Caroline du Sud (1,7 %) et la Caroline du Nord (2,6 %) ; en tête, Hawaï (22,4 %) et New York (22,2 %). Les onze États d’origine de la Confédération (Alabama, Arkansas, Floride, Géorgie, Louisiane, Mississippi, Caroline du Nord, Caroline du Sud, Tennessee, Texas et Virginie) ont un taux de syndicalisation moyen de 4,4 %, soit bien moins de la moitié de la moyenne nationale de 10,3. pour cent. Curieusement, les deux retardataires de la Confédération, le Kentucky et le Missouri, arrivent beaucoup plus haut, une moyenne de 8,1 %, ce qui porte la moyenne pour l’ensemble des treize confédérés à 4,9 %. La moyenne des États non confédérés est de 11,2 %. (Ces moyennes ne sont pas pondérées par la population.) La persistance des héritages historiques est frappante.

Depuis 2000, seuls quatre États ont connu une augmentation de la syndicalisation, le Vermont (+2,0 points de pourcentage), l’Oregon (+1,7), Washington (+0,8) et le Kansas (+0,2). Les autres, y compris DC, ont tous connu des baisses, menées par le Wisconsin, le foyer de la guerre de l’ancien gouverneur Scott Walker contre les syndicats du secteur public, en baisse de 9,7 depuis 2000, et le Michigan, en baisse de 7,5. Sept États, principalement dans le Sud et le Midwest, ont baissé de 5 points ou plus.

Pourquoi s’en soucier ? Les syndicats augmentent les salaires et les avantages sociaux et augmentent la sécurité d’emploi. Par exemple, 95 % des travailleurs syndiqués du secteur privé ont accès aux prestations de santé, contre 68 % des travailleurs non syndiqués ; les chiffres sont similaires pour les prestations de retraite et les congés de maladie. Et l’avantage salarial syndical est important dans toutes les industries, professions et données démographiques. Les gains hebdomadaires des travailleurs syndiqués dans l’ensemble sont supérieurs de 20 % à ceux de tous les travailleurs non syndiqués et de 14 % dans le secteur privé.

Non seulement les salaires syndicaux sont généralement plus élevés, mais les syndicats compriment également les écarts traditionnels entre les races et les sexes. Comme le montre le graphique ci-dessous, pour tous les groupes, à l’exception des Américains d’origine asiatique, les salaires syndicaux sont plus élevés, souvent considérablement – 20 % dans l’ensemble, comme indiqué ci-dessus, mais 29 % pour les travailleurs noirs et 37 % pour les Hispaniques/Latinos. L’exception asiatique semble être le résultat d’une forte concentration dans des secteurs à hauts salaires et peu syndiqués comme la technologie.

Dans l’ensemble, les salaires des femmes syndiquées représentent 90 % de ceux des hommes syndiqués ; les gains hebdomadaires des femmes non syndiquées représentent 84 % de ceux des hommes non syndiqués. Les salaires des hommes noirs représentent 80 % de ceux des hommes blancs s’ils sont syndiqués ; 73% sinon. Pour les femmes, c’est 88 % et 84 %. Cela va à l’encontre du mythe selon lequel les syndicats renforcent le privilège. Ils le contredisent.

Comme je le fais depuis plusieurs années dans ces rapports annuels sur les statistiques syndicales, je conclurai par ceci :

Il y a beaucoup de problèmes avec les syndicats américains. La plupart s’organisent mal, voire pas du tout. Politiquement, ils fonctionnent principalement comme des guichets automatiques et des bassins de main-d’œuvre gratuits pour le Parti démocrate sans obtenir grand-chose en retour. Mais il n’y a aucun moyen de mettre fin à la guerre de quarante ans contre la classe ouvrière américaine sans augmenter les effectifs syndicaux. . . .



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire