L’adhésion syndicale en chute libre alors que les dirigeants syndicaux aspirent au travail

0
85

La couverture syndicale, en baisse constante depuis le début des années 1980, s’est à nouveau fortement détériorée en 2022. Les derniers chiffres, publiés par le Bureau des statistiques à la mi-décembre, montrent que l’adhésion a diminué de 76 000 en deux ans, à 1,4 million. , alors même que la main-d’œuvre a augmenté. Le résultat est que seulement un travailleur sur huit en Australie est maintenant membre d’un syndicat, contre un sur deux il y a 40 ans.

La baisse de la couverture syndicale est un phénomène international, mais la baisse a été plus prononcée en Australie que dans la plupart des autres pays. Les syndicats australiens sont passés de l’un des taux de couverture les plus élevés de l’Occident au début des années 1980 à l’un des plus faibles.

Ces chiffres ne rendent pas pleinement compte de la gravité de la situation : seulement 5 % des travailleurs âgés de 20 à 24 ans sont désormais syndiqués, contre 21 % de ceux âgés de 60 à 64 ans. À moins qu’une action radicale ne soit entreprise, les syndicats se dirigent vers l’inutilité.

Quelle a été la réaction de l’ACTU à cette terrible nouvelle ? Le silence. Pas un coup d’œil du sommet du syndicat, ni d’aucun autre syndicat. C’est révélateur. Qu’une grande majorité des lieux de travail en Australie n’ait plus un seul membre syndiqué ne suffit pas à pousser les dirigeants syndicaux à l’action en dit long sur la stratégie ruineuse qui domine désormais les échelons supérieurs du mouvement syndical.

Si votre métier consiste à publier des communiqués de presse ou à appeler des politiciens de la chambre haute pour faire pression sur eux au sujet de la législation du travail, vous n’avez pas besoin d’une forte présence syndicale dans les usines, les entrepôts, les hôpitaux, les écoles et les bureaux du pays, de délégués syndicaux actifs et une volonté de combattre les patrons.

Ce n’est pas que les travailleurs n’aient plus de griefs ou que les dirigeants syndicaux n’en soient pas conscients. L’ACTU évoque régulièrement des exemples de travailleurs scandaleusement arnaqués. Il déplore la réduction spectaculaire des salaires réels qui s’est produite cette année alors que les prix ont bondi devant les salaires. Mais les dirigeants syndicaux refusent d’organiser le type de riposte nécessaire pour résoudre ces problèmes.

Pour en revenir à la campagne Your Rights @ Work de l’ACTU pour renverser le gouvernement libéral de Howard en 2005-2007, les dirigeants syndicaux ont consacré les ressources de leurs membres à la campagne électorale au nom du Parti travailliste. Maintes et maintes fois, les délégués syndicaux ont été appelés en masse pour téléphoner à la banque pour les travaillistes, faire du porte-à-porte pour les travaillistes, distribuer des cartes de vote pour les travaillistes. Les dirigeants disent aux militants syndicaux que les syndicats ne retrouveront leurs droits qu’avec les travaillistes au pouvoir et qu’alors seulement des salaires plus élevés suivront.

Cette stratégie est une impasse. Le gouvernement travailliste Rudd qui a été élu en 2007 grâce à la campagne Your Rights @ Work a été un désastre pour les travailleurs. Il a introduit les lois anti-grève qui entravent les syndicats aujourd’hui. Mais l’ACTU s’est vanté que ces lois étaient une grande victoire. L’ACTU fait de même aujourd’hui avec la nouvelle législation du gouvernement albanais sur des emplois sûrs et de meilleurs salaires, qui modifie les négociations d’entreprise mais réduit davantage le droit de grève des travailleurs pour des salaires plus élevés et de meilleures conditions. Les entraves sont, au contraire, de plus en plus resserrées avec ces nouvelles lois.

Pourquoi est-ce important ? Parce que les syndicats ne peuvent gagner que s’ils mobilisent les membres pour un combat. Cela pourrait être politique, faire campagne pour exposer le fait que le gouvernement albanais est du côté des patrons, pas des travailleurs. Cela pourrait impliquer des manifestations de masse pour protester contre les réductions de salaire sauvages actuellement imposées aux travailleurs du secteur public par les gouvernements des États travaillistes. Il pourrait s’agir d’une campagne industrielle impliquant de graves grèves pour briser les limites salariales du secteur public, ou d’une action de solidarité pour soutenir des groupes comme les infirmières d’Australie occidentale, qui ont récemment dû se battre seules contre le gouvernement McGowan.

Les batailles politiques et industrielles sont importantes non seulement parce qu’elles se traduisent par des niveaux de vie plus élevés, mais parce qu’elles insufflent aux syndicats un esprit combatif qui attire d’autres travailleurs vers eux, jetant ainsi les bases d’un renouveau syndical.

L’ACTU et le reste des dirigeants syndicaux ne veulent rien de tout cela. Ils sont au lit avec l’ALP et se tournent vers le parti travailliste pour les sauver. Certains le font parce qu’ils ont une carrière politique en vue, mais la plupart sont trop paresseux ou trop effrayés pour mobiliser leurs membres, car c’est trop de travail ou cela risque de déclencher une lutte qui pourrait échapper à leur contrôle.

Ils veulent faire appel aux patrons sur la base d’être « raisonnables » ; d’être des « partenaires » gérant l’entreprise, l’industrie, l’économie, le capitalisme. C’est pourquoi l’ACTU ne tarit pas d’éloges sur les nouvelles lois du travail du travail sur la base qu’en donnant à la Fair Work Commission encore plus de pouvoir pour annuler les grèves, ces lois pourraient faire baisser le taux de grève déjà très bas de l’Australie.

La crise actuelle des membres est la pire de l’histoire du mouvement syndical. Pour changer les choses, nous avons besoin d’un changement complet de cap dans nos syndicats. Cela impliquera un retour au type de lutte des classes qui les a construits en premier lieu.

Source: https://redflag.org.au/article/union-membership-free-fall-union-leaders-suck-labor

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire