L’Afterparty est un mystère de meurtre comique pour la génération Y

0
158

L’après-fête est le dernier mystère de meurtre comique, qui fait partie d’une tendance de sous-genre qui comprend HBO Max’s Groupe de recherche et le film 2019 Couteaux sortisqui a été un tel succès que Netflix a récemment payé la somme choquante de 450 millions de dollars pour les droits de faire deux suites.

Il y a aussi la série à succès Hulu Seuls les meurtres dans le bâtimentqui vient d’être renouvelée pour une deuxième saison, et la nouvelle série Netflix Murderville, basé sur un favori de la BBC appelé Meurtre à Successville. La version américaine de Netflix met en vedette Will Arnett dans le rôle d’un détective coriace aux prises avec un nouveau partenaire chaque semaine. Le hic de la comédie d’improvisation dans l’ensemble du scénario est que chaque nouveau partenaire est une célébrité – Sharon Stone, Marshawn Lynch, Kumail Nanjiani, Annie Murphy, Ken Jeong, Conan O’Brien – qui n’a pas lu le scénario et doit ad- lib leur participation à l’affaire.

Je sais tout cela parce que je souffre de la dépendance commune aux mystères du meurtre, en particulier le type ringard ringard à l’ancienne qu’Agatha Christie avait l’habitude d’écrire. Ce genre n’a aucun facteur cool et aucun cachet, c’est donc un soulagement de le combiner avec la comédie. De cette façon, vous pouvez faire semblant d’être moins sérieusement investi dans la découverte du polar.

L’après-fête est une série de huit épisodes sur Apple TV +, et c’est un divertissement si lisse, léger et amusant que vous savez à peine que cela vous arrive, ce qui est une bonne chose dans notre état de crise perpétuel actuel. Une distraction en apesanteur, avec juste assez d’événements à l’écran pour que vous puissiez supporter tout ce qui se passe dans votre vie.

Produit par Phil Lord et Christopher Miller, le duo de cinéastes derrière Le film Lego et 21 et 22 rue du sautet créé et réalisé par Miller, L’après-fête parle d’un meurtre commis à la suite d’une réunion de lycée de Bay Area. L’afterparty en question a lieu dans la maison chic au bord de la falaise de l’ancien de la classe qui l’a fait le plus grand de sa vie, Xavier (Dave Franco). C’est une pop star odieuse qui arrive à la réunion en hélicoptère, puis dit à tous ceux qui l’applaudissent : « Non, ce n’est pas à propos de moi ! Je suis juste ici pour re-une avec vous tous, gens ordinaires !

Bien sûr, il finit par mourir. Ce qui suit est un complot classique dans lequel tout le monde a une raison de vouloir tuer cette personne épouvantable.

Au cours de l’enquête sur le meurtre qui a suivi, chacun des invités de la fête est interviewé par le cinéphile détective Danner (Tiffany Haddish), qui a une nuit pour résoudre le meurtre avant qu’un autre détective ne soit amené à reprendre l’affaire. Elle a une théorie de l’enquête criminelle qui a été inspirée par l’amour du créateur et réalisateur Christopher Miller pour le film. Rashomon: Danner dit aux suspects : « Nous sommes tous les stars de notre propre film. . . . Je veux entendre ton film mental ! »

Une fois qu’un suspect commence à raconter, chaque épisode est tourné du point de vue de ce personnage dans un genre cinématographique différent. Indigo (Genevieve Angelson), morbide et sérieuse, nous montre comment cela va fonctionner dans le premier épisode, lorsqu’elle raconte un film indépendant court, sombre, arty, en noir et blanc qui est rapidement arrêté par le détective Danner – après tout , c’est le genre le moins populaire.

Ilana Glazer dans le rôle de Chelsea L’après-fête. (Pomme)

Ensuite, l’épisode est repris par le premier suspect principal, gentiment “adorkable” Anqi (Sam Richardson de Veep et Détroiters), qui raconte une histoire de comédie romantique sur la façon dont ses grands espoirs de retrouver son ancienne partenaire de laboratoire de chimie, Zoe (Zoë Chao), ont mal tourné après que Xavier a emménagé chez elle. Macho jackass Brett (Ike Barinholtz de MADtv, Vers l’est et vers le baset Le projet Mindy), l’ex-mari de Zoe, nous livre un film d’action sur la soirée, tourné dans une lumière bleutée désaturée et truffé de poursuites en voiture et de violents affrontements homoérotiques. Clueless Yasper (Ben Schwartz de Parcs et loisirs), qui rêvait de retrouver son ancien coéquipier Xavier pour qu’il devienne lui aussi une sensation de chant, voit tout comme un clip vidéo avec lui-même.

Si cela semble fonctionner au niveau de base d’un film de premier cycle intelligent, eh bien, très bien. Mais j’avais l’habitude de noter ces films, et croyez-moi, vous arrivez au point où vous accueillez toute preuve d’une idée, tout plan quel qu’il soit pour avoir un impact qui est réalisé avec n’importe quel degré de compétence. Et les médias commerciaux ressemblent chaque jour davantage à un travail de premier cycle, donc «intelligent» non seulement passe, mais obtient un A +. C’est l’inflation des notes pour vous.

Les acteurs sont talentueux et certains sont très drôles. Tiffany Haddish maintient le rythme en tant que flic sardonique, et elle peut s’en tirer avec des répliques telles que “Prenez la fécule de maïs, l’intrigue est sur le point de s’épaissir”.

Sam Richardson est génial en tant qu’Anqi, combinant astucieusement un physique costaud avec une chemise à boutons hauts, une manière intellectuelle et une insécurité massive. Jamie Demetriou de Sac à puces trouve la manière parfaitement effrayante de jouer Walt, le gars dangereusement passif-agressif dont personne ne se souvient du lycée. Et en tant que twerp maniaque Yasper, Ben Schwartz interprète des chansons dans ses souvenirs de vidéoclips qui sont étonnamment accrocheuses et divertissantes, y compris la chansonnette de rap qui parle des rêves des participants à la réunion du lycée dans l’espoir d’une autre chance de réussir dans la vie, intitulée “You Only Obtenez un coup deux fois.

Ce thème de la seconde chance recherché par les trentenaires déprimés est la caractéristique clé d’un nouveau sous-genre, selon la critique Olivia Rutigliano. Constatant la prolifération des comédies policières policières telles que L’après-fêteelle soutient qu’il s’agit d’un exemple de ce qu’elle appelle le “millennial whodunnit”, qui libère des trentenaires stressés et surmenés qui reçoivent un nouveau souffle en participant à un meurtre mystérieux, pour eux un “événement stimulant”. mais qui “désoriente les personnages en leur donnant l’impression de vivre à l’intérieur d’une production”.

Et à cela je dis, Bien sûr. Pourquoi pas. Bien que je ne sois pas un millénaire, je pense que je souffre d’un niveau d’épuisement professionnel presque millénaire – au moins assez pour profiter par procuration d’un “fantaisie d’évasion de contrôle”. Et après ces deux dernières années, qui ne peut pas s’identifier à ça ?



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire