L’Allemagne, l’Espagne et le Portugal approuvent un candidat aux élections françaises – RT World News

0
59

Les dirigeants de l’Allemagne, de l’Espagne et du Portugal ont désigné le président français sortant Emmanuel Macron comme leur candidat préféré lors du prochain second tour des élections, mettant en garde les électeurs contre le soutien à la chef du Rassemblement national, Marine Le Pen.

Dans un geste surprenant jeudi, trois jours avant le vote en France et au milieu de l’offensive russe en cours en Ukraine, le chancelier allemand Olaf Scholz, le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez et le Premier ministre portugais Antonio Costa ont publié une chronique conjointe dans Le Monde et El Pais journaux.

Après avoir affirmé au début de l’article que le président russe Vladimir Poutine «agression» vise non seulement l’Ukraine mais aussi les valeurs que défendent la France et ses partenaires européens, les auteurs de l’article en viennent à l’essentiel.




Selon Scholz, Sanchez et Costa, «les populistes et l’extrême droite » dans leur pays »ont fait de Vladimir Poutine un modèle idéologique et politique, faisant écho à ses revendications nationalistes.« Cela ne doit pas être oublié, peu importe combien de tels politiciens »tentent de se distancer de l’agresseur russe,», ont souligné les dirigeants, évoquant peut-être les nombreux démentis de sympathie de Le Pen pour le Kremlin.

Par conséquent, soutiennent les auteurs, le second tour des élections françaises n’est pas «une élection comme les autres“, surtout si l’on considère”La France a été un pays central du projet européen.

C’est le choix entre un candidat démocrate, qui estime que la France est plus forte dans une Union européenne (UE) puissante et autonome, et un candidat d’extrême droite, qui se range ouvertement du côté de ceux qui attaquent notre liberté et notre démocratie…” ils ont dit.

Décrivant les avantages allégués de la «une plus grande solidarité européenne“, Scholz, Sanchez et Costa n’ont pas manqué l’occasion de critiquer les partisans du Brexit, qui, selon eux, n’ont causé que divers problèmes au Royaume-Uni.

L’unité est le seul moyen de maintenir la prospérité, de “réaliser la mondialisation de manière humaine” et à “défendre la paix et l’ordre international,», lit-on dans la colonne.

C’est pourquoi nous avons besoin de la France à nos côtés,» révèlent Scholz, Sanchez et Costa.

Ils ont en outre précisé qu’ils avaient besoin de la France, qui «accueilli les exilés fuyant les dictatures de Franco et de Salazar” et qui “défend la justice contre des dirigeants antidémocratiques, comme Poutine.”

Quelle France sortira des urnes le 24 avril ? Les citoyens de la République française ont le choix,», ont déclaré les dirigeants de l’Allemagne, de l’Espagne et du Portugal.


Affrontement entre la police et les manifestants

L’article de Scholz, Sanchez et Costa a soulevé des sourcils en Russie, la porte-parole du ministère des Affaires étrangères Maria Zakharova qualifiant sarcastiquement l’initiative des politiciens de “les jours de la démocratie.”

Écrivant sur Telegram, Zakharova a déclaré qu’elle avait deux questions :

Alors, est-il possible pour le président d’un pays de soutenir le candidat présidentiel d’un autre pays ? N’est-ce pas considéré comme une ingérence électorale maintenant?», a-t-elle écrit, se référant apparemment au fait que l’Occident accuse Moscou d’ingérence dans les élections étrangères depuis des années maintenant.

La deuxième question de Zakharova concerne un problème qui préoccupe depuis longtemps les pays occidentaux.

Qu’en est-il de la parité hommes-femmes aux élections ? N’est-ce plus un facteur? Ou dans les démocraties développées, lorsque le pouvoir réel est en jeu plutôt que des droits déclarés, le genre n’a pas d’importance ?” elle a écrit.

Pendant ce temps, les derniers sondages suggèrent que Macron n’a peut-être pas besoin d’un tel soutien ouvert de la part de ses collègues européens. Le sondage Opinion Way, réalisé jeudi auprès de 1334 participants, révèle que 56% de l’électorat sont prêts à soutenir le président sortant, dont 44% prêts à voter pour Le Pen.

Au premier tour, cependant, l’avance de Macron n’était pas si importante. Le 10 avril, il obtenait 27,85 %, alors que Le Pen n’était qu’à quelques points de retard avec 23,15 %.

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire