L’Allemagne propose une réforme majeure de l’UE — RT World News

0
34

Le chancelier Scholz a appelé à des changements dans le processus de prise de décision pour l’acceptation de nouveaux membres

Le chancelier allemand Olaf Scholz a suggéré qu’une réforme majeure de l’UE était nécessaire pour faciliter l’adhésion de nouveaux pays au bloc. Il a lancé l’idée dans une interview à l’agence de presse DPA.

Lors de sa récente visite conjointe à Kiev avec les dirigeants français et italien, Scholz a clairement indiqué que son pays “veut une décision positive en faveur de l’Ukraine en tant que pays candidat à l’UE.”

Pendant ce temps, d’autres pays de l’UE, a noté DPA, ont fixé des conditions pour que le statut de l’Ukraine soit approuvé, l’Autriche demandant le statut de candidat pour la Bosnie-Herzégovine et la Roumanie le recherchant pour la Géorgie.

S’adressant à DPA, Scholz a choisi de ne pas commenter ces obstacles mais a souligné que le bloc devrait changer pour accueillir plus facilement de nouveaux membres.

« Pour ce faire, elle doit moderniser ses structures et ses processus décisionnels. Il ne sera pas toujours possible de décider à l’unanimité de tout ce qui doit être décidé à l’unanimité aujourd’hui », il a dit.




Les remarques de Scholz ont fait écho à une déclaration du Premier ministre italien Mario Draghi, qui a déclaré le mois dernier qu’à la suite de la pandémie de Covid-19 et de la campagne militaire russe en Ukraine, l’UE doit apprendre à travailler plus vigoureusement et plus efficacement.

« Il faut aller au-delà du principe d’unanimité, qui donne lieu à une approche intergouvernementale basée sur des veto mutuels, et il faut aller vers la prise de décision à la majorité qualifiée », dit Draghi.

L’accord des 27 pays de l’UE est nécessaire pour approuver le statut de candidat très convoité de l’Ukraine. Les médias ont affirmé plus tôt que les Pays-Bas, le Danemark et l’Autriche pourraient voter contre la candidature ukrainienne en raison de préoccupations concernant la corruption et l’état de droit dans le pays.

Moscou a d’abord déclaré qu’il ne s’opposerait pas à ce que l’Ukraine fasse partie de l’UE, qui, contrairement à l’OTAN, n’est pas un bloc militaire.

Mais le mois dernier, le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov a révélé que Moscou avait changé sa position sur la question, expliquant que le comportement de l’UE pendant le conflit, qui comprenait des livraisons d’armes à Kiev et une pression pour une solution militaire, indiquait que le bloc fusionnait avec L’OTAN et le devenir « un acteur militant agressif dont les ambitions vont bien au-delà du continent européen.

La décision finale sur le statut de candidat pour l’Ukraine doit être prise par les chefs de gouvernement de l’UE lors de leur sommet à Bruxelles la semaine prochaine.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire