L’Allemagne va redéployer des troupes en Bosnie pour des raisons de « stabilité » | Actualité politique

0
154

Le ministère des Affaires étrangères a déclaré: “Nous, avec nos partenaires européens et de l’OTAN, ne permettrons pas un vide sécuritaire dans notre voisinage immédiat”.

Le gouvernement allemand a ouvert la voie au déploiement de troupes avec la mission de maintien de la paix de l’Union européenne en Bosnie pour la première fois en une décennie, alors que les inquiétudes grandissent quant à l’instabilité de la guerre en Ukraine qui se répand dans les Balkans occidentaux.

Le porte-parole du gouvernement, Steffen Seibert, a déclaré mercredi aux journalistes lors d’une conférence de presse à Berlin que le cabinet avait décidé d’envoyer des troupes à l’EUFOR-Althea, qui est active depuis 2004.

Seibert a déclaré qu’un maximum de 50 soldats seront envoyés pendant un an, marquant un retour à la force en Bosnie que l’Allemagne a quittée fin 2012.

Certaines des troupes sont destinées à doter en personnel deux équipes dites de liaison et d’observation, des groupes qui sont répartis dans le pays et fonctionnent comme des capteurs pour le commandement de l’EUFOR, tandis que d’autres travailleront au quartier général à Sarajevo.

La décision du Conseil des ministres doit être approuvée au Bundestag, et Seibert a déclaré qu’après l’approbation du parlement, les soldats allemands serviront jusqu’à la fin juin prochain et que la période peut être prolongée.

Le ministère allemand de la Défense a également déclaré que le gouvernement fédéral avait décidé de reprendre la participation à l’opération de l’UE en Bosnie-Herzégovine à EUFOR-Althea.

« Une région stable des Balkans occidentaux est d’une grande importance pour nous. La première consultation au Bundestag devrait avoir lieu le 24 juin », a-t-il déclaré sur Twitter.

“Un vide sécuritaire”

La Bosnie se trouve à des centaines de kilomètres des combats en Ukraine, mais fait face à un mouvement séparatiste serbe de Bosnie de plus en plus affirmé qui, selon les analystes, bénéficie au moins du soutien tacite de Moscou.

Quelques jours seulement après l’invasion de l’Ukraine par la Russie, l’UE a décidé de presque doubler la taille de sa force de maintien de la paix EUFOR de 600 à 1 100 soldats en envoyant des réserves pour éviter une instabilité potentielle.

Alors que le dirigeant serbe de Bosnie, Milorad Dodik, exprime de plus en plus ses objectifs sécessionnistes, le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, a qualifié cette décision de “mesure de précaution”.

L’OTAN et de hauts responsables de l’UE ont averti que l’instabilité de la guerre en Ukraine pourrait se propager aux Balkans occidentaux.

“Ainsi, l’Allemagne répond à la situation tendue en Bosnie-Herzégovine”, a déclaré mercredi le ministère allemand des Affaires étrangères sur Twitter.

“Toujours dans la perspective des élections d’octobre, nous, avec nos partenaires européens et de l’OTAN, ne permettrons pas un vide sécuritaire dans notre voisinage immédiat.”

Mais Toby Vogel, associé principal au Conseil de la politique de démocratisation, a noté que la Bosnie avait déjà un vide sécuritaire “depuis au moins 2011, lorsque l’UE a laissé l’EUFOR tomber en dessous de l’effectif minimum opérationnel”.

Le mandat actuel de l’EUFOR expire en novembre et il appartient au Conseil de sécurité des Nations unies de décider d’une prolongation d’un an. Mais les inquiétudes grandissent quant au fait que Moscou pourrait utiliser son veto pour contrecarrer un accord.

Active depuis 2004, l’opération EUFOR-Althea de l’UE succède aux missions de maintien de la paix de l’OTAN dans le pays.

Les troupes européennes sont censées stabiliser le pays après la guerre de 1992-95 qui a fait environ 100 000 morts.

En décembre 1995, la Bosnie a été scindée en deux entités : une « Fédération » bosno-croate et une entité dirigée par les Serbes connue sous le nom de Republika Srpska dans le cadre de l’Accord de paix de Dayton.

Dodik n’a pas caché son admiration et ses liens étroits avec le président russe Vladimir Poutine, et ses efforts pour la sécession de l’entité de la Republika Srpska sont largement reconnus comme bénéficiant du soutien du Kremlin.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/6/15/germany-to-redeploy-troops-to-bosnia-as-part-of-eu-mission

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire