L’ambassadeur américain interventionniste à Tirana sous pression

0
27

« Je peux vous assurer que le président des États-Unis Joe Biden, le secrétaire des États-Unis Tony Blinken et moi-même avons toute confiance en l’ambassadeur Yuri Kim », a déclaré la secrétaire d’État adjointe aux Affaires européennes et eurasiennes Karen Donfried à Tirana dans un entretien bien préparé avec le correspondant local de Voice of America. Défendre des collègues diplomates est une pratique courante dans la diplomatie américaine, même dans les cas où une telle défense publique pourrait être injustifiée.

Cependant, c’est aussi souvent un signe de problème.

L’ambassadrice Kim a été accusée d’être intervenue auprès de la justice albanaise pour faire pression en faveur d’une décision de justice contre le principal parti d’opposition, le Parti démocrate (DP) : elle voulait favoriser un groupe dissident du parti qui se faisait passer pour la direction du parti. Kim a indirectement admis son intervention via un tweet. L’ambassadeur s’est battu à plusieurs reprises avec le chef de l’opposition Berisha et a manifesté son soutien répété au gouvernement actuel de Rama malgré les rapports du Département d’État exprimant de vives critiques sur la corruption officielle de haut niveau et la mauvaise gouvernance.

Le professeur Ilir Kalemaj, de la branche de l’Université de New York à Tirana, pointe du doigt une montée récente de l’antiaméricanisme dans cette nation très pro-américaine : “Cela a quelque chose à voir avec la bravade de l’ambassadeur”.

“Malgré le fait qu’elle soit un symbole de son pays, Mme Kim est caustique dans sa langue, plus proche du gouvernement et plus favorable au (Premier ministre) Rama”, a-t-il déclaré la semaine dernière à l’affilié local de CNN, A2 TV.

En effet, une enquête d’octobre 2021 commandée par Euronews Albanie octobre a révélé que seulement 32,6 % des personnes interrogées se rangeraient du côté des États-Unis dans un conflit imaginaire avec l’UE ; le soutien de ce dernier a atteint 56,9 %. Auparavant, les chiffres de soutien auraient inversé les places.

Fait intéressant, le Parti démocrate d’opposition est depuis sa fondation il y a trois décennies un pilier atlantiste. L’Albanie est entrée dans le Partenariat pour la paix de l’OTAN dans les années 1990 sous des gouvernements dirigés par le DP et est devenue membre de l’Alliance en 2009. Le DP a critiqué les efforts de lobbying du gouvernement à Washington DC qui se concentrent sur l’obtention d’un soutien pour le parti au pouvoir. Les sanctions américaines actuelles contre M. Berisha, annoncées en 2021, ont été considérées comme faisant partie de ce stratagème partisan.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire