L’ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan déclare que la “longue marche” reprendra mardi | Nouvelles d’Imran Khan

0
10

Khan a fait ces remarques dans une vidéo diffusée depuis un hôpital de Lahore où il était soigné après avoir reçu une balle dans la jambe lors d’une marche de protestation trois jours plus tôt.

L’ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan a déclaré que la “longue marche” de ses partisans vers la capitale exigeant que les élections anticipées reprennent mardi après avoir été interrompue par une tentative d’assassinat par un homme armé.

Khan a fait ces remarques dans une vidéo diffusée en direct sur les réseaux sociaux dimanche depuis un hôpital de la ville orientale de Lahore, où il recevait des soins après avoir reçu une balle dans la jambe lors de la marche de protestation trois jours plus tôt.

Le chef du parti pakistanais Tehreek-e-Insaf (PTI) a ensuite été renvoyé de l’établissement de santé.

“Notre marche reprendra mardi depuis l’endroit de Wazirabad où moi et 11 autres personnes avons été abattus et où Moazzam a été martyrisé”, a annoncé Khan, citant le nom du travailleur du PTI Moazzam Gondal, qui a été tué dans l’attaque.

L’homme de 70 ans a déclaré qu’il ne se joindrait pas en personne pendant qu’il se remettait de ses blessures, mais qu’il le ferait lorsque le convoi atteindrait la ville de Rawalpindi.

Khan a salué l’offre du gouvernement du Premier ministre Shehbaz Sharif de lancer une commission judiciaire pour enquêter sur l’attaque, mais s’est demandé si l’enquête serait impartiale.

En plus de Sharif, le joueur de cricket devenu politicien a accusé Sharif, la ministre de l’Intérieur Rana Sanaullah et un haut général de l’armée pakistanaise d’avoir tenté de l’assassiner, exigeant que tous les trois démissionnent. Il n’a fourni aucune preuve à l’appui de l’accusation.

Le gouvernement a qualifié les allégations de Khan de sans fondement, affirmant qu’il nuisait au pays avec “des complots faux et bon marché”.

Sharif a ordonné samedi à la Cour suprême de former une commission plénière pour enquêter sur les “graves” accusations.

Khan soutient que sa destitution lors d’un vote de censure en avril faisait partie d’un « complot étranger » comploté aux États-Unis avec l’aide des partis d’opposition pakistanais – une accusation démentie à plusieurs reprises par le gouvernement, la puissante armée pakistanaise et Washington.

Khan a organisé des dizaines de rassemblements à travers le pays depuis avril, exigeant des élections anticipées. Il dirigeait une marche vers Islamabad pour faire valoir ses revendications lorsqu’un homme armé a ouvert le feu dans le district de Wazirabad, dans l’est du Pendjab.

Dans le passé, il a également accusé des responsables militaires de torture et de harcèlement en détention à l’encontre des membres de son parti, dont un sénateur et son chef de cabinet.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/11/6/former-pakistan-pm-imran-khan-welcomes-probe-into-shooting

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire