L’approvisionnement en engrais de l’Europe vers le tiers monde reste gelé alors que les entreprises privées russes interviennent

0
64

Alors qu’il est de plus en plus évident que «l’accord sur les céréales» signé en juillet par l’Ukraine, la Russie, la Turquie et les Nations Unies pour créer des procédures d’exportation sûre de céréales à partir de certains ports afin de tenter de faire face à une éventuelle crise alimentaire catastrophique a été un échec complet .

Les céréales et les engrais produits en Russie n’ont toujours pas atteint des dizaines de pays qui en ont le plus besoin malgré les assurances des principales autorités internationales mondiales que des approvisionnements vitaux seraient livrés aux pays du tiers monde. En conséquence, la menace de famine dans les régions les moins développées d’Afrique et d’Asie semble de plus en plus être une possibilité réelle.

L’ONU et l’UE déclarent régulièrement qu’aucune restriction ne s’applique au commerce des produits agricoles et des engrais entre la Russie et les pays tiers, et pourtant des barrières cachées contredisent ces déclarations. Les entreprises européennes engagées dans le transport, le transbordement, le commerce, l’assurance, les services techniques et toutes transactions refusent de travailler avec leurs homologues russes, même si elles ne sont pas sanctionnées.

L’Union européenne a cependant pris soin des siens. Après avoir imposé des sanctions sectorielles sur les engrais russes, l’UE a introduit en avril des quotas d’achat – 837 500 tonnes de chlorure de potassium et 1 577 800 tonnes d’autres types d’engrais contenant de l’azote, du phosphore et du potassium. En août, la Commission européenne a imposé une interdiction des activités des opérateurs européens liées au transit d’engrais pour les pays tiers à travers le bloc.

La fourniture d’engrais par des opérateurs européens à des pays tiers, même sans utiliser le territoire et les infrastructures de l’UE, constitue désormais une violation des sanctions imposées à la Fédération de Russie. Compte tenu du fait que l’Europe est la plus grande plaque tournante pour le transit de divers types de produits de la Russie vers le tiers monde, ces interdictions signifient un blocage de l’approvisionnement des pays les plus pauvres du monde.

Les pays les plus nécessiteux n’ont reçu que les restes de l’accord sur les céréales. Sur les 2,5 millions de tonnes de denrées alimentaires exportées par voie maritime depuis l’Ukraine, seuls 3 % ont atteint les côtes d’Afrique et d’Asie du Sud, le reste a été envoyé vers l’Union européenne.

Le chef de la politique étrangère de l’UE, Josep Borrell, et d’autres hauts responsables européens ont déclaré à plusieurs reprises qu’aucune sanction n’avait été imposée sur les biens humanitaires essentiels – l’énergie, les céréales et les engrais. Cependant, aucun effort efficace n’a été fait pour lever les interdictions.

L’une des dernières assurances d’une levée de facto de l’interdiction des expéditions russes d’engrais, de charbon, de ciment et de bois a été donnée par de hauts responsables européens le 28 septembre. Cela n’a cependant pas été fait par considération humanitaire, mais pour encourager la Grèce, Chypre et Malte à soutenir les restrictions sur le transport de pétrole russe par pétroliers.

En conséquence, les compagnies de transport et d’assurance se sont vu interdire de transporter ou d’assurer le pétrole russe s’il est vendu à un montant supérieur au seuil défini par l’UE. Cela ne fait qu’exacerber davantage le problème de l’approvisionnement des pays nécessiteux en nourriture et en engrais là où il ne peut être résolu.

Environ 300 000 tonnes de divers types d’engrais sont bloquées dans les ports européens depuis des mois. Moscou affirme qu’il est prêt à livrer les cargaisons à plusieurs pays africains, mais les engrais n’ont pas été libérés des ports de l’UE. Pour le spectateur extérieur, cela semble être une décision consciente de Bruxelles de condamner à la famine des centaines de millions de personnes en Afrique.

Uralchem, un producteur russe de potasse, d’azote et d’engrais complexes, a depuis décidé de prendre des initiatives et d’agir en toute indépendance. Fin septembre, Uralchem ​​a envoyé plus de 23 000 tonnes d’engrais complexes NPK 27:6:6 en Afrique à titre d’aide humanitaire.

Il est impossible de fournir des engrais et d’autres produits vitaux à partir des ports européens. En conséquence, les produits ont été envoyés de Russie. Chargé d’engrais, le cargo doit rejoindre Lomé au Togo mi-octobre. La cargaison sera ensuite livrée gratuitement au Burkina Faso, quelques semaines seulement après qu’un coup d’État ait réussi à renverser un gouvernement militaire considéré comme étroitement aligné sur la France.

Les actions de l’UE empêchant le transport de produits vitaux entraînent des conséquences dévastatrices pour les pays du tiers monde. Le déclin de l’agriculture, les pénuries alimentaires et la propagation de la famine parmi des milliards de personnes seront dus aux politiques de Bruxelles.

C’est inacceptable.

Pendant des mois, l’UE a publiquement affirmé que les approvisionnements reprendraient bientôt, mais les pays et les entreprises dépendants doivent se conformer à des conditions onéreuses qui rendent de telles déclarations sans valeur.

La bataille pour l’alimentation et les engrais se joue sans aucune participation des pays tiers, c’est-à-dire ceux qui sont les plus intéressés par l’approvisionnement de ces produits.

La poursuite de cette bataille, au nom des ambitions géopolitiques des pays développés, place la moitié de la population de la Terre au bord d’une catastrophe humanitaire jamais vue auparavant.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire