L’approvisionnement en minéraux essentiels doit également être durable pour la transition vers une énergie propre de l’UE

0
9

L’Union européenne est devenue un leader mondial dans le mouvement vers une transition vers une énergie propre. Une partie centrale de ce mouvement a été le résultat de la transition des combustibles fossiles traditionnels, principalement le pétrole, le gaz et le charbon, vers davantage de zones produisant moins d’émissions de gaz à effet de serre, telles que l’énergie éolienne, solaire, hydroélectrique et électrique.

La Fit pour 55 a servi de base à la transition de l’UE vers la neutralité climatique d’ici 2050 et à une réduction de 55 % des émissions de GES d’ici 2030 par rapport aux niveaux de 2005. Plus récemment, le REPowerEU Le plan présenté par la Commission européenne a servi de base aux futures transitions énergétiques propres au sein du bloc, espérant réduire les émissions, ainsi que la dépendance notamment aux importations de combustibles fossiles en provenance de Russie.

Ces considérations peuvent être prises à la lumière de ces événements récents, y compris l’invasion en cours de l’Ukraine par la Fédération de Russie, qui a contraint de nombreux citoyens de l’Union européenne à revenir à brûler plus de charbon pour répondre à la demande énergétique, tout en s’efforçant par la suite de ne pas exclure les citoyens de l’accès à l’énergie en raison de la hausse des prix à la consommation et des services publics.

De plus, aux États-Unis, le parti démocrate a réussi à faire passer un facture qui était, bien que pas vraiment aussi ambitieux qu’il faudrait en ce qui concerne les transitions futures plus durables, un autre pas en avant pour l’allié le plus important de l’Europe dans la transition vers une plus grande utilisation des énergies renouvelables.

L’UE a parcouru un long chemin ces dernières années pour réduire les émissions et améliorer les normes environnementales pour les citoyens du bloc. S’orienter vers la réduction des combustibles fossiles en faveur de solutions énergétiques plus durables, en combinaison avec des objectifs environnementaux plus larges tels que la lutte contre la pollution des cours d’eau, la dégradation des forêts et la perte de biodiversité, est le meilleur moyen pour l’UE, avec les pays à travers le globe, est un bien net à court et à long terme. Pourtant, lors de cette transition, une préoccupation majeure concernant la transition énergétique durable a été particulièrement sous-examinée, et presque largement ignorée.

Les minéraux critiques sont au cœur de la trajectoire actuelle de la transition énergétique propre. Minéraux critiques comprendre 30 matières premières classées par la Commission européenne comme critiques pour la société et l’industrie. Ces éléments sont au cœur de la plupart des technologies modernes et servent de base à l’approvisionnement en matières premières qui propulse la transition énergétique propre.

Alors que ces ressources minérales sont au cœur de la transition vers une énergie propre, l’extraction et l’importation de ces matières premières s’accompagnent de leurs propres préoccupations, notamment la perturbation des environnements locaux, l’importation en provenance de pays peu fiables et de grands violateurs des droits de l’homme, et énergivores dans leur propre fabrication. Comment, alors, l’UE peut-elle œuvrer à une transition vers une énergie propre qui se concentre sur les conséquences d’une évolution vers une plus grande dépendance à l’égard des minéraux critiques ?

Un examen initial de l’origine et de la provenance de ces minéraux est nécessaire. Bon nombre de ces éléments proviennent de régions dans lesquelles les dirigeants politiques sont loin d’être fiables et sont les pires violateurs des droits de l’homme. La Chine est un grand producteur d’une collection rare de minéraux critiques qui sont au cœur des produits de construction, notamment les véhicules électriques, les panneaux solaires et les batteries rechargeables, ainsi que les contrôles la production minière de ces ressources dans d’autres pays.

La Russie est une clé producteur de cuivre, de nickel et de platine, entre autres minéraux, et s’est également établi sur d’autres continents, comme l’Afrique, aux côtés de la Chine dans l’extraction de minéraux critiques. La République démocratique du Congo, par exemple, est la source de plus de 70 pour cent des approvisionnements mondiaux en cobalt, qui est utilisé dans les batteries lithium-ion en remplacement du gaz naturel, où la Chine et la Russie ont des points d’extraction. La diversité de l’approvisionnement sera probablement la clé de la transition, et l’UE doit viser à la fois à réduire la dépendance vis-à-vis de la production chinoise et russe de minéraux critiques et à améliorer les conditions des droits de l’homme dans ces pays, dans la mesure du possible.

À long terme, le soutien technologique de l’UE devrait se concentrer sur la réduction de la dépendance vis-à-vis de l’extraction des ressources minérales, qui consomme beaucoup d’énergie et perturbe les environnements locaux. Alors que la réduction de la dépendance aux combustibles fossiles nécessitera une plus grande transition vers l’extraction de minéraux critiques, l’UE et les pays du monde entier devraient veiller à ce qu’il n’y ait pas un basculement trop important vers la surproduction de ces minéraux. Une surproduction pourrait entraîner les conséquences mentionnées ci-dessus, et probablement d’autres invisibles, qui pourraient créer leurs propres dommages environnementaux et perturber à la fois le monde naturel et le bien-être des communautés.

L’amélioration de l’efficacité des modes de transport et des technologies que nous utilisons tous les jours, à long terme, réduira la dépendance à l’égard d’une dépendance énergétique plus large en général. Les progrès technologiques et la coopération au sein de l’UE devraient permettre une meilleure réglementation des investissements et des progrès en matière d’efficacité énergétique afin de permettre aux développements futurs de réduire les dommages environnementaux et d’améliorer l’environnement humain.

Des bâtiments, comme un grand en bois “gratte-ciel” en Suède, sont un exemple du cadre actuel sur la façon dont les développements futurs peuvent réduire les matériaux utilisés pour les parties nécessaires de la société et sont moins intensifs sur l’environnement.

Alors que la transition énergétique propre est certainement un bien net pour le bien-être de l’environnement et du futur environnement des résidents européens, cette transition ne doit pas non plus simplement déplacer les conséquences vers différents dommages.

Se concentrer sur la réduction de la dépendance vis-à-vis des pays non fiables qui sont les principaux violateurs des droits de l’homme, veiller à ce qu’une surproduction de minéraux critiques ne se produise pas à l’avenir, et viser à réduire largement la nécessité de la production matérielle et viser plutôt une plus grande efficacité dans le développement, doit être central à la transition vers une énergie propre dans l’UE et dans le monde.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire