L’art britannique de la propagande noire

0
43

Carlton House Terrace, la maison d’origine des activités de propagande du département de recherche d’information – Domaine public

Ne sous-estimez jamais la puissance et la méchanceté trompeuse de l’esprit politique britannique. En réponse à la menace posée par l’Allemagne impériale pendant la Première Guerre mondiale, la campagne de propagande britannique a fait grand cas du récit d’atrocités, la nonne violant l’Allemand et le bébé Hun à la baïonnette. L’efficacité de la campagne a été si impressionnante qu’elle a semé le doute parmi une génération sur la fiabilité des récits de crimes de guerre.

Dans ses efforts pour tenter de gagner le soutien des États-Unis à sa cause contre Hitler pendant la Seconde Guerre mondiale, le train de la propagande britannique a de nouveau opéré avec un effet concerté, diabolisant les isolationnistes et dénigrant les partisans et les membres de l’America First Committee. Le grand espoir était que la Grande-Bretagne combattrait les Allemands jusqu’au dernier Américain. Cela a conduit à l’une des plus grandes opérations secrètes de l’histoire du Royaume-Uni, menée sous les auspices d’une agence connue sous le nom de “British Security Coordination”. Au cours de ses opérations, le sujet du BSC est entré dans le sang politique américain, aidé par les activités d’injection de Walter Winchell, Drew Pearson, une station de radio (WRUL) et l’Overseas News Agency (ONA).

Pendant la guerre froide, les propagandistes noirs étaient à nouveau très demandés. En 2021, le Observateur a révélé que l’Information Research Department (IRD) avait fait sa part pour encourager les massacres de communistes et de sympathisants en Indonésie en 1965. le parti communiste indonésien, le PKI. Les morts qui suivirent se comptèrent par centaines de milliers.

L’IRD, qui comptait, à son apogée au milieu des années 1960, un effectif de 360 ​​personnes, avait un objectif premier : contrer la propagande soviétique et ses effets en Grande-Bretagne. Il a ses origines dans les premiers coups de feu de la guerre froide, établi en 1948 mais s’est retrouvé derrière les efforts de diverses sections de Whitehall déjà dédiées à l’effort antisoviétique.

Son programme était plus engagé et plus ambitieux qu’on ne le pensait. “C’est très clair maintenant”, a expliqué Rory Cormac, spécialiste de la subversion et de l’histoire du renseignement. Gardien, « que le Royaume-Uni s’est engagé dans plus de propagande noire que ne le supposent les historiens et que ces efforts étaient plus systémiques, ambitieux et offensants. Malgré les démentis officiels, [this] allait bien au-delà de la simple révélation de la désinformation soviétique.

Les effets de la propagande peuvent être perversement insidieux. Les alliés ou les nations amies peuvent être utilisés et abusés si le but est d’améliorer la sécurité du propagandiste. Comme Howard Becker le dit laconiquement en décrivant les conséquences de la propagande noire, « la vérité ou la fausseté, telle que déterminée par n’importe quelle norme, n’est pas soulevée. Une propagande qui atteint son but peut être entièrement vraie, elle peut être entièrement fausse ; seule la rationalité opportune gouverne le choix des moyens.

L’IRD montre que, s’il était plus modeste par rapport à ses homologues américains, soviétiques et est-européens, il pouvait se défendre en termes d’inventivité. Il s’est spécialisé dans la création de fausses sources d’information et de fausses déclarations conçues pour attiser les tensions raciales, créer l’instabilité et favoriser le chaos social et politique.

Une caractéristique de la campagne de propagande noire était la fabrication de déclarations par des organes et entités soviétiques officiels. L’agence de presse soviétique Novosti était en quelque sorte une favorite, compte tenu de la publication de 11 fausses déclarations prétendument rédigées par l’organisme entre 1965 et 1972.

À la suite de la victoire éclair d’Israël lors de la guerre des Six jours de 1967, l’équipe a rédigé un certain nombre de documents prétendant être rédigés par des organisations musulmanes mécontentes de la défaite et cherchant des réponses. Il ne fallait pas chercher bien loin le coupable du communisme athée. “Pourquoi la nation arabe est-elle en ce moment affligée par tant de chagrin et de désastre ?” demande une déclaration prétendument émise par la Ligue des Croyants, une organisation islamiste fictive. « Pourquoi les forces courageuses ont-elles été vaincues dans le jihad par les méchants sionistes ? » La raison : que « nous nous éloignons du droit chemin, nous suivons la voie choisie pour nous par les communistes-athées pour qui la religion est une forme de maladie sociale ».

D’autres documents se sont concentrés sur des organisations existantes et influentes, telles que les Frères musulmans. Une brochure de l’IRD, soi-disant publiée par le groupe, conteste la qualité de l’armement soviétique. Quant aux Soviétiques eux-mêmes, ils étaient des “athées à la langue sale” qui avaient peu de temps pour les Egyptiens, de simples “paysans qui ont vécu toute leur vie en nourrissant des superstitions réactionnaires”.

En Afrique, des efforts de propagande ont été faits pour calomnier les activités des organisations de façade soviétiques telles que la Fédération mondiale de la jeunesse démocratique. Des personnalités nationalistes et révolutionnaires ont également été visées. Une déclaration du début de 1963, forgée par l’IRD, accuse à tort les Africains d’être moralement faibles, non civilisés et « primitifs ». Le thème est répété dans une autre fausse déclaration trois ans plus tard, et dans un faux communiqué de Novosti notant la piètre qualité des étudiants africains inscrits dans une université internationale à Moscou.

Ces révélations récentes ont une certaine saveur d’évidence, mais rappellent que les nouvelles, aussi officielles soient-elles, puent lorsqu’elles sont consultées entre les lignes (et les mensonges). Cormac rappelle que l’actuelle ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, dispose de sa propre « cellule d’information gouvernementale », écho lointain de l’IRD. Il vaut la peine de regarder derrière les mérites du prochain bulletin d’information, ne serait-ce que pour être déçu.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/19/the-british-art-of-black-propaganda/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire