Le Canada a longtemps été complice des guerres impérialistes américaines

0
238

L’alliance militaire actuelle entre les États-Unis et le Canada trouve son origine dans l’entre-deux-guerres. En 1938, le président américain de l’époque, Franklin Roosevelt, a promis que sa nation « ne resterait pas les bras croisés si la domination du sol canadien était menacée par un autre empire ». Son homologue William King a répondu en nature :

Nous aussi, nous avons nos obligations en tant que bon voisin amical, et l’une d’entre elles est de veiller à ce que… notre propre pays soit rendu aussi à l’abri d’une attaque ou d’une éventuelle invasion que nous pouvons raisonnablement nous attendre à le faire, et que si l’occasion se présente surgissent, les forces ennemies ne devraient pas être en mesure de poursuivre leur chemin par voie terrestre, maritime ou aérienne vers les États-Unis à partir du territoire canadien.

Dans les années qui ont suivi, les deux pays ont renforcé leurs liens politiques et militaires, en fondant le Comité permanent mixte de défense (PJBD) en 1940, le Comité de coopération militaire (MCC) en 1946, l’Accord et le commandement nord-américains de défense aérospatiale. en 1958. Il est cependant difficile de se débarrasser de l’impression qu’au sein de cette alliance, le rôle des Forces canadiennes (FC) est en grande partie celui d’un appendice de leur superpuissance voisine du sud.

En mer de Chine méridionale, le théâtre militaire le plus récent des États-Unis, son allié du Nord a été une escalade volontaire des tensions avec la Chine. En octobre, le NCSM Winnipeg s’est joint à un destroyer américain naviguant délibérément dans le détroit de Taïwan. L’exercice militaire, une provocation pour Pékin, s’inscrivait dans le cadre des nombreuses opérations internationales de la Marine canadienne aux côtés de son homologue américaine.

Depuis l’invasion de l’Irak menée par les États-Unis en 2003, un petit “détachement» des soldats canadiens continuent de servir sous commandement américain. Opérant à partir de la base aérienne Prince Sultan près de Riyad, en Arabie saoudite, les FC sont en charge d’une équipe d’avions espions dans l’un des nombreux déploiements militaires canadiens peu discutés dans le monde.

Sous la direction du Pentagone, l’armée canadienne a mis en place un réseau de bases internationales au cours de la dernière décennie. Dans le cadre de l’initiative des deux pays visant à « projeter la puissance de combat », le Canada a établi des « nénuphars » – de petites bases militaires – au Koweït, au Sénégal et en Jamaïque. Des négociations sont actuellement en cours avec Singapour, l’Allemagne, la Tanzanie et la Corée du Sud sur la possibilité d’établir de petites bases au sein de ces pays.

Les forces spéciales canadiennes en particulier ont une longue histoire de collaboration avec leurs pairs américains. Sous le commandement conjoint des États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, la première unité des forces spéciales du Canada était composée de neuf cents Canadiens et du même nombre d’Américains. La Devils Brigade, officiellement connue sous le nom de First Special Service Force canado-américaine, a mené des missions de sabotage et organisé la résistance en Afrique du Nord, en Italie et dans le sud de la France.

Plus près de nous, les deux nations nord-américaines ont déployé leurs forces d’opérations spéciales respectives pour secourir des ONG et des membres de l’église qui auraient été menacés par la guérilla des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) à la fin des années 1990. À la fin de 2001, quarante membres de la Force opérationnelle interarmées 2 (FOI2) du Canada, aux côtés de ses homologues américains et britanniques, ont envahi l’Afghanistan.

L’armée canadienne a été aux côtés de son voisin du sud dans presque tous les conflits majeurs auxquels les États-Unis ont participé. Des dizaines de milliers de Canadiens ont combattu en Corée, en Irak, en Yougoslavie, en Afghanistan et en Libye. Entre 2014 et 2016, des avions de chasse canadiens se sont joints à la campagne de bombardement américaine sur l’Irak et la Syrie.

La mission de maintien de la paix la plus connue du Canada a été lancée à la demande de Washington. Les États-Unis se sont opposés à l’invasion britannique, française et israélienne de l’Égypte en 1956. Le Canada a dirigé une force de l’ONU conçue pour sortir Londres d’une guerre qui a déclenché des tensions au sein de l’OTAN entre l’ancienne puissance impériale et le nouvel hégémon mondial.

Au début des années 1960, les Casques bleus canadiens ont joué un rôle important dans l’assassinat américano-belge du leader de l’indépendance congolaise Patrice Lumumba. En février 2004, trente commandos de la FOI2 ont pris le contrôle de l’aéroport de Port-au-Prince. De là, le président haïtien élu social-démocrate Jean-Bertrand Aristide a été embarqué (« kidnappé » selon ses termes) dans un avion par des Marines américains et déposé en République centrafricaine. Cinq cents soldats canadiens allaient occuper Haïti dans le cadre d’une mission de l’ONU à l’instigation des États-Unis qui a installé un gouvernement intérimaire dirigé par Gérard Latortue à la suite d’un violent coup d’État.

Le Canada a des centaines d’accords militaires avec les États-Unis. Selon le ministère de la Défense nationale (MDN) du Canada, il existe « quatre-vingts accords au niveau des traités, plus de 250 protocoles d’entente et 145 forums bilatéraux sur la défense » entre les armées des deux pays. Le plus important de ces accords militaires binationaux est le Commandement de la défense aérospatiale de l’Amérique du Nord (NORAD).

Le NORAD accorde au commandant américain à son quartier général du Colorado « le contrôle opérationnel d’un élément des Forces canadiennes au Canada ». Créé pour défendre les deux pays contre une invasion de bombardiers soviétiques venant du nord, l’existence du NORAD se doit à la politique de la guerre froide du milieu du siècle. Survivant à l’Union soviétique, les systèmes du NORAD ont soutenu l’invasion de l’Irak en 2003 et les bombardements américains en Afghanistan, en Libye et en Somalie.

Les FC achètent des armes pour combattre avec leurs homologues américains. En 2002, Ray Henault, chef d’état-major de la Défense du Canada, a souligné que « le maintien de l’interopérabilité [with the US] est la clé de la pertinence future des FC. La déclaration de politique de défense du gouvernement de 2017 a cité au moins dix-neuf fois l’importance de « l’interopérabilité » avec les forces américaines et de l’OTAN. À la base, l’« interopérabilité » signifie la capacité des forces militaires à agir ensemble de manière transparente parce que leurs doctrines, protocoles et équipements sont compatibles.

La grande masse continentale et les capacités de recherche du Canada ont grandement profité à la machine de guerre américaine. Dans les années 50 et 60, le MDN finançait et soutenait la recherche psychiatrique que la CIA utilisait pour perfectionner les techniques de torture qu’elle pratiquait dans le monde entier. Le Centre de politique internationale et de défense de l’Université Queen’s à Kingston a aidé à transformer les toxines naturellement présentes dans les mollusques et crustacés en une arme. Le Canada a ensuite fourni ces poisons au centre d’armes biologiques de l’armée américaine à Fort Detrick dans le Maryland. Dans les années 1970, la CIA a tenté de tuer le président cubain Fidel Castro avec une pilule presque introuvable composée de cette même toxine de coquillage.

En 1965, les avions à réaction de l’US Air Force ont dispersé des simulateurs d’armes biologiques au-dessus du Centre de recherche pour la défense Suffield (DRES), dans la province canadienne des Prairies de l’Alberta. Le DRES était important pour les chercheurs américains pendant la guerre du Vietnam et la capacité de tester des armes sur le sol canadien a contribué à faire avancer l’effort de guerre des États-Unis. Comme l’a expliqué le célèbre journaliste d’investigation Seymour Hersh :

Suffield est devenu colossalement important pour la CBW [Chemical Biological Weapons] personnes ici l’année dernière. Depuis que le tollé a éclaté à propos des tests aux États-Unis [in the summer of 1969] c’est une chose connue à Washington que Suffield est devenu la principale zone d’essai aux États-Unis.

Dans les années 1980, DRES a reçu un coup de pouce du regain d’intérêt de l’administration Reagan pour les CBW. De l’autre côté du pays, les États-Unis ont testé l’agent orange et d’autres défoliants utilisés pour réduire l’approvisionnement alimentaire dans les zones soutenant l’insurrection anticoloniale au Vietnam. Un mémorandum de l’armée américaine de 1968 intitulé « Defoliation Tests in 1966 at Base Gagetown, New Brunswick, Canada » expliquait pourquoi le Canada en particulier était un allié si approprié des États-Unis.

La nation nord-américaine avait à sa disposition « de vastes zones de densité similaire à celles d’intérêt de l’Asie du Sud-Est ». Par la suite, « en mars 1965, le ministère canadien de la Défense a offert à la Division des cultures de vastes étendues de terres densément boisées pour des tests expérimentaux de produits chimiques défoliants ». Des chercheurs militaires américains ont conçu ces produits chimiques pour cibler « des densités de végétation similaires à celles des zones tempérées et tropicales telles que l’Asie du Sud-Est ».

La marine américaine gère et finance une installation d’essais sur la côte est de l’île de Vancouver en Colombie-Britannique (C.-B.). Les champs de tir d’expérimentation et d’essais maritimes des Forces canadiennes (CFMETR) sont largement utilisés par les sous-marins américains à propulsion nucléaire et dotés d’armes nucléaires. Dans les années 1990, des sous-marins américains ont tiré des milliers de torpilles sur l’installation de Nanoose Bay. (Le fond marin mou leur permet de récupérer des torpilles coûteuses.)

Après avoir approuvé la législation sans armes nucléaires, le gouvernement du Nouveau Parti démocratique (NPD) de la Colombie-Britannique a demandé un examen des impacts environnementaux de Nanoose Bay à la fin des années 1990. En réponse, Ottawa a exproprié les terres de CFMETR dans ce qui était la première expropriation hostile de propriétés provinciales depuis le début du vingtième siècle (la Cour fédérale du Canada a finalement statué contre le gouvernement fédéral).

Washington pousse régulièrement Ottawa à augmenter les dépenses militaires. Paul Cellucci, ambassadeur des États-Unis au Canada au début, a révélé que, lors de sa nomination en 2002, sa seule instruction était de faire avancer cette directive. Lors d’un discours prononcé en 2016 devant le Parlement canadien, le président Barack Obama a appelé le gouvernement fédéral à augmenter ses dépenses militaires. En 2018, le président Donald Trump a envoyé au premier ministre Justin Trudeau une lettre demandant au Canada d’améliorer sa préparation militaire.

Si l’histoire des relations canado-américaines nous dit quelque chose, c’est que l’objectif principal de l’alliance entre les deux nations est de se préparer à une intervention militaire impérialiste à l’étranger. La puissance militaire canadienne existe en tant qu’accessoire pour la suprématie militaire mondiale des États-Unis. Briser les liens étroits entre ces nations contribuera à saper la domination de l’hégémonie mondiale.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire