Le Canada envoie une délégation en Haïti pour « évaluer » la crise sécuritaire | Actualité politique

0
27

Le Canada a envoyé une équipe en Haïti pour évaluer la détérioration de la situation sécuritaire du pays, alors que la ministre canadienne des Affaires étrangères a rencontré son homologue américain à Ottawa pour discuter d’une proposition dirigée par Washington d’envoyer une force armée internationale dans la nation des Caraïbes.

Dans un communiqué publié jeudi, le ministère canadien des Affaires étrangères a déclaré qu’une délégation gouvernementale était en Haïti “pour consulter les parties prenantes sur les options pour aider le peuple haïtien à résoudre les crises humanitaires et sécuritaires”.

La délégation examine également « comment le Canada peut contribuer à la réponse internationale » en Haïti, a poursuivi le ministère, dans ce qui a été qualifié de « mission d’évaluation ».

« Le Canada et la communauté internationale sont préoccupés par la violence en Haïti, en particulier contre les femmes et les filles. Le Canada ne restera pas inactif pendant que les gangs et ceux qui les soutiennent terrorisent les citoyens haïtiens et nous continuerons à soutenir les Haïtiens respectueux des lois pour mettre fin à la crise dans leur pays », a déclaré la ministre des Affaires étrangères Melanie Joly dans le communiqué.

L’annonce est intervenue alors que le secrétaire d’État américain Antony Blinken effectuait son premier voyage officiel au Canada pour s’entretenir avec Joly et le premier ministre canadien Justin Trudeau.

Haïti, qui a connu une augmentation de la violence des gangs et de l’instabilité politique depuis le meurtre du président Jovenel Moise en juillet de l’année dernière, devait être l’un des principaux sujets de discussion lors de la visite de Blinken à Ottawa et à Montréal cette semaine.

“La situation [in Haiti] est tout simplement insoutenable », a déclaré Blinken lors d’une conférence de presse aux côtés de Joly jeudi après-midi. “Nous continuerons à travailler ensemble pour rallier le soutien international afin d’aider le peuple haïtien à trouver une voie à suivre”, a-t-il déclaré.

Plus tôt ce mois-ci, le Premier ministre par intérim d’Haïti, Ariel Henry, a demandé à la communauté internationale de l’aider à mettre en place une « force armée spécialisée » pour réprimer la violence.

Un blocus de gangs en cours sur un terminal pétrolier clé dans la capitale, Port-au-Prince, a entraîné de graves pénuries de carburant et d’eau, tandis que la violence sévit. Les hôpitaux ont été contraints de réduire leurs services en raison d’un manque d’électricité, ce qui complique également la réponse à une nouvelle épidémie de choléra.

Le secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, a déclaré ce mois-ci qu’il pensait qu’une “action armée” était nécessaire pour atténuer l’emprise des gangs sur le terminal de carburant et pour mettre en place un couloir humanitaire pour acheminer les fournitures. António Guterres avait également exhorté la communauté internationale à répondre d’urgence à la demande d’assistance d’Henry.

Mais de nombreux manifestants haïtiens et dirigeants de la société civile ont rejeté la perspective d’une intervention internationale, affirmant que l’histoire a démontré que les forces étrangères apportent “plus de problèmes que de solutions”.

Certains Haïtiens disent également qu’Henry manque de légitimité et ils l’ont appelé à démissionner. Le premier ministre a été choisi par Moise pour occuper le poste peu de temps avant la mort du président l’année dernière, et Henry a le soutien du groupe CORE, qui comprend le Canada et les États-Unis.

La semaine dernière, le Conseil de sécurité de l’ONU a adopté une résolution établissant un “régime de sanctions” contre les chefs de gangs haïtiens, dont Jimmy “Barbecue” Cherizier, et leurs partisans.

L’initiative, dirigée par les États-Unis et le Mexique, est venue en réponse à un appel des Haïtiens “à prendre des mesures contre les acteurs criminels, y compris les gangs et leurs financiers, qui ont sapé la stabilité et accru la pauvreté dans leur société dynamique”, a déclaré l’ONU aux États-Unis. émissaire, Linda Thomas-Greenfield.

“Mission de sécurité internationale”

Les États-Unis et le Mexique, quant à eux, travaillent sur une autre résolution visant à établir « une mission internationale d’assistance à la sécurité non onusienne » en Haïti pour répondre aux crises. Thomas-Greenfield avait indiqué mi-octobre que la mission serait dirigée par “un pays partenaire”, sans plus de précisions.

Plus tôt cette semaine, le journal Miami Herald, citant des sources non identifiées, a rapporté que le projet de résolution était « au bord de l’échec après qu’aucun pays ne se soit porté volontaire pour fournir des troupes ».

Mais cela a été contesté par Brian Nichols, le secrétaire d’État américain adjoint pour l’hémisphère occidental, qui a déclaré aux journalistes lors d’un briefing mercredi qu’il était “très optimiste” quant à la capacité des pays à se rassembler.

“Je suis fortement en désaccord avec l’idée qu’une résolution autorisant une force multinationale soit en péril”, a-t-il déclaré, comme le rapporte l’agence de presse AFP. Nichols a ajouté qu'”un certain nombre de pays” ont la capacité de diriger une mission, mais qu’aucune décision n’a encore été prise.

“Parmi ces pays se trouve le Canada, mais ce n’est pas le seul pays qui peut faire cela”, a-t-il déclaré.

Interrogé jeudi si Ottawa était prêt à diriger la mission proposée, Joly, le ministre des Affaires étrangères, n’a pas répondu directement. Au lieu de cela, elle a souligné que le gouvernement canadien continuerait de soutenir Haïti alors qu’il faisait face à des crises sécuritaires, humanitaires et politiques.

Pour sa part, Blinken a déclaré que Joly et lui avaient discuté de ce à quoi ressemblerait une telle force internationale et de ce dont elle aurait besoin. “Et nous avons tous deux parlé à divers pays pour évaluer leur intérêt et leur volonté de participer”, a déclaré le secrétaire d’État américain aux journalistes.

“Le but d’une telle mission serait d’aider la Police nationale haïtienne à faire son travail”, a-t-il dit, “pour s’assurer que l’État contrôle à nouveau le pays, et non les gangs qui sont actuellement l’un des plus gros problèmes qui auxquels nous sommes confrontés pour pouvoir réellement aller de l’avant et aider Haïti.

Le Canada et les États-Unis ont annoncé le 15 octobre qu’ils avaient envoyé à Haïti du matériel de sécurité déjà acheté par le pays, «y compris des véhicules tactiques et blindés», dans le but de renforcer les forces de police haïtiennes.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/10/27/canada-sends-delegation-to-haiti-to-assess-security-crisis

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire