Le compte de l’Ivy League avec l’esclavage est attendu depuis longtemps – Mother Jones

0
43

Une gravure de 1764 du Nassau Hall de Princeton (à gauche) et de la maison du président, où les serviteurs réduits en esclavage d’un président de campus décédé devaient être vendus aux enchères en 1766.Henry Dawkins/Archives de l’Université de Princeton

Les faits comptent : Inscrivez-vous gratuitement Mère Jones Quotidien bulletin. Soutenez nos rapports à but non lucratif. Abonnez-vous à notre magazine imprimé.

Dans un rapport publié mardi, Harvard a commencé le processus de lutte contre ses liens avec «l’institution particulière» de l’esclavage: «Nous maintenant officiellement et publiquement – et avec un engagement indéfectible envers la vérité et la réparation – ajoutons l’Université de Harvard à la longue et croissante liste des établissements d’enseignement supérieur américains, situés à la fois dans le Nord et dans le Sud, qui sont empêtrés dans l’histoire de l’esclavage et de ses héritages », proclame l’introduction.

Contrairement aux récits simplistes dont sont nourris de nombreux écoliers américains, l’esclavage était bien plus que le fondement de l’économie agraire du Sud et la source de sa richesse blanche. L’esclavage a également prospéré dans le Nord, et même lorsque ces colonies ont commencé à l’interdire, elles ont continué à profiter et à alimenter la demande de coton, de sucre et d’autres produits qui dépendaient du travail humain forcé. (Clint Smith inclut un chapitre révélateur sur l’esclavage à New York dans son récent livre acclamé, Comment le mot est passé.)

L’esclavage faisait partie intégrante de Harvard, selon le rapport. De sa fondation en 1636 jusqu’en 1783, lorsque le Massachusetts a jugé l’esclavage illégal, les dirigeants, les professeurs et le personnel du collège “ont réduit en esclavage plus de 70 personnes”, note le rapport. “Des hommes et des femmes réduits en esclavage ont servi les présidents et les professeurs de Harvard et ont nourri et soigné les étudiants de Harvard.”

L’université, qui crée actuellement un fonds de restitution de 100 millions de dollars, a également profité indirectement, « notamment, de la bienfaisance des donateurs qui ont accumulé leur richesse grâce à la traite des esclaves ».

Le rapport m’a rappelé un article de 2017 sur l’esclavage à l’Université de Princeton que j’ai découvert en recherchant mon propre livre sur les avantages accordés à l’élite américaine. La ville de Princeton, où j’ai fréquenté le lycée au début des années 80, comptait une importante population noire malgré sa relative richesse et son ambiance preppie. Il y avait alors une rumeur, qui persiste, selon laquelle les étudiants de Princeton des États esclavagistes arrivaient sur le campus avec leurs serviteurs réduits en esclavage, puis les libéraient après l’obtention de leur diplôme – d’où la communauté noire locale florissante. Cette rumeur est fausse, comme il s’avère.

Les historiens de Princeton Craig B. Hollander et Martha A. Sandweiss ont écrit, dans l’article mentionné ci-dessus, que le collège avait formellement interdit aux étudiants d’amener des serviteurs réduits en esclavage sur le campus en 1794, mais “nous n’avons trouvé absolument aucune preuve” qu’ils l’aient jamais fait, Sandweiss me l’a dit dans un e-mail. “La plus proche que nous ayons trouvée est l’histoire bien documentée de James Madison, dont le serviteur asservi l’a essentiellement accompagné sur le campus, l’a déposé et est rentré chez lui en Virginie.”

Il n’en était pas de même de la direction. Hollander et Sandweiss ont rapporté que les neuf premiers présidents du Collège du New Jersey, comme on appelait alors Princeton, étaient des propriétaires d’esclaves, ou l’avaient été à un moment donné. Lorsque le cinquième président de Princeton, Samuel Finley, mourut en juillet 1766, écrivirent-ils, ses biens furent mis en vente : il s’agissait notamment de « deux femmes noires, un homme noir et trois enfants noirs ». La femme, selon les exécuteurs testamentaires de Finley, “comprend toutes sortes de travaux ménagers, et l’homme noir est bien équipé pour l’activité agricole dans toutes ses branches”. S’ils restaient invendus, ils devaient être vendus aux enchères à la résidence du campus du président le 19 août de la même année.

(Comme la plupart des universités ayant des liens directs avec l’esclavage, Princeton n’a pas mis de côté d’argent pour la restitution ou les réparations, bien qu’elle et d’autres écoles aient lancé d’importants projets de recherche – Sandweiss dirige Princeton – pour documenter ces liens. institution, a créé un fonds de réparation d’environ 28 millions de dollars en 2019.)

Sur le campus et à l’extérieur, ont rapporté Hollander et Sandweiss, les étudiants de Princeton ont rencontré des Noirs réduits en esclavage qui livraient du bois dans leurs chambres, s’occupaient des champs voisins ou travaillaient en ville. John Witherspoon, sixième président du collège et homonyme de l’une des rues principales du centre-ville de Princeton, était également propriétaire d’esclaves, bien qu’il ait épousé une philosophie qui, selon l’historienne de l’Alabama Margaret Abruzzo, mettait l’accent sur “la bienveillance et la sympathie humaines comme fondements de toute moralité”. Pourtant, Abruzzo a écrit que les enseignements de Witherspoon “ont donné à une génération d’étudiants une langue pour défier l’esclavage”.

La relation de Princeton avec l’esclavage était compliquée. Elle se considérait, plus que la plupart des écoles à l’époque, comme une université nationale, où les étudiants du Nord et du Sud pouvaient vivre en harmonie. Une partie substantielle du corps étudiant – près des deux tiers de la classe de 1851, selon Hollander et Sandweiss – était originaire d’États esclavagistes. Princeton était relativement conservateur, mais les opinions sur le campus tendaient contre l’esclavage.

Il y avait un certain sentiment abolitionniste en marge, mais plus particulièrement, le collège est devenu le «point zéro» du mouvement de colonisation, qui préconisait d’envoyer des Noirs libérés en Afrique ou de leur fournir des terres ailleurs afin qu’ils puissent vivre à l’écart des Blancs. (Un groupe ayant des liens avec le collège a aidé à acquérir le terrain qui allait devenir le Libéria.)

Samuel Stanhope Smith, qui a succédé à Witherspoon à la présidence de l’université, avait également gardé des esclaves, mais “a enseigné à ses étudiants que l’esclavage constituait une menace particulièrement grave pour le bien-être spirituel, moral et politique de la nation”, ont écrit Hollander et Sandweiss. Pourtant, Smith n’était pas un abolitionniste. “Aucun événement, s’écrie-t-il, ne peut être plus dangereux pour une communauté que l’introduction soudaine en elle de vastes multitudes de personnes, libres dans leur condition, mais sans propriété, et n’ayant que des habitudes et des vices d’esclavage.”

Smith a également écrit que “ni la justice ni l’humanité n’exigent que [a] maître, qui est devenu l’innocent possesseur de cette propriété, doit s’appauvrir au profit de l’esclave.

Lors de son déménagement à Princeton en 1813, selon Hollander et Sandweiss, le huitième président du collège, Ashbel Green, « a acheté un garçon de 12 ans nommé John et un garçon de 18 ans nommé Phoebe pour travailler comme domestiques dans la maison. Green a écrit dans son journal qu’il les libérerait chacun à l’âge de 25 ou 24 ans “s’ils me servaient à mon entière satisfaction”.

Enfant, j’avais toujours imaginé les abolitionnistes comme un groupe juste et héroïque. En effet, ils ont dû faire face à des réactions féroces et parfois violentes de la part des forces pro-esclavagistes. (Hollander et Sandweiss se souviennent d’un incident en 1835 où un groupe d’étudiants de Princeton entreprit de lyncher un abolitionniste blanc ; ils finirent par le chasser de la ville.)

Ce n’est que plus tard que j’ai appris que très peu d’abolitionnistes soutenaient l’égalité des droits pour les Noirs. Il y avait une crainte généralisée, comme Smith l’a exprimé, que la libération des esclaves et leur donner des droits constituait une menace pour la république, une menace encore plus grande que le différend national sur l’esclavage. Les propriétaires d’esclaves, quant à eux, étaient terrifiés par les représailles et protégeaient farouchement leur “propriété”.

Ainsi, alors que les abolitionnistes blancs détestaient l’institution, comme le souligne Henry Louis Gates Jr. de Harvard dans son livre Stony la route, la plupart sont restés suprématistes blancs. Même Abraham Lincoln, qui a parfois utilisé le mot n, a proclamé, lors d’un débat de campagne au Sénat avec son rival sortant, le sénateur Stephen Douglas, “Je n’ai aucun but d’introduire l’égalité politique et sociale entre les races blanche et noire.”

“Je suis d’accord avec le juge Douglas que [the Black man] n’est pas mon égal à bien des égards – certainement pas en couleur, peut-être pas en dotation morale ou intellectuelle », a déclaré Lincoln. “Mais dans le droit de manger le pain, sans la permission de personne d’autre, que sa propre main gagne, il est… l’égal de tout homme vivant.”

Gates note que lorsque l’abolitionniste noir Frederick Douglass a assisté à des rassemblements anti-esclavagistes dans le nord, il “a subi une quantité considérable de moqueries, de harcèlement et même de violence physique”. Comme Douglass a écrit dans son propre journal, L’étoile du Nord: “Le sentiment (ou quoi qu’il en soit) que nous appelons préjugé, n’est rien de moins qu’une haine meurtrière et infernale de toutes les vertus qui peuvent jamais orner le caractère d’un homme noir.”

Pour en revenir à l’enseignement supérieur, qui était (et reste) la voie la plus efficace vers la mobilité ascendante, la restitution semble de mise pour de nombreuses institutions universitaires – Dartmouth en est un autre exemple – non seulement pour leur rôle direct dans l’esclavage, mais pour combien de temps cela a pris qu’ils commencent à offrir une éducation aux Noirs.

Les premiers étudiants noirs de Princeton n’ont été admis qu’en 1945, dans le cadre d’un programme parrainé par la Marine, et les femmes n’ont été autorisées qu’en 1969. (“Si Princeton devient mixte… PRINCETON EST MORT”, a protesté un ancien.) Harvard s’est avéré plus progressiste , diplômé de son premier homme noir en 1870 et ouvrant ses portes aux femmes, via le collège sœur Radcliffe, en 1920.
Mais aujourd’hui encore, la plupart de ces universités s’accrochent à la pratique népotiste des admissions héritées, qui va à l’encontre de toute notion d’équité et de restitution. Une enquête de 2018 auprès des directeurs des admissions par À l’intérieur de l’enseignement supérieur ont constaté que 42 % des collèges privés et 6 % des collèges publics donnaient un coup de pouce aux admissions aux enfants des anciens élèves, et parfois aux petits-enfants et frères et sœurs des anciens élèves.

Les classes de première année dans les écoles héritées sont généralement composées de 10 à 20% de descendants d’anciens élèves, ce qui rivalise et dépasse parfois l’inscription des groupes raciaux sous-représentés. Une enquête sur la promotion de Harvard en 2019 par le journal du campus, le cramoisi, a constaté que 28 % des étudiants de première année entrants avaient un ou plusieurs parents d’anciens élèves, et près de 17 % avaient au moins un parent d’anciens élèves. Parmi les héritages directs de l’enquête, 43% ont déclaré que leurs parents gagnaient au moins 500 000 dollars par an.

Pour les classes de 2000 à 2019, le taux moyen d’acceptation de l’héritage de Harvard était d’environ 34%, contre 6% pour les non-héritages, selon une analyse commandée par un groupe d’action anti-affirmative (ironiquement) qui conteste les politiques d’admission de Harvard devant les tribunaux. . À Stanford, le taux d’admission hérité est environ trois fois supérieur au taux non hérité. À Dartmouth, qui a également des admissions héritées, 15% de la promotion de 2025 sont des enfants d’anciens élèves.

Le Quotidien Princetonien, le journal du campus de Princeton, a rapporté que seulement 2% des 35 370 étudiants postulant pour la promotion de 2022 étaient des héritages, mais près d’un tiers d’entre eux ont été acceptés. Cela se compare à un taux d’admission global de 5,5%, 6,2% pour les étudiants de couleur. La classe résultante comptait plus de 14% d’étudiants hérités. Dans son livre de 2016 Le prix d’entréele journaliste lauréat du prix Pulitzer Daniel Golden a écrit qu’il est interdit aux collèges privés d’élite, comme condition de leur statut d’exonération fiscale, de se livrer à la discrimination raciale, mais les héritages qui aspirent des places aux dépens d’autres étudiants qualifiés sont extrêmement riches et blanche.

Les anciens inventeront de nombreuses justifications pour le système d’héritage, mais la réalité est que cela n’a rien à voir avec le mérite et tout à voir avec le fait que les héritages et leurs familles sont considérés par les collèges comme des donateurs probables. Ainsi, malgré les efforts déployés par certains pour réparer leurs actions dans le passé, la plupart des écoles de l’Ivy League et d’autres continuent de placer l’intérêt financier au-dessus de tout ce qui est juste et équitable.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire