Le Congrès approuve un projet de loi de 40 milliards de dollars sur la guerre en Ukraine

0
41

Photographie de Nathaniel St. Clair

Qui tiendra les politiciens de carrière et la classe dirigeante responsables ?

Rand Paul n’a jamais pensé clairement à l’économie, et la relation entre sa moralité et sa politique partisane n’est pas le sujet de cette chronique. Personne n’a besoin qu’on lui rappelle que Rand Paul est un « libertaire » d’Ayn Randian. C’est impuissant et passe à côté du point crucial de cette chronologie des événements. Entièrement. Le fait brut demeure que Rand a au moins soulevé la question de la comptabilité publique d’un vaste budget de guerre. Lorsqu’il y a eu une ruée bipartite pour approuver le récent budget de guerre ukrainien de 40 milliards de dollars, sa dissidence a été cruciale pour retarder l’approbation automatique.

La question la plus pointue et la plus opportune est de savoir pourquoi Bernie Sanders s’est absenté, avec l’ensemble du caucus progressiste au Congrès. Que l’un d’entre eux appartienne à une école marxiste quelconque est une question secondaire. Ce qui importe le plus, c’est de savoir s’ils poursuivent une politique concrète de paix. Élèvent-ils le socle de la social-démocratie dans les politiques publiques telles que les soins de santé, le logement et l’éducation ? Les budgets de guerre bipartites qui augmentent d’année en année ont pour conséquence certaine de détourner les fonds publics des biens et services sociaux de base.

Personne ne s’attendait sérieusement à ce que Sanders ait jamais eu l’esprit combatif pour suivre l’exemple de Karl Liebknecht, qui a rompu les rangs avec les délégués parlementaires du Parti social-démocrate allemand lorsqu’il a voté contre les crédits de guerre à la veille de la Première Guerre mondiale.

La solidarité transfrontalière avec l’Ukraine est nécessaire. On ne peut pas faire confiance aux politiciens de carrière pour empêcher le genre d’escalade militaire qui pourrait entraîner une guerre nucléaire. Cette responsabilité publique nous appartient, le peuple.

Le régime de Poutine est engagé dans une campagne impériale fracassante en Ukraine. Il est plus facile de condamner cette campagne que de remettre en question le budget de plusieurs milliards de dollars qui est désormais garanti pour stimuler le marché mondial des armes. Quiconque demande une comptabilité publique de base dans ce budget de guerre peut facilement être diffamé en tant qu’agent du régime de Poutine. C’est précisément le terrain idéologique sur lequel convergent les visions du monde de FOX News et de MSNBC.

Cette guerre n’est pas une cause exclusivement juste. C’est aussi un énorme cadeau pour les budgets de l’armée et du Pentagone. Nous savons que des budgets de guerre aussi énormes vont toujours de côté et ne sont jamais exclusivement consacrés à une guerre en cours favorisée par la classe dirigeante. En temps de guerre comme en temps de paix – bien que les guerres soient devenues des courses de relais au fil des décennies – le Congrès est devenu le front office de la classe dirigeante.

Il y a des secteurs de la gauche qui se sont peints dans un coin idéologique. En particulier, deux camps diamétralement opposés de la gauche officielle se sont réfugiés dans des délires. Ils prétendent jouer un rôle important sur l’échiquier géopolitique, que les impérialistes britanniques d’il y a un siècle appelaient le Grand Jeu.

Ainsi, les rétro-staliniens ne peuvent se résoudre à condamner clairement et d’emblée le régime de Poutine, car « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ». Ou bien ils réduisent une telle critique à une note de bas de page, ou une mention en passant après avoir donné une autre histoire en pot de l’impérialisme occidental. De même, les «progressistes» qui sont des joueurs d’équipe au sein du Parti démocrate refusent de tenir Sanders, Ocasio-Cortez et d’autres au Congrès responsables de positions élémentaires contre la guerre et l’empire.

Dans les grands médias des “journaux historiques” et des émissions de télévision, il n’y a eu aucune demande de comptabilité publique de ce budget de guerre, tout comme le budget du Pentagone est devenu irresponsable pendant des décennies et au cours de toutes les guerres et campagnes militaires depuis la Première Guerre mondiale. Deux. Une exception notable était l’article publié en première page de Le New York Times le 11 mai 2022, intitulé “Les États-Unis envoient des milliards à Kiev, avec peu de débat”. Pour être tout à fait clair, cette question avait bien été soulevée auparavant par des écrivains et des journalistes indépendants. Un peu en marge du discours officiel, certes, mais la pression constante a finalement eu une certaine influence même sur les rédacteurs de Le New York Times.

La Russie et les États-Unis sont des puissances nucléaires. Les paroles vagues et les pensées brumeuses sur la guerre totale sont émotionnellement satisfaisantes pour certains experts. Il est aussi moralement en faillite et globalement imprudent. Parmi les mauvaises conséquences de cette guerre figure peut-être un règlement négocié qui redessine la carte dans certains secteurs de l’est de l’Ukraine. Cependant, s’emparer de tout le littoral de l’Ukraine n’est bien sûr pas une position de négociation sensée ou réaliste. Il n’y aura pas de fin idéale à cette guerre. Une certaine modification de la forme des États est préférable au massacre et à la destruction en masse au cours d’une longue guerre d’usure.

Un coup d’État politique contre le régime de Poutine, peut-être initié par les professionnels les plus sensés de l’armée russe, est possible mais au-delà de toute prévision. Quant à un soulèvement populaire démocratique du peuple russe contre les oligarques et l’État policier, cela peut être un espoir romantique à une époque où les agents de Poutine battent, emprisonnent et même assassinent des opposants publics. La Russie en tant que nation n’a pas encore eu une expérience historique profonde d’une démocratie généralisée et soutenue, même si elle est profondément imparfaite. Cette nation est passée du tsarisme au communisme puis au capitalisme à visage de gangster. De l’autocratie à l’étatisme de parti unique en passant par l’ultranationalisme ethno-mystique de Poutine. Les trois régimes étatiques exigeaient un mensonge organisé et la suppression des médias indépendants.

La critique légitime de Poutine à l’égard de l’expansionnisme de l’OTAN peut être considérée comme un sujet distinct. Son invasion brutale de l’Ukraine, cependant, a eu pour effet exact d’élargir la coalition de l’OTAN. Surtout le long de la frontière finlandaise et russe.

Il y a des membres autoproclamés de la gauche « anti-impérialiste » qui ne s’opposent pas vraiment à la guerre et à l’empire. Pas si la campagne impériale est menée par une nation en conflit avec les puissances occidentales et l’OTAN. Ainsi, la position sectaire de Brian Becker, inchangée à tous égards importants depuis des décennies, est maintenant la doctrine reçue de Max Blumenthal et d’autres dans le camp rétro-stalinien.

Les tentatives de changer ce sujet pour les vrais crimes de la CIA et des puissances occidentales sont des tactiques réflexives des tankistes. De même, une défense réflexive des faux progressistes au Congrès n’est qu’une sortie partisane de la réalité.

Combattez les partis de la guerre et de l’empire. Une campagne consciente de classe pour la paix à travers les frontières nationales est difficile. L’alternative est un massacre industriel en cours, et peut-être une guerre nucléaire.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/17/congress-approves-40-billion-dollar-ukraine-war-bill/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire