Le convoi de la liberté du Canada a révélé l’imposture du conservatisme « pro-travailleur »

0
96

Le 10 février, un peu plus d’une semaine avant que la police n’intervienne finalement pour expulser l’occupation du centre-ville d’Ottawa depuis près d’un mois, la députée manitobaine Candice Bergen s’est levée à la Chambre des communes et a demandé aux manifestants de rentrer chez eux. « Je vous demande de démanteler les blocages », a déclaré le chef par intérim du Parti conservateur du Canada. “Manifestez pacifiquement et légalement, mais il est temps d’enlever les barricades et les camions pour le bien de l’économie et parce que c’est la bonne chose à faire.” Bien que Bergen ait pris soin de réitérer l’opposition de son parti aux mandats de vaccination et au maintien des restrictions COVID, la déclaration a tout de même marqué un changement prononcé dans la rhétorique des politiciens de droite les plus puissants du Canada – dont beaucoup avaient assez ouvertement cherché à s’aligner sur eux-mêmes. – a décrit Freedom Convoy qui avait passé une grande partie de janvier retranché dans la capitale nationale.

Bergen elle-même avait posé pour des photos avec des manifestants, tout comme d’autres députés conservateurs, y compris l’ancien chef du parti Andrew Scheer. Le premier ministre ontarien Doug Ford, quant à lui, a d’abord offert une approbation efficace, remarquant le 4 février : « Je comprends leur frustration. . . . Si les gens veulent descendre et protester, que Dieu les bénisse. “[that] il est illégal et punissable de bloquer et d’entraver la circulation des biens, des personnes et des services le long des infrastructures essentielles.

En analysant la chronologie des événements, la cause du pivot plutôt abrupt du conservatisme institutionnel est ainsi facilement identifiée et profondément instructive. Avec les passages frontaliers clés bloqués, ce que les dirigeants conservateurs avaient initialement considéré comme une sorte de perturbation vénielle est soudainement devenu une espèce complètement différente : à savoir, celle qui effraie les marchés et les intérêts commerciaux et met les profits en danger.

Bien qu’il y ait sans aucun doute de nombreuses leçons à tirer des événements récents au Canada, il y a un aperçu utile dans cet épisode particulier sur les limites du soi-disant populisme de droite et les efforts de diverses personnalités conservatrices pour renommer leur projet en un projet aligné sur le la classe ouvrière. Ce n’est pas, inutile de le dire, parce que des gens comme Bergen et Ford ont retiré leur soutien à une sorte de mouvement de travailleurs biologiques : stimulé par les grands médias américains, comptant de nombreuses personnes riches parmi sa base de donateurs et obtenant l’approbation de la communauté mondiale l’homme le plus riche, le Freedom Convoy n’était clairement rien de tel (même s’il attirait un certain soutien de la classe ouvrière). Le revirement très soudain de ses personnalités dirigeantes n’en reste pas moins une démonstration frappante de la déférence inflexible du conservatisme envers les marchés et l’entreprise privée sans entraves.

Depuis 2016, un assortiment d’experts et d’intellectuels du monde anglo-américain a cherché à faire avancer l’idée générale d’une nouvelle droite pro-travailleur. Le nouveau conservatisme, nous dit-on, sera plus populiste, plus ouvrier et, par-dessus tout, plus disposé à intervenir directement sur les marchés et à les réguler que ses diverses incarnations post-reaganiennes. En tant que posture rhétorique frappée par les politiciens de droite, certaines versions de celle-ci sont en fait déjà apparues dans le courant politique dominant.

L’automne dernier, par exemple, la chef conservatrice du Canada depuis déchue, Erin O’Toole, a fait campagne sur une série de slogans pro-travailleurs et a promis une représentation accrue des travailleurs au sein des conseils d’administration. Lors de sa première course à la présidence, Donald Trump a semblé s’opposer à l’orthodoxie économique conservatrice en visant l’Accord de libre-échange nord-américain (ALENA). En 2020, Marco Rubio, Jeff Sessions et un certain nombre d’autres personnalités républicaines de premier plan ont signé une déclaration annonçant un « avenir conservateur pour le mouvement ouvrier américain ». Le sénateur Josh Hawley, quant à lui, a appelé le GOP à devenir « un parti ouvrier, pas un parti de Wall Street » (il y a certainement d’autres exemples possibles).

Il est indéniable que ce style peut parfois être politiquement efficace. La vraie question, cependant, est de savoir si cela signale réellement une rupture significative avec la politique institutionnelle de droite telle que nous la connaissons. Dans le cas du Freedom Convoy du Canada au moins, la réponse est clairement non. Tout politicien peut adapter ou coopter le langage de classe s’il le trouve utile. Mais un test critique d’une politique populiste ouvrière vient de sa volonté d’affronter, de perturber ou de défier de manière significative les marchés et le capital : les augmentations du salaire minimum sont toujours opposées par les lobbies d’affaires ; les syndicats et les grèves contrarier les patrons et les actionnaires ; les biens publics étendus et la redistribution économique signifient généralement des impôts plus élevés sur les riches et moins de profits privés.

Compte tenu des objectifs ultimes de ses blocages (et de son manque d’attention évident aux principaux problèmes de main-d’œuvre auxquels est confrontée l’industrie du camionnage), le convoi n’a peut-être pas représenté un authentique mouvement ouvrier. Pourtant, en se retournant si brusquement contre elle, les dirigeants conservateurs ont indirectement révélé que le type d’agitation populiste qu’ils trouvent tolérable a encore plus à voir avec des slogans et des coups de klaxon qu’avec des entreprises ou des intérêts commerciaux, même momentanément.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire