Le Danemark s’apprête à voter lors d’un référendum sur l’adhésion à la politique de défense de l’UE | Actualités de l’Union européenne

0
39

Les électeurs danois décideront mercredi s’ils souhaitent ou non adhérer à la politique de défense commune de l’UE alors que le gouvernement cherche à resserrer les liens de sécurité avec ses alliés.

Historiquement sceptiques quant aux efforts de l’Union européenne pour approfondir la coopération, les électeurs danois sont sur le point de choisir d’abandonner la décision du pays il y a 30 ans de se retirer de la politique de défense commune du bloc.

Le référendum danois vient mercredi comme le dernier exemple de pays européens recherchant des liens de défense plus étroits avec des alliés en réponse à l’invasion de l’Ukraine par la Russie.

Il fait suite aux candidatures historiques de la Suède et de la Finlande pour rejoindre l’OTAN – quelque chose qui sera abordé lors d’un sommet le mois prochain.

L’adhésion du Danemark à la politique de défense de l’UE aurait un effet relativement modeste sur l’architecture de sécurité européenne, en particulier par rapport à l’adhésion de la Suède et de la Finlande à l’OTAN.

Mais Christine Nissen, chercheuse à l’Institut danois d’études internationales, a déclaré que les deux mouvements faisaient “partie de la même histoire” et renforceraient la coopération militaire sur un continent abasourdi par la guerre en Ukraine.

Elle a déclaré que le principal effet de l’abandon de la décision de non-participation serait que les responsables danois pourraient rester dans la salle lorsque leurs collègues de l’UE discuteraient de sujets de défense et que les forces danoises pourraient participer aux opérations militaires du bloc.

Des décennies en marge

Le Danemark, membre fondateur de l’OTAN, est resté en marge des efforts de l’UE pour construire une politique de sécurité et de défense commune parallèlement à l’alliance transatlantique.

C’était l’une des quatre mesures de non-participation sur lesquelles les Danois ont insisté avant d’adopter le traité de Maastricht de l’UE, qui a jeté les bases de l’union politique et économique.

La dérogation de 1992 signifie que le Danemark n’a pas participé aux discussions de l’UE sur la politique de défense, son développement et l’acquisition de capacités militaires et ses opérations militaires conjointes, comme celles en Afrique et en Bosnie-Herzégovine.

Les Danois ont également choisi de ne pas participer à la coopération de l’UE dans les domaines de la justice et des affaires intérieures, de la monnaie commune et de la citoyenneté.

La décision de non-participation à la citoyenneté, selon laquelle la citoyenneté européenne ne remplacerait pas la citoyenneté nationale, est depuis devenue sans objet, d’autres membres ayant par la suite adopté la même position. Mais les autres dispositions restent intactes malgré les efforts des gouvernements successifs pour les renverser.

Lors d’un référendum en 2000, les électeurs danois ont décidé de rester en dehors de la zone euro et, 15 ans plus tard, ils ont voté pour le maintien de l’exemption sur la justice et les affaires intérieures.

Cette fois, cependant, les Danois semblent prêts à dire adieu à la sortie de la défense commune.

Le Premier ministre social-démocrate Mette Frederiksen a appelé au référendum le 8 mars, moins de deux semaines après que la Russie a lancé son invasion de l’Ukraine le 24 février.

Elle a appelé les citoyens à voter “oui” à la suppression de l’exception, affirmant que cela “renforcera notre sécurité”.

Soutien au “oui” en tête dans les sondages

“Je vote en faveur de la suppression de l’opt-out”, a déclaré Peter Jakobsen, un pharmacien de 61 ans à Copenhague. « Nous ne devons pas rester dehors. Nous sommes dans l’UE et nous devons être impliqués. Nous devons faire une différence.

Mais Sanne Michelsen, une cliente de 52 ans à Copenhague, a déclaré qu’elle ne voyait pas l’intérêt de rejoindre soudainement la politique de défense de l’UE après des années passées à l’extérieur.

“Il s’agit d’un référendum sur l’opt-out qui ne nous a jamais posé de problème”, a-t-elle déclaré dans son danois natal, avant de se tourner vers l’anglais pour ajouter : “Si ce n’est pas cassé, ne le réparez pas”.

Le camp du “oui” est nettement en tête dans les sondages, avec environ 40% en faveur de l’abandon de l’exemption et 30% contre. Environ un quart des électeurs se disent encore indécis.

Il existe un large soutien pour l’abandon de la décision de non-participation de la défense au parlement. Seuls trois petits partis veulent le maintenir, deux à droite et un à gauche.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/5/31/denmark-set-to-vote-in-referendum-on-joining-eu-defence-policy

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire