Le faire pour eux-mêmes : la mutinerie du mouvement des femmes

0
80

Source photo : Rob Kall – CC BY 2.0

“Il n’y a vraiment rien de tel que les ‘sans voix’. Il n’y a que les délibérément réduits au silence, ou de préférence les inaudibles.

-Arundhati Roy

Les femmes plus âgées des sociétés africaines conservatrices ont trouvé le mouvement des femmes libérateur, rafraîchissant et affirmatif. Libératrice parce qu’elle nous a montré que les expériences difficiles que nous avions endurées en grandissant ou les conditions de travail injustes étaient en fait des situations abusives ; des lorgnements prolongés de personnes ayant autorité sur nous, des vulgarités dirigées contre nous dans la rue par des conducteurs de taxi, des policiers et des personnes dont on attendait mieux, etc.

Il était rafraîchissant de constater, même tardivement, qu’il était possible de résister aux abus, qu’il y avait des lois contre cela et que la communauté soutenait cet effort. Rien n’était plus encourageant pour l’individu que de découvrir qu’il n’était pas seul et que ce n’était pas son lot dans la vie de risquer l’humiliation chaque fois qu’il sortait de la maison. La courbe d’apprentissage est longue mais toujours stimulante.

Le mouvement a grandi et a été défendu par une armée toujours croissante de psychologues, journalistes, avocats, médecins, universitaires et spécialistes du genre. Ce fut donc une expérience désagréable de découvrir qu’après des décennies à avoir été encouragées à apprendre à faire confiance à leur instinct pour reconnaître les signaux d’alarme, à parler, à agir et à utiliser la procédure judiciaire, on dit maintenant aux femmes d’arrêter.

La limite est tracée pour identifier les agresseurs potentiels et leurs victimes masculines. Un homme victime qui a suivi les conseils que les femmes reçoivent depuis des décennies ; documenter les cas d’abus, rechercher des recours juridiques et endurer l’humiliation à court terme pour une justice à long terme, est accusé d’avoir utilisé le système judiciaire pour prolonger ses abus présumés. Son ex-femme a admis être l’instigatrice en série d’altercations physiques. On l’entend sur bande défiant sa victime en tant qu’homme, d’admettre publiquement être victime de DV, “Dis au monde Johnny, dis-leur, moi, Johnny Depp, un homme, je suis victime de violence domestique et vois si le les gens croient ou se rangent du côté de vous.

Il est allé au tribunal pour blanchir son nom après qu’elle ait fait une déclaration publique selon laquelle elle était en fait la victime. Certains professionnels, les «voix des sans-voix» autoproclamés, ont jugé qu’il n’avait aucune cause. Il est fascinant de lire leurs longs arguments qui fustigent les gens – dont beaucoup sont des victimes et/ou des survivants de la VD – pour avoir simplement identifié des drapeaux rouges dans le comportement de la femme. Les femmes ordinaires sont ridiculisées comme « bizarres » et accusées d’être des fans fous du plaignant masculin, plutôt que des êtres humains matures repoussés par ce qu’ils ont vu et entendu et faisant campagne pour la justice. Leur libre arbitre et leur jugement indépendant sont attaqués.

Il y a eu une abondance de preuves à l’appui des affirmations de la victime masculine, y compris les propres enregistrements de ses aveux par son ex-femme et des épisodes de son comportement abusif. Son psychiatre a confirmé que des « violences physiques » et des « agressions psychologiques » avaient été perpétrées sur lui. Elle n’a pas présenté de preuves corroborées de la même manière qu’elle ait été physiquement maltraitée. Des photographies de ses blessures présumées ont été falsifiées. Les témoignages d’un médecin et de témoins qui l’ont vue à des moments pertinents contredisent ses affirmations, mais les règles sont différentes dans le contexte des victimes masculines.

Voice Inc. a été surmultipliée en essayant de faire taire les femmes pour lesquelles elles veulent parler. À la manière typique des abuseurs, il a eu recours à des tactiques d’intimidation. Au cours de la dernière semaine du procès en diffamation, des articles de MSM ont suggéré que se fier à leur instinct et à leur expérience dans l’interprétation des preuves rend les femmes coupables d’avoir tué le mouvement Me Too.

On ne peut que conclure que la dynamique de pouvoir entre les personnalités publiques du mouvement des femmes et les femmes et les hommes ordinaires a corrompu certains des dirigeants. Voice Inc. veut continuer à être le gardien du modèle de comportement abusif. Toute preuve qui ne correspond pas est jugée non pertinente et en fait subversive pour l’industrie de la voix. Mais le recul a été massif. Les débats (ou polémiques) en ligne révèlent une mutinerie contre les instructions des gardiens de ne rien entendre ni voir de mal chez les femmes auteurs de DV.

Si elle était laissée aux femmes et aux hommes de Voice Inc., la justice ne serait disponible que pour les groupes démographiques qui attirent la couverture médiatique et les subventions grand public, qui à leur tour garantissent des carrières professionnelles et (plus important encore) rehaussent le profil public des personnes dans le plaidoyer.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/25/doing-it-for-themselves-the-mutiny-in-the-womens-movement/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire