Le FBI devrait enquêter sur le meurtre d’un journaliste palestinien

0
70

Une paire de les démocrates du Congrès font circuler une lettre exigeant une enquête du FBI sur le meurtre de la journaliste palestinienne américaine Shireen Abu Akleh, selon trois sources ayant connaissance de la lettre et un brouillon de la lettre obtenu par The Intercept.

“[G]Étant donné la situation précaire dans la région et les rapports contradictoires entourant la mort de Mme Abu Akleh, nous demandons au Département d’État et au Bureau fédéral des enquêtes (FBI) d’ouvrir une enquête.

Les représentants André Carson, D-Ind., Et Lou Correa, D-Californie, sont en train de recueillir des signatures pour la lettre, selon les trois sources, qui ont demandé l’anonymat parce qu’ils n’étaient pas autorisés à discuter de la lettre. avant qu’il ne soit complet. Après la publication de cette histoire, Copeland Tucker, un porte-parole de Carson, a confirmé la lettre et l’implication du démocrate de l’Indiana. Un porte-parole de Correa n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

Adressée au directeur du FBI Christopher Wray et au secrétaire d’État Antony Blinken, le projet de lettre demande à la fois une enquête du FBI ainsi qu’une décision du département d’État quant à savoir si le meurtre du journaliste américain dans le territoire occupé par Israël a violé les lois américaines.

“Nous nous félicitons des actions et des déclarations prises jusqu’à présent par le Département d’État américain soutenant une enquête approfondie du gouvernement israélien”, indique un projet de lettre, faisant référence aux déclarations américaines préoccupantes et appelant à une enquête. « Cependant, étant donné la situation précaire dans la région et les rapports contradictoires entourant la mort de Mme Abu Akleh, nous demandons au Département d’État et au Bureau fédéral des enquêtes (FBI) d’ouvrir une enquête sur la mort de Mme Abu Akleh. Nous demandons également au Département d’État américain de déterminer si des lois américaines protégeant Mme Abu Akleh, une citoyenne américaine, ont été violées.

Abu Akleh, une éminente journaliste d’Al Jazeera, faisait un reportage sur un raid militaire israélien sur une maison dans la ville de Jénine, en Cisjordanie occupée par Israël, lorsqu’elle a été tuée par balle mercredi. Des témoins ont déclaré qu’elle avait été tuée par l’armée israélienne, qui a d’abord imputé le meurtre à des militants palestiniens, citant des images d’un homme armé – dont il a ensuite été démontré qu’il n’était pas responsable – avant d’admettre qu’un soldat israélien aurait pu être responsable.

Vendredi, lors du cortège funèbre d’Abu Akleh, la police israélienne a battu les personnes en deuil, y compris les porteurs, les obligeant à laisser tomber momentanément le cercueil et provoquant l’indignation internationale. La police israélienne a justifié l’attaque en disant que les personnes en deuil scandaient des slogans nationalistes et agitaient des drapeaux palestiniens. (Un compte Twitter officiel de la police israélienne a publié des images de drones sélectivement modifiées pour donner l’impression qu’un participant à des funérailles agitant les bras de frustration avait jeté une pierre.)

Israël, qui occupe les territoires palestiniens de Cisjordanie et de la bande de Gaza depuis plus d’un demi-siècle, a l’habitude d’attaquer les journalistes. Il y a un an, lors d’un assaut sur la bande de Gaza bloquée, des frappes aériennes israéliennes ont détruit une tour qui abritait des agences de presse internationales, dont l’Associated Press. Le gouvernement israélien a affirmé que le groupe palestinien Hamas utilisait la tour comme avant-poste de renseignement – ​​une affirmation que le groupe militant a démentie avec véhémence.

Les journalistes palestiniens sans passeports internationaux ni soutien s’en sortent souvent moins bien sous l’occupation israélienne. Peu d’attention a été prise quand Israël a détruit les bureaux des points de vente palestiniens lors du même assaut sur Gaza. Au cours de la même période de troubles à Jérusalem, des journalistes palestiniens ont décrit avoir été battus et tirés avec des balles en caoutchouc par les autorités israéliennes. Sous l’occupation israélienne, les journalistes palestiniens sont fréquemment détenus et accusés de crimes pour avoir fait leur travail de reportage.

Malgré les éloges de la lettre sur les remarques du Département d’État, tout le monde dans les cercles de politique étrangère de Washington n’était pas satisfait. Lorsque Blinken a publié une déclaration critiquant la police israélienne pour « intrusion » dans le cortège funèbre d’Abou Akleh, Matt Duss, conseiller principal en politique étrangère du sénateur Bernie Sanders, I-Vt., a contesté le langage. “‘Intrus’?” Duss tweeté. « Ils les ont attaqués. Ils les ont battus. Le secrétaire d’État devrait pouvoir le dire clairement.

“En tant qu’Américaine, Mme Abu Akleh avait droit à toutes les protections accordées aux citoyens américains vivant à l’étranger”, conclut la lettre. “Nous, les membres soussignés du Congrès, vous exhortons à défendre les valeurs sur lesquelles notre nation a été fondée, notamment les droits de l’homme, l’égalité pour tous et la liberté d’expression. Nous avons le devoir de protéger les Américains qui font des reportages à l’étranger. Nous attendons avec impatience votre réponse en temps opportun.

Mise à jour : 16 mai 2022, 17 h 42 HE
Cette histoire a été mise à jour pour inclure la confirmation du bureau de Carson de la lettre.



La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire