Le féminisme révolutionnaire de Thomas Sankara

0
196

Le 8 mars 1987, Thomas Sankara, le leader révolutionnaire du Burkina Faso, s’est adressé à un rassemblement de milliers de femmes dans la capitale Ouagadougou pour marquer la Journée internationale de la femme. Appelant à la transformation collective de la société, Sankara a placé la lutte pour l’égalité des sexes au cœur de son projet socialiste dans l’ancienne colonie française.

Alors que nous marquons la 113e célébration de la Journée internationale de la femme, les paroles révolutionnaires de Sankara sont un rappel audacieux des fondements socialistes de la journée.

Sankara est arrivé au pouvoir en 1983 au cours d’une période d’immenses bouleversements. Une révolution se déroulait sur le continent africain alors que pays après pays se débarrassait des chaînes du colonialisme. Mais malgré les aspirations libératrices des mouvements anticoloniaux, les femmes sont trop souvent restées à l’écart.

Sankara considérait l’émancipation des femmes non seulement comme une nécessité éthique, mais comme intrinsèque au succès de la révolution burkinabé. “[Women] ont été exclus de la joyeuse procession », a-t-il déclaré à la foule lors de son discours du 8 mars 1987 :

Et pourtant, l’authenticité et l’avenir de notre révolution dépendent des femmes. Rien de définitif ni de durable ne peut être accompli dans notre pays tant qu’une partie cruciale de nous-mêmes est maintenue dans cette condition d’assujettissement – une condition imposée. . . par divers systèmes d’exploitation.

Il a appelé les camarades masculins à traiter la libération des femmes avec la même urgence que les autres questions, insistant sur le fait que le patriarcat maintenait les hommes et les femmes piégés dans un système d’oppression, de violence et de domination : « La révolution et la libération des femmes vont de pair. On ne parle pas de l’émancipation des femmes comme d’un acte de charité ou d’un élan de compassion humaine. C’est une nécessité fondamentale pour que la révolution triomphe.

Le discours de Sankara à l’occasion de la Journée internationale de la femme a abordé non seulement les préoccupations des femmes burkinabé, mais aussi l’oppression systématique des femmes dans le monde. « L’inégalité ne pourra être abolie que par l’établissement d’une société nouvelle, déclara-t-il, où les hommes et les femmes jouiront de droits égaux, résultant d’un bouleversement des moyens de production et de tous les rapports sociaux. Ainsi, le statut des femmes ne s’améliorera qu’avec l’élimination du système qui les exploite.

Sur une question souvent entachée de rhétorique creuse et de gestes creux, la position de Sankara sur l’égalité des sexes était énergique et sans compromis. Il a dénoncé le patriarcat comme un “système d’exploitation imposé par les hommes” renforcé par la socialisation dans des normes sexistes : “Cette inégalité a été produite par nos propres esprits et intelligence afin de développer une forme concrète de domination et d’exploitation”. Il a appelé à une transformation radicale des cœurs et des esprits des hommes à travers le monde en solidarité avec les femmes.

L’un des nombreux domaines sociaux nécessitant une transformation, selon Sankara, était le foyer. Il a critiqué la répartition sexospécifique du travail domestique et le rôle de la famille traditionnelle dans la reproduction de l’inégalité entre les sexes.

« La famille patriarcale fait son apparition, fondée sur la propriété unique et personnelle du père, devenu chef de famille. Au sein de cette famille, la femme était opprimée. Il a poursuivi : « Elle n’est pas payée pour ses tâches ménagères. Appelée “femme au foyer”, [meaning she has] pas de travail . . . [women are] mettre des centaines de milliers d’heures pour un niveau de production épouvantable.

Sankara a comblé le fossé entre les sphères publique et privée, révélant la manière dont l’inégalité entre les sexes s’est révélée dans les deux – et comment la société burkinabé pourrait l’éradiquer.

Sankara a mis ses paroles stridentes en pratique.

En 1984, il a proclamé le 22 septembre « Journée de solidarité avec les femmes au foyer », exhortant les hommes à participer aux tâches ménagères, à préparer les repas et à s’occuper de leurs enfants. Dans un entretien avec l’historien camerounais Mongo Beti, Sankara a expliqué : “Nous luttons pour l’égalité des hommes et des femmes, non pas d’une égalité mécanique, mathématique, mais en rendant les femmes égales aux hommes devant la loi et surtout devant le travail salarié”. Il a appelé à une reconnaissance collective du « travail des femmes » en tant que travail, faisant écho aux revendications de la campagne féministe internationale sur les salaires du travail domestique qui avait pris de l’importance dans les pays du Nord au cours de la décennie précédente.

Encore plus impressionnantes ont été les politiques de santé, d’éducation et de développement familial de Sankara, qui ont fait d’énormes progrès vers l’égalité des sexes dans ce pays d’Afrique de l’Ouest. Au cours de sa première année au pouvoir, Sankara a créé le ministère du Développement de la famille et l’Union des femmes du Burkina pour “donner aux femmes de notre pays un cadre et des outils solides pour mener un combat victorieux”. Il a restreint la polygamie et les dots et interdit le mariage forcé et les mutilations génitales féminines. Il a accordé de nouveaux droits aux femmes, notamment en introduisant l’héritage pour les veuves et les orphelins.

L’une des premières initiatives de Sankara a été de veiller à ce que le ministère de l’Éducation fasse de l’accès des femmes à l’éducation une réalité. “Les filles ont prouvé qu’elles étaient les égales des garçons à l’école, sinon simplement meilleures”, a-t-il déclaré :

Mais ils ont surtout le droit à l’éducation pour apprendre et savoir, pour être libres. Dans les futures campagnes d’alphabétisation, le taux de participation des femmes devra être relevé pour correspondre à leur poids numérique dans la population.

En soulignant l’analphabétisme comme un obstacle à la liberté des femmes, Sankara s’est adressée aux parents de filles à travers le pays d’une manière que de nombreux dirigeants masculins n’avaient pas réussi à faire.

Le gouvernement de Sankara a cherché à libérer l’immense potentiel des femmes burkinabé en favorisant le développement national. « Les femmes du Burkina sont présentes partout où le pays se construit. Ils font partie des projets — le Sourou [valley irrigation project]le reboisement, les ponts de vaccination, les opérations de ville propre.

Au cours de sa présidence, il a nommé des femmes à des postes gouvernementaux et a amendé la constitution, rendant obligatoire pour les présidents d’avoir au moins cinq femmes ministres au cabinet à tout moment. Pour Sankara, « Concevoir un projet de développement sans la participation des femmes, c’est comme utiliser quatre doigts quand on en a dix ». La représentation politique des femmes n’était pas une stratégie symbolique mais plutôt une étape fondamentale vers l’émancipation des femmes burkinabé.

À la base, le programme socialiste de Sankara visait à se libérer de l’exploitation, qu’il s’agisse de la servitude pour dettes imposée aux pays du Sud ou de la domination des femmes par les hommes.

Sankara était sans précédent parmi les dirigeants africains postcoloniaux dans son engagement en faveur de l’émancipation des femmes. Il a reconnu les femmes dans leur pleine humanité et en tant qu’agents de changement transformateur.

Une semaine avant son assassinat lors d’un coup d’État soutenu par la France en octobre 1987, Sankara a déclaré : “Alors que les révolutionnaires en tant qu’individus peuvent être assassinés, vous ne pouvez pas tuer les idées”. Ses paroles résonnent aujourd’hui alors que nous poursuivons la lutte pour une transformation radicale de la société, une transformation qui nous élève et nous responsabilise tous.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire