Le général soudanais al-Burhan dit que l’armée se retire du gouvernement | Nouvelles

0
80

Le chef du coup d’État soudanais, le général Abdel Fattah al-Burhan, a déclaré que l’armée se retirerait des pourparlers politiques en cours et permettrait aux groupes politiques et révolutionnaires de former un gouvernement civil de transition.

Les déclarations du général lundi font suite à une semaine meurtrière pour le mouvement pro-démocratie soudanais alors que des manifestations à grande échelle exigeant la fin du régime militaire se poursuivent dans la région de Khartoum depuis jeudi.

Les groupes de protestation restent sceptiques sur le fait que l’armée se retirera vraiment, les manifestants continuant de descendre dans les rues de Khartoum après l’annonce d’al-Burhan, appelant au départ immédiat de l’armée du pouvoir. Un gouvernement de transition dirigé par des civils qui a suivi le renversement du président de longue date Omar el-Béchir en 2019 a lui-même été renversé par un coup d’État militaire en octobre.

Neuf personnes ont été tuées et au moins 629 blessées par une récente répression des forces de sécurité contre les manifestations, selon le Comité des médecins soudanais, qui a suivi les victimes des manifestations.

« Les forces armées ne feront pas obstacle » à la transition démocratique, a déclaré al-Burhan dans un discours télévisé, affirmant l’engagement de l’armée à œuvrer pour « des élections au cours desquelles le peuple soudanais choisira qui le gouvernera ».

Le conseil souverain au pouvoir, dirigé par al-Burhan et composé de membres militaires et civils, sera dissous après la formation du nouveau gouvernement, a-t-il déclaré.

Cependant, les groupes pro-démocratie craignent que cela ne prenne potentiellement beaucoup de temps, permettant à l’armée de rester au pouvoir.

Al-Burhan a déclaré qu’un nouveau Conseil suprême des forces armées serait créé après la formation du gouvernement et qu’il serait responsable des tâches de sécurité et de défense et des “responsabilités connexes” en accord avec le gouvernement, a déclaré le chef militaire.

Le retrait de l’armée des pourparlers politiques visait à permettre aux groupes politiques et révolutionnaires de former le gouvernement technocrate, a-t-il déclaré.

Al-Burhan a appelé les groupes à entamer « un dialogue immédiat et sérieux… qui ramène tout le monde sur la voie de la transition démocratique ». L’armée s’engagera à mettre en œuvre les résultats du dialogue, a-t-il déclaré, bien qu’il n’ait pas précisé le rôle politique que les forces armées auront à l’avenir.

“Très clair sur leurs demandes”

Depuis que l’armée a pris le pouvoir en octobre, les autorités ont réprimé les manifestations de rue quasi hebdomadaires par une répression meurtrière, qui a jusqu’à présent tué 113 personnes, dont 18 enfants, selon des observateurs.

Hiba Morgan d’Al Jazeera, rapportant depuis la capitale soudanaise Khartoum, a déclaré que les manifestants ont été « très clairs sur leurs revendications », à savoir qu’ils « ne veulent pas que l’armée reste au pouvoir ».

Il est peu probable que la déclaration du général al-Burhan apaise ceux qui manifestent contre l’armée, a déclaré Morgan.

“Avec la déclaration du chef de l’armée, le général Abdel Fattah al-Burhan, il est clair que l’armée restera aux commandes jusqu’à ce que les partis politiques parviennent à une sorte de consensus pour former un gouvernement de transition et fixer une date limite pour les élections”, a déclaré Morgan.

« Cela ne plaît pas aux manifestants. Ils exigent, depuis sept mois maintenant, qu’ils veuillent voir l’armée retirée avant de voir toute forme de négociation entre les partis politiques pour former un gouvernement de transition dirigé par des civils », a-t-elle déclaré.

“En ce qui concerne les partis politiques, ils ont eu des problèmes pour parvenir à ce consensus”, a ajouté Morgan.

“Et n’oublions pas que le jour de la prise de pouvoir, le général Abdel Fattah al-Burhan a déclaré que ce sont les divergences politiques entre les partis qui ont conduit l’armée à prendre le pouvoir et à dissoudre le gouvernement de transition censé conduire le Soudan à la démocratie”.

Depuis le coup d’État qui a porté al-Burhan au pouvoir, la mission politique de l’ONU au Soudan, l’Union africaine et le groupe de huit pays de l’Autorité intergouvernementale régionale d’Afrique de l’Est pour le développement ont tenté de trouver une issue à l’impasse politique. Mais les pourparlers n’ont donné aucun résultat jusqu’à présent.

Les groupes pro-démocratie ont répété à plusieurs reprises qu’ils ne négocieraient pas avec l’armée et les ont appelés à passer immédiatement les rênes à un gouvernement civil.

Les manifestants n’ont pas été émus par les paroles du général et, dans le quartier Burri de Khartoum, de nouveaux manifestants sont sortis immédiatement après le discours télévisé d’al-Burhan.

“Nous n’avons pas confiance en Burhan”, a déclaré Muhannad Othman, perché sur une barricade érigée par les manifestants. “Nous voulons juste qu’il parte une fois pour toutes.”

Un manifestant du centre de Khartoum, Oumeima Hussein, a déclaré qu’al-Burhan devrait être “jugé pour tous ceux qui ont été tués depuis le coup d’État” et a juré que les manifestants “allaient le renverser comme nous l’avons fait avec Bashir”.

Le Soudan est plongé dans la tourmente depuis que le coup d’État militaire a interrompu sa courte transition vers la démocratie après 30 ans de règne d’al-Bashir.

Al-Bashir et le gouvernement ont été renversés par l’armée après un soulèvement populaire en avril 2019.

Source: https://www.aljazeera.com/news/2022/7/4/sudans-burhan-says-army-stepping-back-for-civilian-govt

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire