Le Japon et l’Australie élargissent les sanctions russes — RT World News

0
241

Les autorités australiennes et japonaises ont annoncé l’élargissement des listes de sanctions contre les organisations et les responsables russes dans le cadre du conflit en Ukraine. Sydney comprenait deux milliardaires ayant des liens avec l’industrie minière, tandis que Tokyo ciblait l’industrie militaire et un exportateur d’armes.

L’Australie a maintenant ajouté deux milliardaires ayant des liens avec des intérêts commerciaux en Australie, Oleg Deripaska et Viktor Vekselberg“, a déclaré vendredi la ministre australienne des Affaires étrangères, Marise Payne, dans un communiqué, ajoutant que le gouvernement saluait la décision de principe des entreprises australiennes d’abandonner leurs liens avec la Russie”.pour protester contre la guerre illégale et indéfendable de Moscou contre l’Ukraine.”

Viktor Vekselberg est un investisseur énergétique russe. Il aurait également été intéressé par une entreprise travaillant avec l’Australia Origin Energy sur un projet gazier dans le bassin de Beetaloo dans le Territoire du Nord, bien que l’entreprise ait nié sa participation au projet. Oleg Deripaska est le fondateur du géant de l’aluminium Rusal et de sa société mère En+ Group.

Les hommes d’affaires sont les derniers ajouts à une liste de 41 hommes d’affaires russes et les membres de leur famille déjà confrontés à des sanctions économiques en Australie.

Le Japon a annoncé qu’il imposait des sanctions à 15 autres personnes et à neuf autres organisations, dont Rosoboronexport, l’exportateur d’armes appartenant à l’État, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères Maria Zakharova, ainsi que des fabricants d’équipements militaires.
Tokyo a désormais imposé des mesures restrictives telles que le gel des avoirs à 76 personnes, sept banques et 12 autres organisations, selon son ministère des Finances. Ces mesures sont intervenues en réponse à l’offensive russe en Ukraine.

Moscou a attaqué son voisin fin février, après une impasse de sept ans sur l’incapacité de l’Ukraine à mettre en œuvre les termes des accords de Minsk et la reconnaissance éventuelle par la Russie des républiques du Donbass à Donetsk et Lougansk. Les protocoles négociés par l’Allemagne et la France avaient été conçus pour régulariser le statut de ces régions au sein de l’État ukrainien.

La Russie a maintenant exigé que l’Ukraine se déclare officiellement un pays neutre qui ne rejoindra jamais le bloc militaire de l’OTAN dirigé par les États-Unis. Kiev insiste sur le fait que l’offensive russe n’a pas été provoquée et a démenti les allégations selon lesquelles il prévoyait de reprendre les deux républiques par la force.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :

La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire