Le Kazakhstan poursuit son enquête sur les troubles de janvier

0
49

Plus de 4 000 personnes ont été blessées lors des troubles de janvier au Kazakhstan, dont 3 500 agents de sécurité impliqués dans le maintien de l’ordre public, 230 personnes sont mortes, dont 19 policiers et forces de l’ordre, ont indiqué les autorités kazakhes le 14 mars lors d’un point sur l’enquête sur les événements tragiques de janvier. événements dans le pays.

Procureur général du Kazakhstan Berik Asylovministre de l’Intérieur Marat Akhmetzhanovainsi que des représentants de plusieurs organes de l’État et organisations publiques ont présenté les données de l’enquête, qui sont susceptibles de changer au fur et à mesure que l’enquête sur les événements tragiques de janvier se poursuit, lors d’une session plénière du Majilis du Parlement.

En ce qui concerne les affaires et le nombre de détenus, les autorités ont déclaré que les groupes d’enquêteurs traitent 3 770 enquêtes préliminaires. Ils comprennent des cas d’actes de terrorisme et d’émeutes, des cas de vols, de vols, de vols d’armes et de recours à la violence contre des agents des forces de l’ordre.

Ils ont noté que 2 919 affaires pénales font l’objet d’une enquête par les organes des affaires intérieures. 184 personnes sont détenues. Les autorités ont indiqué qu’il y a actuellement 766 personnes en détention pour diverses charges. Parmi eux, 19 sont des citoyens de pays étrangers, dont l’Ouzbékistan et le Kirghizistan.

Concernant la garantie des droits des détenus, le Procureur général a informé que 243 affaires pénales de torture et d’abus de pouvoir ont été engagées, tandis que 9 personnes ont été détenues, 8 sont des employés du Comité de sécurité nationale et un est un officier de police.

Selon le chef du service anti-corruption, Oljas Bektenov, sur 243 cas, 234 affaires pénales font l’objet d’une enquête par son agence contre des agents des forces de l’ordre. En règle générale, les affaires pénales contre des agents des forces de l’ordre font l’objet d’une enquête par un autre organisme chargé de l’application des lois afin d’éviter tout conflit d’intérêts potentiel.

Président des droits de l’homme du Kazakhstan Elvira Azimova informé que 302 personnes ont été libérées des centres de détention provisoire. 137 allégations de torture et de mauvais traitements ont été reçues.

Selon Azimova, 200 citoyens précédemment arrêtés ont vu leurs mesures préventives modifiées. La détention a été abandonnée pour 11 citoyens. Sur les 29 mineurs accusés de crimes graves, 28 ont été libérés sous garantie parentale.

Aiman ​​Omarovamilitant des droits de l’homme et chef de la commission publique Aqiqat, a suggéré des amendements au Code pénal avec l’inclusion d’un terme «extrémisme forcé», qui décrit les personnes entraînées dans des activités terroristes par la menace ou la force, contre leur volonté.

Les suspects détenus bénéficient d’une assistance médicale qualifiée dans les centres de détention provisoire.

Concernant les armes récupérées, Akhmetzhanov a informé que plus de 2 800 armes avaient été volées pendant les troubles. 2 000 armes sont toujours entre les mains des criminels. 771 unités d’armes ont été récupérées.

Concernant les dommages aux entreprises et aux biens, Asylov a déclaré que 1 630 entreprises avaient été attaquées pendant les émeutes. Plus de 1 500 bâtiments publics et commerciaux ont été endommagés. Il a ajouté que la police avait trouvé et saisi des biens volés d’une valeur de plus de 38,6 milliards de tenge.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire