Le Kremlin se peint dans un coin

0
268

Au fur et à mesure que la crise entre la Russie, l’OTAN et l’Ukraine s’est développée au cours des trois derniers mois, le Kremlin s’est de plus en plus peint dans un coin. Poursuivant son renforcement militaire autour de l’Ukraine tout en rejetant les offres des États-Unis et de l’OTAN d’une voie diplomatique pour apaiser les tensions, Moscou semble se limiter à deux choix : la guerre ou une descente embarrassante.

La taille de l’armée russe déployée près de l’Ukraine n’a cessé de croître et compte désormais quelque 130 000 soldats. De grandes formations russes se sont positionnées près de la frontière russo-ukrainienne, en Crimée occupée et en Biélorussie, offrant de multiples vecteurs d’attaque potentiels.

Le 11 février, le conseiller à la sécurité nationale Sullivan a mis en garde contre la possibilité d’une agression russe et a exhorté les citoyens américains à quitter l’Ukraine. Le même jour, le Pentagone envoie 3 000 soldats américains en Pologne. Ils augmenteront les 1700 soldats déjà déployés là-bas, et l’armée américaine a déplacé 1000 autres soldats de l’Allemagne vers la Roumanie. Ceux-ci n’entreront pas en Ukraine mais renforceront la défense de l’OTAN sur son flanc oriental (d’autres alliés prennent des mesures similaires).

Le Kremlin a défini la crise comme une crise entre la Russie et l’OTAN, citant l’élargissement de l’OTAN comme un rapprochement de l’alliance avec la Russie. Cependant, le dernier allié à rejoindre l’OTAN qui borde le territoire russe l’a rejoint en 2004. Alors, pourquoi la crise maintenant ? De plus, si le boeuf de Moscou est avec l’OTAN, pourquoi est-ce qu’il positionne son armée pour menacer l’Ukraine ?

Cette crise fabriquée par le Kremlin concerne autant, sinon plus, l’Ukraine. Moscou craint que l’Ukraine ne tombe irrémédiablement hors de son orbite, bien que rien n’ait fait plus que la politique du Kremlin pour éloigner l’Ukraine de la Russie et vers l’Occident. Cela ne devrait surprendre personne que la saisie militaire de la Crimée par la Russie en 2014, suivie de son instigation et de son soutien à un conflit dans le Donbass qui a coûté la vie à 14 000 personnes, affecterait les attitudes ukrainiennes envers Moscou.

Cette crise ne concerne pas l’entrée de l’Ukraine dans l’OTAN. Les membres de l’Alliance montrent peu d’enthousiasme pour mettre l’Ukraine sur la voie de l’adhésion. Moscou le sait mais en veut plus : l’Ukraine dans une sphère d’influence russe, refusant à Kiev le droit de choisir sa propre politique étrangère.

En décembre, le gouvernement russe a remis aux responsables américains un projet de traité américano-russe et un projet d’accord OTAN-Russie, puis les a rapidement rendus publics, ce qui n’est guère le signe d’une intention de négociation sérieuse. Les responsables américains et de l’OTAN ont répondu lors de réunions de janvier avec leurs homologues russes, puis par écrit.

Washington et l’OTAN ont rejeté les demandes du Kremlin voulant que l’OTAN renonce à un nouvel élargissement et retire ses forces du territoire des alliés qui ont rejoint l’alliance après 1997. Cependant, leurs réponses ont repris certaines idées des projets russes, proposant des discussions et d’éventuelles négociations sur le contrôle des armements, les risques des mesures de réduction et de renforcement de la confiance susceptibles d’apporter une véritable contribution à la sécurité européenne, y compris celle de la Russie.

Moscou a répondu que les réponses ne portaient que sur des questions secondaires et ignoraient les principales exigences russes concernant l’OTAN. Curieusement, en plus des demandes de non-élargissement et de retrait des forces, le président russe Poutine a affirmé que l’Occident avait ignoré sa demande concernant les missiles offensifs près de la Russie. En fait, Washington et l’OTAN ont indiqué qu’ils étaient prêts à négocier la question des missiles.

Tout en offrant à la Russie une “bretelle de sortie” diplomatique pour sortir de la crise, les États-Unis, l’OTAN et l’Union européenne ont cherché à dissuader un assaut militaire en précisant les coûts qu’ils imposeraient à Moscou. Ces coûts comprennent des sanctions beaucoup plus douloureuses, une assistance militaire accrue à Kiev et un renforcement de la présence des forces de l’OTAN sur son flanc oriental.

Washington a consulté intensivement ses alliés de l’OTAN, l’Union européenne et l’Ukraine sur la manière de gérer la crise. L’Occident semble relativement unifié dans sa réaction aux propositions russes et son soutien à l’Ukraine, peut-être plus que ne le pensait le Kremlin.

Le président français Macron s’est rendu à Moscou le 7 février. Après une réunion de cinq heures avec Poutine, il a fait état d’un accord pour ne pas aggraver la crise. Le lendemain, le porte-parole du Kremlin a réfuté cette affirmation, affirmant que «Moscou et Paris n’auraient pu conclure aucun accord. C’est tout simplement impossible… La France est membre de l’OTAN, où elle ne détient pas le leadership, un autre pays détient le leadership de ce bloc. Alors, de quel genre d’offres pouvez-vous parler ? »

Le 10 février, le ministre britannique des Affaires étrangères Truss n’a fait aucun progrès lors d’une rencontre glaciale avec le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov. Lavrov a joué au gotcha et a traité Truss avec brusquerie lors de leur point de presse conjoint.

Le 12 février, le président Biden s’est entretenu avec Poutine, leur troisième conversation en deux mois. Aucune percée n’en a résulté. Le 15 février, le chancelier allemand Scholz rencontrera Poutine à Moscou.

La situation actuelle n’incite guère à l’optimisme. Moscou nie toute intention d’attaquer, mais le renforcement militaire russe se poursuit et a amené davantage de troupes et d’équipements à proximité de l’Ukraine. Alors que les capacités militaires russes pourraient surpasser les forces armées ukrainiennes, ces dernières se battraient, et les civils ukrainiens s’arment également pour résister. (Au-delà des sanctions imposées par l’Occident, les principaux coûts pour la Russie d’un assaut seraient infligés par les opérations militaires et partisanes ukrainiennes contre une force d’invasion russe, en particulier si les Russes s’enlisaient dans un bourbier.)

Jusqu’à présent, Moscou a rejeté les tentatives occidentales d’engager un dialogue sur la désescalade de la crise, insistant sur des demandes dont elle sait qu’elles ne seront pas satisfaites tout en ne s’engageant pas sur des offres susceptibles de renforcer la sécurité des deux parties. Le traitement grossier accordé à Macron et Truss à Moscou n’augure rien de bon pour la diplomatie.

Poutine n’a peut-être pas encore pris de décision définitive et Moscou a laissé la porte entrouverte à la négociation. Mais il est difficile d’échapper à la conclusion que le Kremlin s’enfonce de plus en plus dans un coin. Il peut lancer une attaque contre l’Ukraine, une attaque qui serait considérée par le monde comme un acte d’agression pure et simple, ou il peut reculer et accepter des offres qui sont sur la table depuis des semaines. Ce dernier pourrait s’avérer embarrassant. Il pourrait sembler que le renforcement militaire de la Russie était un bluff qui avait été appelé. Poutine ne semble pas quelqu’un qui veut que les autres pensent qu’il bluffe.

Si le Kremlin choisit la guerre, ce sera une calamité pour l’Ukraine – et cela pourrait bien s’avérer la même chose pour la Russie. Espérons que Moscou conclura que les coûts d’une attaque l’emporteraient sur les gains politiques qu’il pourrait espérer réaliser et se tourneront vers une approche diplomatique plus réaliste, aussi gênante que puisse paraître cette descente.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire