Le ministère de la Justice a fait pression sur USA Today pour qu’il arrête de me publier

0
51

En 2015, le chef de presse du ministère de la Justice, Brian Fallon, s’est amèrement plaint aux éditeurs de USA Today de mes articles sur le procureur général Eric Holder, y compris “Eric Holder’s Lawless Legacy”. [Feb. 3, 2015] et “Le dossier de tir de la police d’Eric Holder ? Lugubre,” [Aug. 20, 2014]. Fallon (qui devint plus tard l’attaché de presse de la candidate présidentielle Hillary Clinton) protesta contre États-Unis aujourd’hui le rédacteur en chef des commentaires David Mastio et un autre rédacteur en chef de USA Today, Brian Gallagher, à propos de mes “mots constamment désagréables à propos de M. Holder” et a déclaré que Bovard “n’a jamais eu une chose gentille à dire à propos de Holder”. (En fait, j’ai loué la réduction des poursuites de Holder pour possession mineure de drogue dans un 2013 États-Unis aujourd’huicolonne qui racontait mes expériences de travail avec un gang de la route condamné.)

Fallon a dit que j’avais “écrit des articles dans divers endroits critiquant [Holder] sur les libertés civiles, les relations avec les forces de l’ordre, la confiscation civile des avoirs et les assignations à comparaître des médias. Dans le passé, Bovard a même formulé une théorie du complot impliquant M. Holder et l’incident de Waco dans les années 1990. ” (Waco n’était que « l’incident… dans les années 1990 » ? Pas étonnant que Fallon me détestait.) Fallon grogna : « Je ne comprends pas pourquoi États-Unis aujourd’hui fournirait une plate-forme à plusieurs reprises pour son dénigrement de Holder.

Mastio n’a jamais bronché. Il a répondu: «En tant que section d’opinion, une grande partie de ce que nous publions est écrite par des écrivains avec des agendas…. Tout comme notre porte est ouverte aux écrivains qui veulent dire des choses désagréables sur le procureur général, notre porte est grande ouverte au procureur général lorsqu’il veut écrire sur les principaux problèmes du jour. Mastio a également déclaré: “Le garant de l’équilibre dans la section des opinions est que nous sommes ouverts à une grande variété de points de vue.”

J’ai acquis les messages de Fallon et les réponses de Mastio via une demande de loi sur la liberté d’information de 2019, disponible ici.

Mastio a récemment démissionné de États-Unis aujourd’hui et a écrit sur les changements qu’il a vus sur sa politique éditoriale la semaine dernière dans le New York Post.

Dans les années qui ont suivi cette pression du bureau de presse du ministère de la Justice, Mastio & États-Unis aujourd’hui publié certains des articles percutants que je leur ai soumis sur les outrages des forces de l’ordre fédérales, notamment –

“Mettre fin au permis de tuer des agents fédéraux” (9 novembre 2015)

“Le tir de Comey fait tomber à juste titre le FBI de son piédestal” (11 mai 2017)

“Après l’échec de la discothèque Pulse du FBI, pourquoi devrions-nous encore faire confiance à James Comey?” (3 avril 2018)

“Le rapport de l’inspecteur général sur le FBI et les e-mails de Clinton montre que le secret menace la démocratie” (15 juin 2018)

« Ne comptez pas sur le FBI pour éclaircir le gâchis Kavanaugh-Ford. Son bilan est imparfait » (2 octobre 2018)

“Vous l’avez peut-être vu sur une bougie de prière, mais James Comey n’est pas un saint” (30 août 2019).

“Le rapport de l’inspecteur général sur les abus de la FISA par le FBI nous dit une chose : nous avons besoin d’une réforme radicale.” (10 décembre 2019)

“Sous quatre présidents, les fédéraux ont négligé le devoir de collecter des statistiques sur les meurtres commis par la police” (11 juin 2020)

Je ne sais pas combien d’autres publications ont subi des pressions de la part de politiciens ou d’agences fédérales pour ne pas publier ou pour museler mon travail. Malheureusement, il est peu probable que j’entende de tels détails lorsque les coudes fédéraux réussissent. Je connais une partie de l’histoire de la façon dont le Poste de Washington a cédé en 1994 à un article sur l’éducation à la drogue transformant les enfants en stupéfiants ; le Post a ajouté six paragraphes à mon article et a fini par qualifier un couple géorgien innocent de trafiquants de drogue. La Poste a payé un règlement de diffamation non divulgué et a étouffé l’incident. En 1999, Reader’s Digest a plongé après que la Maison Blanche de Clinton ait fait pression sur eux pour qu’ils ne publient pas mon enquête sur AmeriCorps. (Mes éditeurs au Spectateur américain n’étaient pas intimidés, s’emparant de l’article et l’exécutant comme un article de couverture.) Il y avait d’autres articles qui ont été acceptés par des publications de haut niveau mais ensuite tués, parfois pour des raisons obscures bizarres qui provenaient presque certainement d’initiés de l’agence que j’étais raclée.

Je ne sais pas si ces cas étaient la partie émergée de l’iceberg de la prosternation des médias ou quelques cas exceptionnels de nerfs éditoriaux défaillants. Auparavant, lorsque je déposais des demandes en vertu de la Freedom of Information Act cherchant à savoir si des G-men ciblaient secrètement mon travail, les réponses me revenaient si vides que j’éclatais parfois de rire. Le FBI a dit qu’ils n’avaient rien sur moi dans leurs dossiers – même si le chef du FBI, Louis Freeh, a écrit des lettres à deux journaux en 1995 condamnant mes articles sur Ruby Ridge. Lorsque j’ai déposé une demande de mentions de mon nom dans les archives du Bureau du représentant américain au commerce (ce que j’ai souvent martelé dans les années 1990), la réponse officielle m’a informé qu’ils n’avaient rien dans leurs dossiers sur “Kevin Bovard”. Ouais, eh bien, je ne demandais pas pour mon cousin.

Une version antérieure de cette pièce a été publiée par le Libertarian Institute.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/30/the-justice-department-pressured-usa-today-to-stop-publishing-me/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire