Le monde d’Uvalde ? – CounterPunch.org

0
31

Imaginez l’horreur de l’école d’Uvalde qui tire sur les parents qui attendent à l’extérieur de l’école le prochain coup de feu. Comme une expérience grotesque du chat de Schrodinger, ils étaient suspendus entre la mort et la vie, comme leurs enfants étaient à l’intérieur, suspendus entre les tirs, dans un état d’incertitude bizarre, au gré du tireur.

Il n’est pas difficile d’imaginer cette horreur, car aujourd’hui nous sommes tous suspendus dans Uvalde World, entre deux incertitudes grotesques, alors que l’Ukraine oscille entre guerre conventionnelle et nucléaire. Nous tous, au gré de deux dictateurs nucléaires, réduits à des pions, des serfs, des non-facteurs sans importance, sans voix apparente pour déterminer notre avenir ou son absence.

Dans un tel état, la civilisation s’est transformée en son antithèse : la « diabolisation ». Là où la civilisation est censée promouvoir les meilleurs et les plus brillants de l’humanité, l’avancée de la science, de la médecine, de l’agriculture, nourrir des milliards de personnes, fournir des soins de santé à la masse de l’humanité et avancer et progresser avec les avantages de l’éducation, la diabolisation est le triomphe de la masse la mort, la pauvreté de ceux qui survivent et la descente dans les ténèbres dont l’humanité n’est que récemment partiellement sortie.

Les rapports des médias indiquent déjà l’effondrement des normes, les aberrations comportementales telles que la « rage au volant » et des manifestations moindres de la dissolution des comportements acceptables, gentils ou de voisinage remplacés par une insouciance égoïste pour la santé et le bien-être des autres et une augmentation des comportements violents et non civilisés sur les avions, les rues et même dans et dans les capitales. La dissonance cognitive de vivre chaque jour, incertain de se réveiller le matin ou de saluer l’aube avec des soleils miniatures explosant près du sol, faisant pleuvoir du feu et des radiations sur le monde, brise nécessairement sa santé mentale aussi sûrement que se tenir devant l’école d’Uvalde l’a fait pour ces parents.

À qui profite la “diabolisation ?” Seuls les vrais fous pourraient penser que quelqu’un le pense, mais malheureusement, les “maîtres de la guerre” et leurs facilitateurs et co-conspirateurs à Moscou et à Washington DC, de nombreux anciens, gâteux, abandonnés, avides de vie et de richesses dans un monde devenu fou, se trompent. dont ils peuvent bénéficier. La vérité est même qu’ils souffriront si les bombes tombent. Mais tant qu’ils sont au pouvoir, non seulement nous vivons sous la menace constante de démanteler les progrès durement gagnés vers une vie civilisée, mais nous nous détachons nous-mêmes de la pression de lutter pour comprendre comment nous aurions pu permettre à nos enfants d’être menacés par le les actes de ces grotesques qui diffament ignominieusement le titre de “faiseur de lois” alors que leurs actions les désignent comme des transgresseurs de la loi des plus horribles : pirates et autres ennemis de toute l’humanité.

Pouvons-nous résister à cela?

Peut-être qu’il reste encore un peu d’espoir. Peut-être que les peuples du monde s’uniront pour s’opposer à ces démons, les nôtres et les leurs, et exigeront un avenir pour leurs enfants. Peut-être verrons-nous qu’il faut tenter de se précipiter dans l’école au mépris des ordres dégénérés de la police de ne pas chercher à sauver nos enfants et ceux de nos voisins, ici et dans le monde ? Peut-être est-il maintenant temps pour le peuple de finalement rejeter ces démons, réalisant qu’eux et leurs semblables ne méritent pas la ratification ou la réélection, mais la répudiation, l’inculpation, le procès et la condamnation pour leurs plans criminels et leurs menaces ?

D’abord, arrêtez-les. Ensuite, tenez-les responsables.

Bien qu’ils devraient être autorisés à tenter de se défendre pour des raisons de folie, ce stratagème est démenti par leurs revendications de « leadership », qui implique nécessairement la capacité d’un comportement raisonné et d’un sens politique. Le vrai grotesque sera si les gens ne se soulèvent pas, ne demandent pas aux Diables de se retirer et les gens ne parviennent pas à sauver les enfants du monde.

Il n’y a pas de plus grand Diable que les parents qui tournent le dos à l’avenir de leurs enfants, car si les parents ne défendent pas leurs enfants aujourd’hui contre ces Diables, les enfants, s’il y en a qui survivent, éviteront à juste titre de tels parents, maintenant et pour toujours. tant que les humains existent.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/10/07/uvalde-world/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire