Le mouvement anti-avortement de plus en plus violent est la véritable menace pour la sécurité publique

0
54

Il y a beaucoup d’absurdités dans la politique américaine, mais l’effondrement de l’establishment cette semaine à cause des manifestations pro-choix doit être quelque part en haut de la liste.

Depuis quelques jours, des voix se bousculent pour exprimer leur désapprobation face aux manifestants qui manifestent pacifiquement devant les maisons des juges qui leur ont arraché le droit à l’avortement. Cela vient des républicains – comme le chef de la minorité au Sénat, Mitch McConnell, qui a averti qu’il s’agissait « d’une tentative de remplacer l’état de droit par le règne des foules » – et cela vient des démocrates, comme le sénateur du Connecticut Chris Murphy, qui a dénoncé des menaces de violence inexistantes. du mouvement. Le Poste de Washington le comité de rédaction a pesé, suggérant que les manifestations n’étaient pas légales et qu’elles s’apparentaient au «totalitarisme». Même la Maison Blanche, plus courageuse que jamais, a condamné “la violence, les menaces ou le vandalisme” qui ne s’est jamais produit, insistant sur le fait que les juges ne doivent pas “se soucier de leur sécurité personnelle”.

Dans ces déclarations et d’autres, l’establishment semble évoquer une sorte de mouvement violent d’extrémistes prêts à menacer, détruire et tuer pour parvenir à leurs fins politiques. Ils semblent, en d’autres termes, évoquer le mouvement anti-avortement.

Oui, tous les tordages de ces derniers jours sur les manifestants qui ne font que chanter et se tenir dans la rue sont particulièrement ridicules si l’on considère que non seulement ce genre de piquetage est normal pour le mouvement anti-avortement – ​​dont les membres obstruent régulièrement les entrées dans les cliniques d’avortement tout en faisant honte et en abusant à la fois des patients et des travailleurs – mais qu’ils vont régulièrement beaucoup, beaucoup plus loin.

Selon le ministère de la Justice, dix médecins, employés de clinique et accompagnateurs de médecins et de patients ont été assassinés par des extrémistes anti-avortement depuis 1993, un nombre qui monte à onze si vous étendez la portée à 1977. Onze peut sembler peu, mais si nous parlons de l’utilisation de la violence pour intimider les gens à faire ou à ne pas faire quelque chose, ces décès ont un effet démesuré au-delà des victimes réelles. Il se trouve également qu’il y a onze morts de plus que la Cour suprême n’a subi aux mains de militants pro-choix.

L’un des pires s’est produit il y a à peine sept ans, lorsqu’un agresseur clairement malade mental (il a dit plus tard qu’il serait accueilli au paradis par des fœtus avortés reconnaissants) s’est présenté dans un centre Planned Parenthood à Colorado Springs avec un fusil d’assaut et a commencé à tirer. L’affrontement de plusieurs heures qui a suivi a fait neuf blessés et trois morts.

Dans ce cas, c’était le segment soi-disant “non extrémiste” du mouvement anti-avortement qui était lourdement coupable. Avec ses délires sur la «vente de parties du corps», l’attaquant s’est clairement inspiré des vidéos trompeuses «piquantes» de Project Veritas sur Planned Parenthood en 2015, qui prétendaient montrer que cela se passait à huis clos – un mensonge encore propagé par la candidate républicaine « modérée » de cette année-là, Carly Fiorina.

Selon les chiffres les plus récents de la Fédération nationale de l’avortement (NAF), la période de 1977 à 2020 a vu 13 532 incidents violents contre des fournisseurs d’avortement, y compris des enlèvements, des cambriolages et du harcèlement criminel, des meurtres, des attentats à la bombe et des incendies criminels. Dans les années 1990, lorsque les militants anti-avortement ont explicitement déclaré que le meurtre était une tactique «légitime» et «justifiable», ils sont devenus particulièrement friands d’attaquer les cliniques avec de l’acide butyrique, une substance hautement corrosive pour laquelle vous avez généralement besoin de combinaisons, de gants, de lunettes et d’écrans faciaux. en toute sécurité, et qui peut vous rendre aveugle et même vous tuer.

Ce n’est en aucun cas de l’histoire ancienne. Il suffit de regarder les récents cas de violence anti-avortement du ministère de la Justice au cours de la dernière décennie, remplis d’exemples de ces militants faisant des menaces à la bombe, lançant des cocktails Molotov et incendiant des cliniques d’avortement.

Et c’est de pire en pire. Les extrémistes anti-avortement ont commencé à recourir régulièrement à la violence dans les années 1970 et 1980, lorsque les perspectives d’abolition légale du droit à l’avortement semblaient lointaines. Mais de manière perverse, alors que le mouvement a accumulé des victoires juridiques et législatives croissantes, il n’a fait que devenir plus violent. En 2017, la NAF a enregistré le double du nombre d’actes de violence contre les prestataires d’avortement depuis l’année précédente, atteignant un niveau record, avant d’atteindre un nouveau record en 2018. L’année suivante, le directeur général de l’organisation a déclaré que la violence subie par les prestataires d’avortement était “au-delà de tout ce que nous avons jamais vu auparavant”.

Puis la pandémie s’est produite et a fait grimper tout cela encore plus loin. Les décès et autres menaces ont explosé de quatre-vingt-douze en 2019 à deux cents en 2020, les coups et blessures à l’extérieur des cliniques ont augmenté de 125 %, et les courriers haineux et les appels téléphoniques harcelants ont atteint un niveau record de plus de trente-quatre cents cas. (Il n’y en avait que 192 sur toute la période de 1977 à 1989, à titre de comparaison).

Quiconque est seulement indigné par l’idée de manifestations et de piquets de grève devrait probablement savoir que les militants anti-avortement en font également beaucoup: les plus de 115 000 enregistrés en 2020 étaient en baisse par rapport au record de 123 228 de l’année précédente, mais c’était toujours bien, bien au-dessus des chiffres enregistrés dans le reste des années 2010, sans parler des années précédentes, où des décennies entières n’ont pas atteint ce nombre.

Face à cette vague de violence anti-avortement de longue date et sans cesse croissante, il est absolument absurde pour la presse et les politiciens d’obtenir maintenant les vapeurs parce que certains manifestants manifestent devant les maisons des juges anti-avortement ou laissent des messages à la craie devant les maisons des législateurs anti-avortement . La récente attaque contre le bureau d’un groupe anti-avortement du Wisconsin est bien sûr inacceptable, mais n’est pas liée à ces autres actions et, étant donné la rareté de tels incidents, une tactique rejetée par le mouvement pro-choix.

Il n’y a aucune comparaison entre les manifestants pro-choix et les fanatiques anti-avortement qui, pendant des décennies, ont considéré toutes sortes de violences épouvantables comme une réponse acceptable à la défaite de leur position de plus en plus marginale. Les Américains ont le droit constitutionnel de protester contre les puissants, mais pas de bombarder des cliniques de soins de santé et d’assassiner des médecins. Peut-être que la classe politique pourrait économiser un peu d’indignation pour ces actions, au lieu de jouer dans la propagande des extrémistes.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire