Le mouvement socialiste disparu | Drapeau rouge

0
95

Si nous brûlons : la décennie des protestations de masse et la révolution manquante

Par Vincent Bevins ; Affaires publiques; 352 pages.

——————–

Les années 2010 ont été secouées par des mouvements de protestation de masse à travers le monde. Des millions de personnes ont occupé les places publiques, défié les dictateurs, affronté la police et dénoncé les inégalités dramatiques qui s’étaient enracinées dans le monde entier pendant l’ère néolibérale.

Pourtant, à la fin de la décennie, le monde était encore plus inégal, antidémocratique et injuste qu’auparavant. Cela a été le cas même dans les pays qui ont connu les plus grands mouvements de protestation de leur histoire.

En Égypte, des millions de personnes se sont rassemblées place Tahir pour renverser le régime d’Hosni Moubarak. Pourtant, en 2013, un nouveau gouvernement militaire avait été mis en place. Au Brésil, un vaste mouvement de protestation contre l'augmentation des tarifs des transports, initié par des militants d'extrême gauche, a brisé la stabilité du gouvernement du Parti des travailleurs. Pourtant, le pays a élu un président d’extrême droite, Jair Bolsonaro, en 2019.

Cette année-là, au Chili, une énorme vague de protestations, de combats de rue et de grèves a visé 30 ans de néolibéralisme de la part des gouvernements de centre-droit et de centre-gauche. Cependant, quelques années plus tard, le président de gauche nouvellement élu, Gabriel Boric, ancien militant étudiant, se retrouvait confronté à un puissant mouvement de droite qui empêchait un changement significatif de la constitution autoritaire du Chili. La liste pourrait s'allonger encore.

Le problème n’est pas seulement que ces mouvements n’ont pas été capables de transformer la société, ni qu’ils n’ont pas été capables d’inaugurer une période de progrès sérieux pour la gauche socialiste et le mouvement ouvrier. Le problème est que, dans de nombreux cas, les forces politiques de droite ou d’extrême droite ont réussi à capitaliser sur la crise provoquée par ces mouvements de protestation pour poursuivre leurs propres objectifs.

Le coup d'État égyptien de Sissi a été précédé par d'énormes manifestations contre le gouvernement des Frères musulmans élu après la chute de Moubarak, manifestations qui ont été considérées par beaucoup comme une continuation de celles de 2011. De même, au Brésil, des manifestations ont éclaté en 2015 contre le Parti des travailleurs. gouvernement, utilisant une grande partie de l'imagerie d'un mouvement antérieur contre l'augmentation des tarifs de transport, mais désormais dominé par des militants de droite et entièrement concentré sur le renversement du parti de centre-gauche.

C'est ce dilemme qui est le thème central du livre de Vincent Bevins Si nous brûlons : la décennie des protestations de masse et la révolution manquante.

Bevins a interrogé des centaines de militants impliqués dans les manifestations des années 2010 pour tenter de comprendre ce qui n’allait pas. « Ceux qui m'ont rencontré n'ont pas voulu arrêter leur analyse en reconnaissant que les forces répressives étaient répressives », écrit-il. De nombreux militants pensaient que « ce genre de réponses était trop facile. Ils voulaient se conformer à des normes plus élevées ».

Le premier point que Bevins tire de ses recherches est qu’il n’existe pas de vide politique : « Si vous faites un trou au centre du système politique, en enlevant le pouvoir à ceux qui le détiennent, alors quelqu’un d’autre s’en ira. entrer dans l’espace vide et le prendre ».

Dans une situation d’inégalités croissantes, d’apathie politique et d’instabilité sociale, les actions de petits groupes de radicaux, parfois par dizaines seulement, peuvent se croiser avec un mécontentement croissant et exploser dans les rues, attirant des centaines de milliers, parfois même des millions de personnes.

Cependant, « un groupe diffus d’individus qui descendent dans la rue pour des raisons très diverses ne peuvent pas simplement prendre le pouvoir eux-mêmes ». Comme l'écrivait Karl Marx dans 18th Brumaire of Louis Bonaparte: « Ceux qui ne peuvent pas se représenter doivent être représentés ».

C’est précisément dans ce contexte que les politiques qui ont influencé les mouvements de protestation de la décennie sont devenues un handicap. Bevins soutient que le bon sens d’une grande partie de la scène activiste mondiale et de gauche au début des années 2000 était dominé par une focalisation sur une politique préfigurative qui fétichisait les formes de protestation « sans leader », « organisées horizontalement » et « spontanées ». Ce type de politique vénérait la nature diffuse des mouvements de protestation plutôt que de s’attaquer à leurs limites.

Le choix des actions de ces mouvements – occupation de places, combats de rue, assemblées de masse – plutôt que d'autres actions telles que les grèves, reflétait le fait qu'elles sont apparues après des décennies de déclin et de défaite du mouvement ouvrier et de la gauche socialiste tout au long de l'histoire. monde. Comme le soutient Bevins : « Il devrait être évident que les humains n’adoptent pas spontanément la bonne réponse à un ensemble donné d’injustices ».

« Si vous êtes un mouvement de protestation qui s'attaque au gouvernement le plus puissant de l'histoire de l'Asie », note-t-il, faisant référence aux manifestations de 2019 à Hong Kong, « vous ne devriez pas choisir votre stratégie en fonction du message qui obtient le plus de votes positifs sur un forum comme Redditt. . Nous pouvons être certains qu’un adversaire digne de ce nom ne prend pas ses décisions de cette façon ».

Ce qui est le plus intéressant dans le livre de Bevins, ce sont les conclusions que de nombreux militants eux-mêmes ont tirées de leurs propres expériences. « J'ai passé des années à faire des interviews, et personne ne m'a dit qu'ils étaient devenus plus horizontalistes, ou plus anarchistes, ou plus en faveur de la spontanéité et du manque de structure », écrit-il. “[S]Certaines personnes sont restées au même endroit. Mais tous ceux qui ont changé d'avis sur la question de l'organisation se sont rapprochés des points de vue classiquement « léninistes ».»

« Je me suis beaucoup amusé dans la rue », raconte Theo, un activiste de Hong Kong, à Bevins, « mais la nature décentralisée du mouvement signifiait qu'il n'y avait pas de place pour discuter de la façon dont il devrait fonctionner, ou comment une stratégie cohérente pourrait être adoptée. être développé”.

« Après Maïdan, j'ai décidé que je ne croyais pas à l'auto-organisation », explique Artem Tidva, un militant de gauche impliqué dans les manifestations ukrainiennes de Maïdan jusqu'à ce qu'elles soient dominées par des groupes nationalistes de droite. « Avant, j’étais plus anarchiste. À l’époque, tout le monde voulait organiser une assemblée chaque fois qu’il y avait une manifestation… Mais je pense que toute révolution sans parti syndical organisé ne ferait que donner plus de pouvoir aux élites économiques qui sont déjà très bien organisées ».

Bevins soutient que les crimes du stalinisme et les échecs de nombreux partis et gouvernements de gauche à travers le monde au XXe siècle ont conduit de nombreuses personnes à rejeter complètement la nécessité d’une organisation. “Oui, nous devons reconnaître qu'ils peuvent être utilisés à mauvais escient”, affirme Bevins. Cependant, « si votre objectif est de faire face au problème auquel l’humanité est confrontée, cela signifie se concentrer sur les fins et construire un mouvement capable de résister à l’épreuve du temps, en plus de rester démocratique et responsable ».

Cela soulève bien entendu la question épineuse du type d’organisation dont nous avons besoin, question qui dépasse le cadre de cette étude. Mais que nous besoin Je pense que cette organisation ne peut plus être sérieusement contestée. L’idée selon laquelle nous devrions attendre un soulèvement spontané ou limiter notre organisation ici et maintenant à un petit cercle d’amis diffus, soi-disant « non hiérarchique », est totalement irresponsable. Et il existe une riche histoire de révolutionnaires bâtissant des organisations socialistes dans presque tous les contextes imaginables : de la démocratie capitaliste la plus libérale à la dictature la plus autoritaire.

Les années 2010 ont été une décennie de possibilités radicales et d’opportunités manquées. Ces années ont enterré l’idée que nous vivons dans une société stable, sûre et égalitaire, et ont révélé de manière frappante les crimes des riches et des puissants. Les manifestations qui ont éclaté ont impliqué plus de personnes qu’à tout autre moment de l’histoire du monde et ont confirmé que les gens se battront contre le système – et contre ceux qui avaient écarté le potentiel d’une révolte de masse. Cependant, ces années ont également mis en évidence que l’absence d’un mouvement socialiste organisé sapait ce qui était possible.

« J’ai entendu maintes et maintes fois, sur les cinq continents, face à des revers évidents, de graves tragédies et une dépression généralisée, les gens me disaient : ce n’est que le début, nous avons planté les graines de quelque chose de plus grand », écrit Bevins. « À long terme, ces luttes peuvent faire partie de quelque chose de plus grand, et nous pouvons revenir plus forts que jamais et gagner. »

Ne commettons pas les mêmes erreurs dans les années 2020, assurons-nous de pouvoir revenir plus forts et gagner.

Source: https://redflag.org.au/article/missing-socialist-movement

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire