Le Myanmar, de tous les endroits, offre des leçons pour la vie après Roe – Mother Jones

0
43

Une femme habillée en servante assiste à un rassemblement de mai 2022 contre le renversement de Roe.Aimee Dilger / Sipa USA via AP

Cette histoire a été initialement publiée par sombre et est reproduit ici dans le cadre du Bureau du climat collaboration.

Si les États-Unis La Cour suprême renverse Roe contre Wade dans les semaines à venir, alors qu’un brouillon divulgué de l’opinion majoritaire en Dobbs c.Jackson Women’s Health Organization suggère que ce sera le cas, la décision plongera le pays sur un terrain juridique qui est resté largement inexploré au cours du dernier demi-siècle. Pas moins de 32 États sont susceptibles d’interdire ou de restreindre sévèrement les avortements. Mais les lois ne changeront pas le fait que de nombreux résidents de ces États voudront ou auront encore besoin d’avortements. En l’absence du droit constitutionnel de longue date d’exercer un contrôle sur leur propre corps, jusqu’où les gens iront-ils pour garantir l’accès aux soins de procréation, et qui les aidera ?

Pour avoir une idée de ce à quoi pourrait ressembler l’ère post-Roe, nous pouvons nous tourner vers le Myanmar. Je fais des reportages sur le pays depuis qu’un coup d’État a renversé le gouvernement du pays l’année dernière, et j’ai parlé à des militants et à des rebelles anti-coup d’État du rôle que jouent les droits reproductifs dans la lutte pour la démocratie là-bas.

Au Myanmar, l’avortement est illégal à moins qu’il ne soit prouvé que la grossesse présente un risque pour la vie du parent biologique. Les lois régissant l’avortement n’ont pas changé depuis leur première promulgation au XIXe siècle, lorsque le Myanmar (également connu sous le nom de Birmanie) était sous la domination coloniale britannique. En 2013, le pays a commencé à élaborer une nouvelle loi afin de répondre aux normes internationales sur la violence sexiste et sexuelle, donnant aux militants l’espoir que le pays pourrait mettre à jour ses lois obsolètes sur l’avortement.

Pourtant, selon les défenseurs, qui ont fait pression pour une meilleure protection des droits reproductifs, le projet de loi n’a pas respecté ces normes. Et après huit ans dans les limbes, les délibérations sur le projet de loi ont déraillé par un coup d’État militaire de 2021 qui a précipité l’effondrement du système de santé du pays. Certes, si l’on en croit le conflit qui a suivi le coup d’État, les normes internationales auxquelles la loi était initialement censée répondre ont été complètement ignorées par la junte militaire, qui utilise régulièrement le viol comme arme de guerre et forme de punition. Vu dans ce contexte, l’interdiction de l’avortement n’est qu’une autre forme de violence utilisée par un État répressif.

La menace de longues peines de prison pour les personnes au Myanmar qui se font avorter a donné naissance à un réseau de fournisseurs et de pilules abortives du marché noir. Certains des avortements clandestins qui en résultent sont dangereux et, en raison de la menace imminente de peines sévères, les personnes qui les subissent choisissent probablement de ne pas demander de soins post-avortement, s’exposant ainsi à de potentielles conséquences médicales et psychologiques à long terme. Selon le Fonds des Nations Unies pour la population au Myanmar, les complications résultant d’avortements à risque sont l’une des principales causes de décès chez les femmes enceintes au Myanmar.

Depuis le coup d’État de 2021, une nouvelle génération de jeunes s’est soulevée pour protester et tente de supprimer bon nombre des divisions ethniques et de genre qui servaient auparavant d’obstacles à la solidarité intersectionnelle dans le pays. Afin de contrer un statu quo qui perpétue le sexisme dans les codes juridiques et culturels, certains militants et organisations de base utilisent des méthodes d’organisation inspirées d’un concept connu sous le nom d’entraide.

La pratique de l’entraide est ancienne, conceptualisée pour la première fois comme une théorie organisatrice par l’anarchiste russe Pëtr Kropotkine en 1902. L’entraide, contrairement à la charité, cherche à aider sans renforcer la hiérarchie ; il est souvent décrit en utilisant l’expression « solidarité, pas charité ». Les groupes d’entraide sont généralement des collectifs de personnes qui donnent ce qu’elles peuvent et obtiennent ce dont elles ont besoin. La réciprocité dans l’entraide n’a pas besoin d’être directe ; l’objectif est de créer un système dans lequel les besoins sont satisfaits pour tout le monde, pas seulement pour ceux qui ont des ressources.

Des groupes d’entraide ont souvent vu le jour dans le monde pour faire face à des catastrophes, comme l’ouragan Katrina et la pandémie de Covid-19. Ils sont couramment utilisés pour fournir des soins de santé dans des régions du monde où l’accès aux soins est limité par des règles ou des ressources. En Thaïlande voisine, des milliers de personnes reçoivent des soins médicaux gratuits de la clinique Mae Tao, créée par la médecin et militante pro-démocratie Cynthia Maung.

Bien que le groupe ne se décrive pas explicitement comme un groupe d’entraide, il fonctionne un peu comme tel. Les médecins fournissent des soins génésiques et même des certificats de naissance aux personnes, permettant aux enfants de migrants d’accéder aux services publics thaïlandais. Pendant ce temps, une équipe distincte associée à la clinique envoie des médecins à dos dans des villages reculés et d’autres zones mal desservies. D’autres groupes fournissent des soins dans les villes et les zones où le contrôle gouvernemental est plus fort, et ils ont soutenu les marchés noirs pour des médicaments comme le misoprostol, un traitement en vente libre pour les ulcères qui est couramment prescrit aux États-Unis, hors AMM, pour provoquer des avortements, en association avec un autre médicament, la mifépristone.

Maintenant que la Cour suprême semble sur le point d’annuler Roe contre Wadeles groupes d’entraide et autres réseaux locaux qui suivent un modèle similaire pourraient devenir plus populaires aux États-Unis.

De tels réseaux existaient avant Roe. Entre 1965 et 1972, un groupe clandestin connu sous le nom de Jane Collective a facilité quelque 11 000 avortements dans la région de Chicago. Alors que les femmes du Jane Collective procédaient elles-mêmes à des avortements – dont elles reconnaissaient ouvertement qu’ils comportaient des risques – aujourd’hui, une nouvelle vague de réseaux clandestins vise à faciliter les soins procréatifs en partageant les connaissances.

Un groupe, le Four Thieves Vinegar Collective, a récemment publié en ligne une recette de pilule abortive médicamenteuse faite maison. Comme les procédures souterraines du Jane Collective, ces pilules abortives à faire soi-même peuvent comporter de graves risques. Ils pourraient avoir des interactions dangereuses avec d’autres médicaments ou conditions, et ils ne sont en aucun cas un substitut viable aux avortements sûrs et légaux. Mais pour les personnes qui ont l’impression qu’elles n’ont pas d’autres options, les groupes en offrent une, et le type de connaissances qu’ils diffusent ne peut être arrêté aux frontières ou aboli par la loi. L’époque où les puissants avaient le monopole de l’information est révolue.

Idéalement, tout le monde, partout, aurait accès à des avortements sûrs, légaux et abordables. Mais les dernières années nous ont montré à plusieurs reprises que le simple fait de voter ne suffit pas pour protéger les personnes marginalisées de la violence et du contrôle de l’État. Espérons que les États qui consacrent le droit à l’autonomie reproductive dans la loi envisageront également de protéger et de donner refuge aux personnes qui aident à faciliter les avortements dans les États où ces droits ont été abrogés.

Pendant la pandémie, les gens de partout au pays ont soutenu leurs communautés lorsque les structures de pouvoir inégales du gouvernement les ont laissées tomber. Bien que faciliter un avortement sécurisé soit plus compliqué et plus risqué que de faire les courses pour des voisins âgés, les mêmes principes s’appliquent. Tout au long de l’histoire et à travers le monde, du Myanmar aux États-Unis, des personnes marginalisées par un système impitoyable ont trouvé des moyens de se protéger les unes les autres. Et dans un monde post-Roe, ils continueront de le faire.

La source: www.motherjones.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire