Le mystère persistant du syndrome de la guerre du Golfe

0
53

Source de l’image : Jeff Dahl – auto-vectorisé à partir de Image:Operation Desert Storm.jpg – CC BY-SA 4.0

En 1991, j’avais un ami médecin dans un hôpital de Londres qui a été chargé d’une équipe médicale spéciale formée pour soigner les soldats britanniques en Irak et dans le Golfe victimes d’une attaque au gaz toxique irakien. Les salles ont été débarrassées de tous les cas sauf les cas d’urgence dans son hôpital pour faire de la place à ces victimes potentielles, mais elles ne sont jamais arrivées car, si Saddam Hussein a conservé du gaz toxique, il ne l’a jamais utilisé.

Les seules victimes que l’unité de mon ami ait jamais soignées appartenaient à une équipe médicale de Bulgarie ou de Roumanie – pour autant que je m’en souvienne – qui avait été stationnée loin de la ligne de front en Arabie saoudite où ils se sont construit un alambic pour fabriquer de l’alcool. Mais quelque chose a mal tourné avec la construction et ils ont produit un breuvage mortel susceptible de provoquer la mort et la cécité s’ils n’avaient pas été transportés par avion à l’hôpital de mon ami à Londres.

Dans les années qui ont suivi la guerre, de nombreux soldats américains et britanniques participant à l’invasion de l’Irak se sont plaints de maladies inexpliquées et invalidantes telles que des douleurs musculaires atroces, de la fièvre et des pertes de mémoire. Les gouvernements et les armées ont nié que quoi que ce soit de particulier se soit passé.

Une source m’a dit que des comprimés spéciaux censés neutraliser les gaz toxiques avaient été donnés aux troupes, bien qu’ils soient d’invention récente et en grande partie non testés. Les soldats américains ont découvert que si vous en preniez suffisamment, ils vous donneraient un «high», alors ils se sont surdosés avec des conséquences toxiques.

Je n’ai jamais trouvé assez de preuves pour prouver cette théorie ou en faire plus qu’une hypothèse. Mais maintenant, des scientifiques américains disent avoir découvert ce qui a causé les mystérieux symptômes dans une étude portant sur 1 000 vétérans de la guerre du Golfe. Cela a révélé qu’ils souffraient de l’agent neurotoxique sarin qui a été libéré dans l’atmosphère lorsque les États-Unis ont bombardé les caches irakiennes de gaz. Il était suffisamment dispersé pour ne pas être mortel, mais même sous sa forme diluée, il suffisait à rendre les gens malades s’ils étaient génétiquement vulnérables.

Le Dr Robert Haley du Southwestern Medical Center de l’Université du Texas, chercheur principal d’une équipe financée par le Pentagone, affirme que la clé de la vulnérabilité au sarin est de savoir si une victime possède ou non un gène connu sous le nom de PON1. Ceux qui ont une version moins efficace du gène sont les plus susceptibles de tomber malades. Quelque 33 000 anciens combattants britanniques pourraient présenter les symptômes et 1 300 réclament une pension de guerre en raison de maladies causées par celle-ci.

“Tout simplement, nos découvertes prouvent que la maladie de la guerre du Golfe a été causée par le sarin, qui a été libéré lorsque nous avons bombardé les installations de stockage et de production d’armes chimiques irakiennes”, a déclaré le Dr Haley, épidémiologiste médical et qui étudie le syndrome de la guerre du Golfe depuis 28 ans. est cité comme disant.

“Il y a encore plus de 100 000 anciens combattants de la guerre du Golfe qui ne reçoivent pas d’aide pour cette maladie et nous espérons que ces découvertes accéléreront la recherche d’un meilleur traitement.”

C’est peut-être l’explication de la maladie mystérieuse, mais beaucoup de ceux qui en souffrent étaient loin d’Irak et je n’ai pas vu de rapports faisant état de stocks importants de sarin touchés par des missiles ou des bombes.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/05/24/the-lingering-mystery-of-gulf-war-syndrome/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire