Le New York Times admet la vérité du coup d’État haïtien

0
155

« Un président haïtien exige des réparations et se retrouve en exil », a déclaré la une du New York Times de mercredi. Dix-huit ans plus tard, ceux qui se sont opposés au coup d’État américain, français et canadien ont largement remporté la bataille du record historique.

L’ambassadeur français Thierry Burkard admet que l’appel du président Jean-Bertrand Aristide pour la restitution de la dette d’Haïti (rançon) d’indépendance explique en partie pourquoi il a été évincé en 2004. Burkard a déclaré au Times que la destitution du président élu était “un coup d’État” qui était “probablement un un peu sur » la campagne d’Aristide pour que la France rembourse Haïti.

D’autres grands médias ont également enquêté sur le coup récemment. En 2020, l’émission phare d’information de Radio-Canada « Enquête » a interviewé Denis Paradis, le ministre libéral responsable de l’organisation de l’Initiative d’Ottawa de 2003 sur Haïti, où des responsables américains, français et canadiens ont discuté de l’éviction du président élu et de la mise du pays sous tutelle de l’ONU. Paradis a admis à Radio-Canada qu’aucun responsable haïtien n’avait été invité à discuter de l’avenir de leur propre pays et le triumvirat impérial s’est demandé si “le principe de souveraineté est inattaquable?” Enquête a également interviewé l’activiste et auteur haïtien canadien de longue date Jean Saint-Vil qui a offert une perspective critique sur la discussion pour évincer Aristide.

La couverture de Radio-Canada et du Times a été influencée par des centaines d’articles publiés par des militants solidaires dans des médias de gauche. Daming the Flood: Haiti and the Politics of Containment: Repression and Resistance in Haiti, 2004–2006, Canada in Haiti: Waging War on the Poor Majority, Haiti’s New Dictatorship: The Coup, the Earthquake and the UN Occupation, An Unbroken Agony Haiti , de la Révolution à l’enlèvement d’un président fournissent une documentation plus riche sur le coup d’État, tout comme les documentaires Haïti : nous devons tuer les bandits, Haïti trahi et Aristide et la révolution sans fin.

L’article du Times sur l’éviction d’Aristide faisait partie d’une série sur l’impérialisme en Haïti que le journal a publiée en première page pendant quatre jours. “The Ransom” a détaillé le coût pour Haïti – calculé entre 21 et 115 milliards de dollars – de payer la France pour reconnaître son indépendance. “Une banque créée pour Haïti a canalisé la richesse vers la France” a montré comment le Crédit Industriel et Commercial a encore appauvri la nation à la fin des années 1800 tandis que “Envahir Haïti, Wall Street a exhorté, et l’armée américaine a obligé” a couvert la brutale occupation américaine de 1915-1934, qui a grandement remodelé son économie pour l’adapter aux capitalistes étrangers.

La décision du Times de dépenser des dizaines, voire des centaines de milliers de dollars pour la série a sans aucun doute été influencée par le mouvement Black Lives Matter et le projet 1619 du journal sur l’esclavage. De plus, Saint-Vil et d’autres militants haïtiens-nord-américains demandent à la France de rembourser la rançon depuis plus de deux décennies. En 2010, un groupe d’activistes principalement canadiens a publié une fausse annonce indiquant que la France rembourserait la dette. Liée au 14 juillet en France et au tremblement de terre dévastateur de 2010, la cascade du Comité pour le remboursement de l’argent extorqué à Haïti (CRIME) a ​​forcé Paris à le nier, comme l’a rapporté le Times. Le groupe a également publié une lettre publique qui a suscité une attention internationale importante.

Bien que ces campagnes aient probablement stimulé la série, un certain nombre d’universitaires l’ont fait sur eux-mêmes. Mary Lewis, professeur à White Harvard, a déploré que son assistante de recherche ait été citée dans “The Ransom”, mais elle ne l’était pas. Un autre universitaire s’est même excusé d’avoir partagé cette histoire importante. “Je regrette d’avoir partagé l’article du NYT sur Haïti hier. Tant de chercheurs notent leurs pratiques éditoriales flagrantes. Les auteurs de l’article n’ont pas correctement crédité leurs sources. Malheureusement, les tweets des universitaires ont reçu des milliers de likes.

Laissant de côté la mesquinerie du milieu universitaire, la série n’est pas sans questions et critiques. Premièrement, le Times appliquera-t-il la logique historique de la série à sa future couverture d’Haïti ou continuera-t-il à agir comme sténographe pour le Département d’État ? Plus directement, pourquoi la série n’a-t-elle pas mentionné le « Core Group » qui gouverne largement Haïti aujourd’hui ? La série est censée montrer comment l’intervention étrangère a contribué à l’appauvrissement et au dysfonctionnement politique des Haïtiens, mais le Times ignore une ligne directe entre le coup d’État de 2004 et l’alliance étrangère qui domine le pays aujourd’hui.

La semaine dernière, des Haïtiens ont manifesté devant l’ambassade du Canada à Port-au-Prince. Ils ont scandé contre le Core Group, qui se compose de représentants des États-Unis, du Canada, de l’UE, de l’OEA, de l’ONU, de l’Espagne, du Brésil et de la France. Un manifestant a cogné un rocher sur les grilles. Auparavant, des manifestants ont lancé des pierres et des cocktails molotov, ainsi que des pneus brûlés, devant l’ambassade du Canada.

La série Times a solidifié le récit historique concernant le coup d’État de 2004 et popularisé l’histoire de l’impérialisme en Haïti. La série est une aubaine pour les Nord-Américains qui font campagne pour un changement radical de politique envers un pays né de peut-être la plus grande victoire de tous les temps pour l’égalité et la dignité humaine.

Mais le but de l’activisme n’est pas simplement de décrire le monde, mais de le changer.

Source: https://www.counterpunch.org/2022/06/02/new-york-times-admits-truth-of-haitian-coup/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire