Le New York Times révèle qu’un magnat de la technologie aime la Chine et que le maccarthysme est bien vivant

0
172

Cette histoire a été initialement publiée dans FAIR le 17 août 2023. Elle est partagée ici avec autorisation sous licence Creative Commons (CC BY-NC-ND 3.0).

« Un réseau mondial de propagande chinoise mène à un magnat américain de la technologie », New York Times (8/5/23) annoncé en première page. “Le Fois a démêlé un réseau financier qui s’étend de Chicago à Shanghai et utilise des organisations à but non lucratif américaines pour faire avancer les arguments chinois dans le monde entier », peut-on lire dans le sous-titre.

Ce scoop apparemment majeur comptait plus de 3 000 mots et dressait un portrait du socialiste multimillionnaire Neville Roy Singham et des groupes d’activistes qu’il finance comme des agents douteux de la propagande chinoise. L’article faisait même référence à la loi sur l’enregistrement des agents étrangers, notant qu’« aucune des organisations à but non lucratif de M. Singham ne s’est enregistrée en vertu de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers, comme cela est exigé des groupes qui cherchent à influencer l’opinion publique au nom de puissances étrangères ».

Il n’est donc pas surprenant que cet article ait conduit à un appel à une enquête fédérale sur ces organisations à but non lucratif financées par Singham. Le sénateur Marco Rubio (R-Fla.) a envoyé une lettre au ministère de la Justice citant le Fois article et affirmant que les groupes, y compris l’organisation anti-guerre Code Pink et le groupe de réflexion socialiste Tricontinental, « ont reçu des instructions du PCC ». [Chinese Communist Party].» Rubio a conclu : « Le PCC est notre plus grand adversaire, et nous ne pouvons plus lui permettre d’abuser de notre système ouvert pour promouvoir son influence malveillante. »

“Un bienfaiteur socialiste des causes d’extrême gauche”

Mais qu’a fait exactement le Fois creuser sur Singham et ses groupes financés ? Malgré sa longueur, l’article ne fournit aucune preuve que le philanthrope lui-même ou les groupes qu’il finance font quelque chose de répréhensible. Au lieu de cela, les nombreuses preuves qu’il propose semblent montrer seulement que Singham a un penchant pro-Chine et finance des groupes qui le font également, tandis que le journal insinue à plusieurs reprises que Singham et ses associés sont secrètement des fantassins chinois.

L’article commence par décrire une « bagarre de rue » qui « a éclaté parmi des manifestants majoritairement d’origine chinoise » à Londres en 2019. Fois Selon des « témoins », l’incident est imputé à un groupe, No Cold War, qui reçoit un financement de Singham et qui aurait « attaqué des militants soutenant le mouvement démocratique à Hong Kong ». FAIR n’a trouvé aucun rapport corroborant cette version des événements, mais, vrai ou non, cela sert à présenter le monde de Singham comme à la fois antidémocratique et voyou.

Cela ajoute rapidement du caractère trompeur, voire traître, à ce tableau. « En surface », le Fois écrit, No Cold War est un collectif d’activistes américains et britanniques « qui affirment que la rhétorique de l’Occident contre la Chine a détourné l’attention de questions telles que le changement climatique et l’injustice raciale ». Mais le Fois est là pour tirer le rideau :

En fait, un New York Times Selon l’enquête, cela fait partie d’une campagne d’influence généreusement financée qui défend la Chine et favorise sa propagande. Au centre se trouve un millionnaire charismatique américain, Neville Roy Singham, connu comme un bienfaiteur socialiste des causes d’extrême gauche.

Ce que l’on sait moins, et qui se cache au milieu d’un enchevêtrement de groupes à but non lucratif et de sociétés écrans, c’est que M. Singham travaille en étroite collaboration avec la machine médiatique du gouvernement chinois et finance sa propagande dans le monde entier.

Tout cela semble tout à fait illicite, avec le financement somptueux, la propagande et la dissimulation au milieu d’un enchevêtrement de sociétés écrans. (Le Fois utilise le mot « propagande » 13 fois dans son article, y compris dans le titre.) Et ce genre de langage, qui insinue mais ne démontre jamais des actes répréhensibles, imprègne toute la longueur de l’article à un tel degré qu’il est difficile d’affiner les exemples. Par exemple, lorsqu’il rapporte le déni catégorique de Singham selon lequel il suit les instructions d’un gouvernement ou d’un parti étranger et n’agit que sur la base de ses « opinions personnelles de longue date », le journal rétorque immédiatement :

Mais la frontière entre lui et l’appareil de propagande est si floue qu’il partage des bureaux – et ses groupes partagent des membres du personnel – avec une entreprise dont le but est d’éduquer les étrangers sur « les miracles que la Chine a créés sur la scène mondiale ».

Le Fois accuse Singham de financer des sites d’information à travers le monde qui font des choses comme entrecouper « des articles sur les droits fonciers avec des éloges pour Xi Jinping » ou saupoudrer « leur couverture de points de discussion du gouvernement chinois » ou offrir « une couverture douce de la Chine ». Il accuse les groupes financés par Singham de « partager leurs contenus sur les réseaux sociaux des centaines de fois » et d’« interviewer[ing] les représentants les uns des autres sans révéler leurs liens.

Un carnet séditieux

L’article se termine comme il a commencé, avec une scène destinée à présenter Singham sous un jour néfaste :

Le mois dernier, M. Singham a assisté à un forum de propagande du Parti communiste chinois. Sur une photo, prise lors d’une séance en petits groupes sur la manière de promouvoir le parti à l’étranger, on voit M. Singham en train de noter dans un cahier orné d’un marteau et d’une faucille rouges.

En d’autres termes : Communiste !

Si vous pensez que la Chine est mauvaise et que les communistes sont le diable, ce pourrait être le cas si vous lisez les médias d’information américains (FAIR.org, 15/05/20, 8/04/21) – cela ressemble à un reportage important sur un homme dangereux. Le problème, c’est qu’il n’y a rien d’illégal dans tout cela. Tous les Fois réussit à prouver dans cet article est que Singham consacre des sommes considérables, amassées en vendant une société de logiciels, à des causes qui promeuvent une vision positive de la Chine et critiquent la politique étrangère belliciste anti-Chine, ce qui est son droit en tant que citoyen américain. Si vous deviez remplacer « Chine » dans ce conte par « Ukraine », il est difficile d’imaginer le Fois assigner un seul journaliste à l’histoire, sans parler de la mettre en première page.

Mais alors que Singham renforce un pays vilipendé plutôt que vanté dans les médias américains, le Fois semble faire de son mieux pour donner l’impression qu’il y a quelque chose de profondément problématique dans tout cela. Peut-être le signal le plus clair du FoisLe message sous-jacent arrive à ce moment dans l’article :

[Singham] et ses alliés sont en première ligne de ce que les responsables du Parti communiste appellent une « guerre sans fumée ». Sous le règne de Xi Jinping, la Chine a étendu ses activités dans les médias d’État, s’est associée à des médias étrangers et a cultivé des influenceurs étrangers. L’objectif est de déguiser la propagande en contenu indépendant.

L’article cite de nombreuses organisations et individus comme étant associés d’une manière ou d’une autre à Singham. Il nomme même les participants à son mariage – décrit comme étant « également un événement de travail » – notamment La démocratie maintenant ! l’animatrice Amy Goodman, Ben Cohen de la crème glacée Ben & Jerry’s et V, auteur de Les monologues du vagin. Tous ces « alliés » sont impliqués par association en tant que soldats combattant la guerre froide de la Chine contre les États-Unis, « influenceurs étrangers », chevaux de Troie de la propagande chinoise – aucune preuve n’est nécessaire autre que la compagnie qu’ils tiennent.

Bref, c’est l’image d’une trahison tapie au sein de « l’extrême gauche ».

« Astuce de propagande »

En effet, nombreux à gauche, y compris ceux visés, ont accusé le Fois du maccarthysme. Il convient de rappeler l’histoire de la loi sur l’enregistrement des agents étrangers. Adoptée en 1938 pour lutter contre la propagande nazie, elle a en fait rarement été utilisée, sans doute en partie parce qu’elle est difficile à concilier avec le droit constitutionnel de présenter une pétition au gouvernement et le droit à la liberté d’expression. Mais il a été utilisé à l’époque McCarthy, notamment pour cibler WEB Du Bois et son centre d’information sur la paix.

Le PIC, un groupe antinucléaire américain, était lié à des mouvements pacifistes internationaux et publiait de la littérature antinucléaire et pacifiste du monde entier, y compris la pétition internationale antinucléaire de Stockholm. Le ministère de la Justice a considéré qu’il s’agissait d’une menace communiste à la sécurité nationale et d’un « truc de propagande », et a inculpé Du Bois et quatre autres agents du PIC pour ne pas s’être enregistrés comme agents étrangers. Les accusations ont été rejetées par un juge, mais elles ont provoqué la faillite du PIC.

Du Bois later wrote (Dans la bataille pour la paix1952) :

Bien que l’accusation ne soit pas une trahison, elle a été largement comprise et a déclaré que le Centre d’information sur la paix avait été découvert comme étant un agent de la Russie…. Nous n’avons pas été traités comme des innocents dont il fallait enquêter sur la culpabilité, mais clairement comme des criminels dont l’innocence devait être prouvée, ce qui était considéré comme douteux.

Cela a été encouragé par une couverture médiatique crédule à l’époque (Journal de droit duc, 2/20). Le New York Herald Tribune (11/02/51) a éditorialisé que le

Le groupe Du Bois a été créé pour promouvoir un appel délicat d’origine soviétique, venimeux dans son innocence apparente, qui faisait croire qu’une signature contre l’utilisation des armes atomiques assurerait immédiatement la paix… en bref, une tentative de désarmer l’Amérique tout en ignorant toute forme d’agression communiste.

L’utilisation du FARA par le gouvernement s’est encore intensifiée à la suite des accusations d’ingérence russe dans les élections de 2016, mais il a principalement été utilisé pour cibler les groupes anti-guerre et de solidarité internationale, y compris les récentes inculpations de militants de libération noirs (Nation25/04/23).

Concernant Singham et ses « alliés », le Fois a rapporté que le FARA « s’applique généralement aux groupes qui acceptent de l’argent ou des commandes de gouvernements étrangers. Les experts juridiques ont déclaré que le réseau de M. Singham était un cas inhabituel.

C’est certainement inhabituel dans le sens où il est difficile de l’interpréter comme une affaire du FARA. Ce n’est malheureusement pas inhabituel dans le sens où les médias d’information américains sont enclins à diffamer ceux qui sympathisent avec les ennemis officiels.


Aide à la recherche : Brandon Warner

Licence Creative Commons

Republiez nos articles gratuitement, en ligne ou sous forme imprimée, sous licence Creative Commons.

Source: https://therealnews.com/nyt-reveals-that-a-tech-mogul-likes-china-and-that-mccarthyism-is-alive-and-well

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire