Le Nouveau Parti démocratique du Canada veut abaisser l’âge du vote

0
44

Au Canada, la Chambre des communes débat d’un projet de loi d’initiative parlementaire d’un député du Nouveau Parti démocratique (NPD) qui abaisserait l’âge de vote à seize ans. En fait, deux projets de loi de ce genre sont actuellement devant la Chambre et un au Sénat. Des projets de loi similaires ont déjà été proposés par les libéraux et les néo-démocrates. Au total, ces factures sont au nombre de près d’une douzaine. Le projet de loi devrait devenir loi. Il est bien temps.

En décembre, à l’occasion d’une contestation judiciaire contre l’âge de vote fédéral, Aaron Wherry a écrit une défense d’abaisser l’âge de vote à seize ans pour la Société Radio-Canada. Il a envoyé les contre-arguments habituels et fatigués et a proposé une série de raisons pour faire le changement. La recherche indique que les capacités cognitives des jeunes de seize ans sont à la hauteur de l’engagement démocratique. De plus, des études ont montré que les connaissances civiques des jeunes de seize ans sont comparables à celles des jeunes de dix-huit ans – la tranche d’âge émancipée immédiatement en amont.

Comme le notent Wherry et d’autres, les jeunes ont le plus en jeu dans l’avenir du pays, en particulier compte tenu de la menace existentielle du changement climatique. L’âge actuel de dix-huit ans est arbitraire ; vous pouvez déjà faire beaucoup à seize ans, y compris quitter la maison, conduire une voiture, prendre un emploi et abandonner l’école. Plus d’une douzaine de pays autorisent déjà les gens à voter à seize ans, et ils doivent encore descendre dans un tableau rappelant les morceaux les plus effrayants d’un triptyque de Hieronymus Bosch.

Les défenses du vote à seize ans sont courantes dans les médias grand public et en dehors, apparaissant dans Voix, Note de politiquela Conversationla Étoile de Toronto, et ailleurs. La recherche universitaire soutient la position. Par exemple, un article scientifique de 2012 dans Etudes électorales trouvé ça

si les taux de participation des jeunes de moins de 18 ans sont relativement faibles, leur non-vote ne peut s’expliquer par une moindre capacité ou motivation à participer. De plus, la qualité des choix de ces citoyens est similaire à celle des électeurs plus âgés, de sorte qu’ils votent de manière à ce que leurs intérêts soient également bien représentés.

D’autres études ont montré des résultats similaires, bien qu’un contre-argument dans Études politiques soutient que les jeunes ne sont pas suffisamment mûrs pour se voir confier le vote. Le papier n’est pas convaincant – il est myope et condescendant. Sa norme pour un âge minimum de vote «juste et efficace» est basée sur la définition de critères de compétence qui soulèvent des implications inquiétantes – telles que des limites d’âge supérieures pour voter.

Parce que les preuves contre un âge de vote plus bas sont faibles, les arguments fondés sur des preuves contre l’abaissement de l’âge de vote sont également faibles. L’opposition politique à l’abaissement de l’âge de vote est plus intéressante, quoique ouvertement cynique. Cette opposition semble prendre trois formes : la dépendance au sentier (“plus de dix-huit ans, c’est ce que nous faisons maintenant”), la priorité (“c’est peut-être une bonne idée, mais nous avons des choses plus importantes à gérer”), et plainte partisane sans fard (« les jeunes électeurs voteront pour les partis de gauche et c’est injuste »). Chacune de ces raisons est antidémocratique. Le vote est, bien sûr, le droit démocratique cardinal. Malgré les critiques que l’on peut faire au système électoral, celui-ci façonne néanmoins la politique, les politiques et les priorités des États, et donc nos vies individuelles et collectives.

“C’est comme ça que nous le faisons” n’est jamais une défense acceptable de quoi que ce soit. En fait, ce n’est pas du tout un argument acceptable. C’est le sophisme logique connu sous le nom de « appel à la tradition », et son affirmation de base est que tout ce qui est discuté est acceptable parce qu’il a toujours été acceptable. Cet argument est souvent utilisé par des personnes très satisfaites de l’état actuel des choses.

Certaines personnes sont bien servies par le statu quo – et elles ne sont pas motivées pour le changer. En effet, les bénéficiaires du statu quo agiront pour assurer sa protection. Si l’on considère que le vote des jeunes façonne la politique et les résultats des électeurs d’une manière particulière, empêcher sa mise en œuvre a de facto un effet de gerrymandering avant la lettre. Nous avons vu à quoi ressemblent les effets de la suppression des électeurs. Ce n’est pas joli.

Les priorités révèlent des valeurs. Ne pas accorder la priorité à l’abaissement de l’âge de voter en raison d’autres préoccupations urgentes trahit un confort avec le statu quo. Ceux qui craignent que donner la priorité à un âge de vote inférieur bouleverse la politique du jour et, mon cher, pourraient même produire des priorités et des résultats politiques différents.

Le partisan gémissements à propos d’un âge de vote inférieur au profit de la gauche – basé sur l’hypothèse que les jeunes citoyens sont plus susceptibles de soutenir les partis de gauche – complète et sous-tend tout ce trio cynique et intéressé. Il n’est pas pertinent de savoir si l’idée que l’ajout d’une cohorte d’électeurs plus jeunes se répercuterait sur les gains électoraux de gauche est vraie. Les décisions concernant qui devrait être autorisé à voter et quand ne devraient rien avoir à voir avec l’avantage ou le désavantage partisan attendu. Les droits existent et doivent être reconnus et soutenus indépendamment des intérêts partisans.

Dans une société libre et démocratique, il faut donner une raison ne pas faire quelque chose. Il n’incombe pas à l’individu d’expliquer pourquoi il devrait être autorisé à exercer un droit, à remplir un devoir ou à poursuivre un intérêt. Il incombe plutôt à l’État de justifier pourquoi on devrait être empêché de le faire. Dans le cas du vote à l’âge de seize ans, il n’y a aucune raison impérieuse de maintenir une interdiction qui semble arbitraire, cynique et contraire aux preuves – ou du moins manquant de preuves suffisamment solides pour soutenir le refus des jeunes d’accéder à un droit fondamental. De plus, bien que les raisons d’autoriser un âge plus jeune pour voter soient impérieuses, elles sont accessoires au fait que, lorsqu’il s’agit d’autoriser le vote à seize ans, la seule raison dont on a besoin est qu’il n’y a aucune bonne raison contre cela.

Le Parlement du Canada devrait abaisser l’âge de voter à seize ans et en finir avec cela. Les provinces et les municipalités devraient les suivre. La discussion, vieille de plusieurs décennies, doit être terminée afin de satisfaire un droit démocratique fondamental qui devrait être étendu au plus grand nombre.



La source: jacobinmag.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire