Le Parlement européen approuve l’interdiction totale de l’énergie russe — RT World News

0
79

Le Parlement européen a adopté jeudi une résolution demandant “un embargo complet immédiat sur les importations russes de pétrole, de charbon, de combustible nucléaire et de gaz”. La législature du bloc a également exigé que la Russie soit complètement coupée du réseau bancaire SWIFT et expulsée des organisations internationales.

La résolution, qui n’est pas juridiquement contraignante et de nature uniquement consultative, a été adoptée par 513 voix contre 22 et 19 abstentions. L’embargo total sur l’énergie russe qu’elle exige va bien au-delà du plan actuel de l’UE visant à réduire de deux tiers sa dépendance au gaz russe avant la fin de l’année et à éliminer progressivement les combustibles fossiles russes avant 2030.

Une telle décision pourrait avoir des conséquences importantes dans toute l’Europe. La Russie fournit environ 40 % du gaz importé de l’UE et 27 % de son pétrole. Certains pays dépendent encore plus de l’énergie russe, plus de la moitié du gaz allemand et un tiers de son pétrole provenant de Russie. Alors que le chancelier allemand Olaf Scholz a exprimé sa réticence face à la demande du président russe Vladimir Poutine de payer le gaz russe en roubles, la ministre des Affaires étrangères Annalena Baerbock a averti que la coupure de cette source d’énergie vitale paralyserait l’économie de l’Allemagne – la centrale industrielle européenne -.




Pour certains pays dépendants du gaz et du pétrole, le vote du Parlement risque d’être ignoré. En Hongrie par exemple, le Premier ministre Viktor Orban a déclaré qu’il continuerait d’acheter du gaz russe et qu’il le paierait en roubles. Budapest compte sur la Russie pour livrer tout son gaz, et Orban lui-même a décrété un embargo “hors de question.”

D’autres pays ont dit à leurs citoyens de se préparer au rationnement de l’énergie et aux fortes augmentations du coût de la vie. Il en va de même pour le président américain Joe Biden, qui a déclaré lors d’une visite le mois dernier que “Éliminer le gaz russe aura des coûts pour l’Europe” mais “Ce n’est pas seulement la bonne chose à faire d’un point de vue moral… cela va nous mettre sur une base stratégique beaucoup plus solide.”

Le gaz naturel liquéfié (GNL) américain, un carburant plus cher qui doit être transporté par bateau vers des terminaux de livraison spéciaux, pourrait alléger un pourcentage de la demande du continent.

La résolution de jeudi a également appelé à l’expulsion de la Russie du Conseil des droits de l’homme des Nations Unies, d’Interpol, de l’Organisation mondiale du commerce, de l’UNESCO et d’autres organisations internationales, et à la suppression de toutes les banques du pays du réseau bancaire SWIFT.

En outre, il a exigé que les expéditions d’armes vers l’Ukraine “doit continuer et être intensifié.” Alors que certains pays de l’UE ont acheminé des armes vers l’armée ukrainienne, le bloc dans son ensemble a rompu avec la tradition en février lorsque le chef de la politique étrangère Josep Borrell a annoncé qu’il enverrait près d’un demi-milliard d’euros de “aide létale” à Kiev.

Bien que la résolution de jeudi ait été adoptée avec un soutien écrasant, il y a eu une certaine dissidence au parlement. L’eurodéputée irlandaise Clare Daly mentionné qu’à la suite des sanctions de l’UE, “La Russie n’est pas découragée, tandis que les citoyens de l’UE sont confrontés à une inflation désastreuse, à une flambée des coûts de l’énergie et à une baisse historique du niveau de vie.”

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire