Le partenariat transatlantique États-Unis-Europe montre sa résilience

0
52

Président Biden’s le voyage en Europe la semaine dernière n’a pas seulement mis en lumière l’OTANs base militaire solide, il a également souligné à quel point les liens commerciaux profonds qui unissent les deux sides de l’Atlantique Nord sont devenus la base géoéconomique résiliente à partir de laquelle les États-Unis Sles États et leurs alliés peuvent s’adresser à Poutines les menaces et les défis plus larges de la perturbation mondiale.

Biden’s l’entreprise phare est un pacte transatlantique audacieux pour réduire l’Europe”s dépendance vis-à-vis de l’énergie russe et déployer des technologies propres. L’union SLes États travailleront avec d’autres pays pour augmenter les exportations de gaz naturel liquéfié (GNL) vers l’Europe d’au moins 15 milliards de mètres cubes cette année – ce qui remplacera complètement le GNL russe sà l’Europe — et fournir à l’Europe 50 milliards de mètres cubes de GNL par an jusqu’en 2030 au moins.s l’annonce parallèle qu’elle réduira de moitié sa dépendance au pétrole russe d’ici summer, être indépendant du charbon russe d’ici l’automne et être presque exempt de gaz russe d’ici 2024 est peut-être un revirement encore plus révolutionnaire pour un pays qui avait construit des liens dangereux avec l’énergie russe et qui, jusqu’à tout récemment, en construisait activement davantage. Il n’atteindra pas ces objectifs sans U.S. aider.

Ces initiatives soulignent une nouvelle réalité : les États-Unis Stats a ss’est intégré pour devenir l’Europe”s partenaire majeur alors que le continent se sevre de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. En février, U.S. gaz naturel liquide sles approvisionnements vers l’Europe ont même dépassé la Russie’s livraisons par gazoduc.

L’union Stats peuvent ne pas remplacer complètement d’autres sfournisseurs d’énergie-stared l’Europe, mais les connexions énergétiques transatlantiques gagnent en importance – et elles circulent dans les deux sens. Par exemple, les entreprises européennes, dirigées par des entreprises allemandes, sont les plus grands investisseurs étrangers aux États-Unis.S. économie d’énergie. Les entreprises des deux sides de l’Atlantique Nord mènent la transition vers des technologies propres compétitives. U.S. entreprises en Europe sont devenues une force motrice pour l’Europe”s révolution verte, représentant plus de la moitié des contrats d’achat d’énergies renouvelables à long terme en Europe sdepuis 2007. Dans la plus grande vente aux enchères d’éoliennes offshore sites en U.S. histoire en février 2022, huit des neuf entreprises lauréates étaient européennes.

L’énergie est un exemple frappant mais non isolé que l’économie transatlantique se révèle remarquablement résistante aux perturbations générées par Poutine.s la guerre contre l’Ukraine, la pandémie, congestionnée schaînes d’approvisionnement et prix de l’énergie sbrochets.

U.S.-Les liaisons énergétiques européennes ne sont qu’un stendance d’une économie transatlantique remarquablement robuste et dynamique. Les dernières données révèlent qu’en 2021 U.S.-Échanges de biens et de sOn estime que les services ont atteint un niveau record de 1 300 milliards de dollars, soit 42 % de plus que l’UE »s commerce avec la Chine. U.S. flux d’investissements directs étrangers vers l’Europe spoussé à un niveau record de 253 milliards de dollars et U.S. On estime que les entreprises basées en Europe ont gagné un record de 300 milliards de dollars. Entreprises européennes aux États-Unis SÉtats ont gagné un record de 162 milliards de dollars et les flux d’investissements directs étrangers européens vers les États-Unis Stats sexhorté au plus haut niveau sdepuis 2017, atteignant environ 235 milliards de dollars.

Poutines la guerre dévoile l’impressionnant sla force et la résilience de l’économie transatlantique. L’Amérique du Nord et l’Europe ne sont pas seulement liées par l’OTAN, elles peuvent également utiliser leur base géoéconomique pour isoler et punir Poutine, relever les défis concurrentiels de la Chine et tirer parti de leurs liens d’innovation profondément interconnectés pour faire sure qu’ils restent mondiaux sstandard-slettres.

L’économie transatlantique de 6 000 milliards de dollars, profondément imbriquée, sera bien mieux à même de résister à la douleur de sque l’économie russe. C’est aussi la base à partir de laquelle l’Amérique du Nord et l’Europe peuvent relever les défis émanant de la Chine. U.S. les entreprises en 2021 ont gagné environ 300 milliards de dollars de leurs opérations en Europe, soit 23 fois ce qu’elles ont gagné de leurs opérations en Chine. Amérique’s base d’actifs en Allemagne est plus du double de ses actifs en Chine. Le total stoc d’U.S. l’investissement direct étranger en Europe est 4 fois supérieur à U.S. investissement dans toute l’Asie-Pacifique et en Europe’s l’investissement étranger direct stac aux États-Unis.S. est 3 fois supérieure à celle de l’Asie. U.S. les entreprises basées en Irlande exportent 5 fois plus vers le reste du monde que les États-Unis.S. entreprises basées en Chine, et environ 3,5 fois plus que U.S. entreprises basées au Mexique.

Les flux transatlantiques de recherche et développement (R&D) sont les plus intenses entre deux partenaires internationaux. En 2019 U.S. entreprises en Europe sdépensé 32,5 milliards de dollars en R&D, 56 % du total de la R&D menée dans le monde par U.S. entreprises à l’étranger. Les entreprises européennes représentent les deux tiers de toutes les dépenses de R&D des entreprises étrangères aux États-Unis Stats. U.S. et les budgets des gouvernements européens pour la recherche, le développement et la démonstration énergétiques de 19,1 milliards de dollars en 2020 représentaient plus du double du montant srefoulé en Chine. Les flux de données transatlantiques sont 55 % supérieurs aux flux transpacifiques.

Tous les deux sLes rives de l’Atlantique sont également mieux positionnées aujourd’hui en raison d’importants smesures qu’ils ont prises pour revigorer leur partenariat. Pendant le président’s voyage, ils sont parvenus à un premier accord sur un nouveau pacte pour réglementer les transferts de données personnelles outre-Atlantique. Ils ont accepté de ssuspendre les tarifs mutuels liés au différend Boeing-Airbus en cours et lever U.S. tarifs européens sl’acier et l’aluminium et les tarifs européens compensateurs sur U.S. des biens. Et ils ont créé un U.S.-Conseil du commerce et de la technologie (TTC) de l’UE pour développer les relations bilatérales en matière de commerce, d’investissement et de technologie ; éviter de nouveaux obstacles techniques inutiles au commerce ; faciliter la coopération réglementaire et coopérer sur les sdéveloppement des normes.

Des divergences politiques subsistent, mais elles se jouent désormais dans un contexte d’unité transatlantique plutôt que de division. Il y a des cahots sur la voie de la reprise, mais le partenariat transatlantique a rebondi en 2021, se montre résilient face aux nouveaux défis et tout indique qu’il repartira de l’avant en 2022.

Daniel S. Hamilton est un schercheur principal non résident à la Brookings Institution et un schercheur principal à l’Université Johns Hopkins’s Sécole d’Advanced International Sétudes. Avec Joseph Quinlan, il est l’auteur de « L’économie transatlantique 2022 », dont ces données sont tirées.

La source: www.brookings.edu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire