Le Pérou ouvre une enquête sur un journaliste qui a dénoncé une inconduite

0
33

Le mois dernier, le parquet fédéral du Pérou a ouvert une enquête sur Ernesto Cabral, un journaliste du média d’investigation primé OjoPúblico. Le bureau allègue que Cabral a commis un crime en révélant l’identité d’un témoin coopérant protégé, un crime passible d’une peine de six ans de prison. The Intercept condamne ces accusations et soutient Cabral et OjoPúblico.

Le crime présumé a eu lieu en 2019, lorsque Cabral, en partenariat avec les journalistes d’Intercept Brasil Rafael Neves et Rafael Moro Martins, a écrit un article mettant en lumière les malversations illégales de deux procureurs péruviens anti-corruption.

Dans les enregistrements auxquels Cabral a eu accès, deux avocats du bureau du procureur ont coaché ​​un témoin coopérant nommé Martín Belaunde Lossio pour s’assurer que son témoignage correspondait à leur cas. Les avocats, alors au milieu de la poursuite d’une affaire anti-corruption contre plusieurs hommes politiques péruviens, voulaient s’assurer qu’il n’y avait pas de contradictions entre le témoignage de Belaunde et les accusations que les enquêteurs préparaient.

Dans ce qui semble être un acte de représailles à la publication d’un article détaillant le comportement illégal de deux de ses membres, le parquet péruvien a demandé à un juge local d’autoriser une enquête sur les communications de Cabral – malgré les garanties de la constitution péruvienne pour le secret des sources journalistiques.

« Quand on traite de questions d’un grand intérêt public, devons-nous respecter le rôle des médias ou allons-nous criminaliser la presse ? »

L’avocat péruvien Carlos Rivera Paz, de l’Institut de défense juridique, qui a défendu OjoPúblico dans plusieurs affaires similaires, a déclaré que l’enquête contre Cabral est une attaque flagrante contre la liberté d’expression.

“La divulgation de l’identité des informateurs est courante dans la presse”, a déclaré Rivera, “en particulier dans les cas d’un grand intérêt public”. Il a ajouté : « Lorsqu’on traite de questions d’un grand intérêt public, devons-nous respecter le rôle des médias ou allons-nous criminaliser la presse ?

Rapport de lavage de voiture

Les rapports d’OjoPúblico et de The Intercept étaient basés sur des fichiers audio de conversations entre les procureurs David Castillo et Elmer Chirre, le témoin coopérant Belaunde et l’avocat de Belaunde, Luis Fernando de la Cruz.

Faisant partie d’une série d’enquêtes menée par The Intercept Brasil dénonçant les méfaits de l’opération Car Wash, l’une des enquêtes de corruption les plus étendues et les plus conséquentes d’Amérique latine, les enregistrements audio ont été remis à The Intercept par une source qui a demandé à ne pas être identifiée et analysée en partenariat avec OjoPúblico. L’interception a publié l’histoire en anglais, portugais et espagnol, OjoPúblico publiant également en espagnol.

Dans les enregistrements, Belaunde déclare qu’un procureur de l’« Équipe spéciale » – le groupe de travail anti-corruption du procureur public péruvien – lui a demandé de mentir et de déclarer qu’il n’était pas au courant d’un prétendu don politique de 400 000 $ de l’entreprise de construction Odebrecht à l’ancien Le président péruvien Ollanta Humala. L’ancien haut représentant d’Odebrecht au Pérou, Jorge Barata, avait nié que la société ait effectué le paiement.

« Quoi que vous nous disiez, cela doit être d’accord avec la ligne de l’accusation », dit Castillo à un moment donné des enregistrements. « Si cela vous est utile, nous le dirons. Et sinon, c’est comme si de rien n’était », répond Belaunde.

Au total, il y a plus de 12 heures de conversation enregistrées avant, pendant et après l’interrogatoire officiel de Belaunde en mars 2019 au pénitencier de haute sécurité de Piedras Gordas, où il était détenu.

Après la publication de l’histoire par OjoPúblico et The Intercept, une enquête interne a été ouverte par le parquet contre ses propres avocats, Chirre et Castillo. Alors que l’enquête interne se poursuit, Chirre reste procureur anti-corruption à Lima, la capitale du Pérou, et Castillo a été transféré dans une unité spécialisée dans les crimes impliquant des fonctionnaires.

Le parquet péruvien n’a pas divulgué d’informations sur l’enquête interne destinée à examiner sa propre conduite. Au lieu de cela, le bureau a décidé d’intenter une action en justice contre ceux qui ont exposé leur conduite illégale.

Représailles

L’enquête sur Cabral a été menée par les procureurs Richard Guerrero Soto et Orlando Ramírez Pastor – les mêmes responsables qui avaient initialement demandé une enquête sur les communications du journaliste péruvien malgré les garanties de confidentialité.

L’enquête a été ouverte sur la base d’une plainte déposée en novembre 2019 par l’avocat de la Cruz, l’une des personnes pouvant être entendues dans les enregistrements. De la Cruz a allégué au procureur de la République que l’enquête journalistique constituait « une menace matérielle … par la révélation du nom de mon client ».

Au lendemain de la publication du rapport de Cabral le 3 novembre 2019, de la Cruz a dénoncé Cabral – sans mentionner The Intercept – pour avoir révélé l’identité de son client. L’identification d’un témoin potentiel coopérant est un crime en vertu de la loi péruvienne, passible d’une peine pouvant aller jusqu’à six ans de prison. « Quiconque révèle indûment l’identité d’un informateur protégé, d’un témoin », précise la loi péruvienne, « ou d’informations permettant son identification, sera puni d’une peine d’emprisonnement d’au moins quatre ans ou de plus de six ans.

De la Cruz lui-même avait déjà révélé dans une émission publique que Belaunde collaborait avec les autorités depuis au moins 2015. OjoPúblico a répertorié neuf autres fois que Belaunde a été mentionné dans la presse péruvienne en tant que témoin coopérant volontaire entre 2014 et 2019. Ainsi Cabral l’a fait. rien de nouveau sur le statut de Belaunde en tant que témoin coopérant potentiel.

Depuis la plainte de de la Cruz en 2019, l’affaire était au point mort. Aujourd’hui, deux ans après que des avocats du parquet ont été surpris en train de coordonner une déclaration avec leur témoin coopérant, le bureau propose des poursuites pénales contre le journaliste qui a dénoncé la collusion.

À la date de cette publication, il n’existe aucune preuve publique indiquant que la justice péruvienne a accordé à Belaunde le statut de témoin coopérant protégé dans l’une quelconque des procédures pénales dans lesquelles il est impliqué. Il n’y a pas eu non plus de décisions sur la demande de violation des communications confidentielles de Cabral.

The Intercept exprime son soutien à Ernesto Cabral et OjoPúblico face à la persécution par les autorités péruviennes du journalisme d’investigation et d’intérêt public.

Traduit par Elias Bresnick.

La source: theintercept.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici