Le personnel des opérations spéciales interrogé pour avoir soutenu la manifestation du “Freedom Convoy” – News 24

0
244

Le Commandement des forces d’opérations spéciales du Canada déclare qu’il ne tolérera pas que ses membres participent à des manifestations contre le mandat des vaccins

Trois membres des Forces d’opérations spéciales du Canada ont fait l’objet d’une enquête de l’armée après avoir prétendument exprimé leur soutien aux manifestations en cours contre le mandat des vaccins qui se sont emparées d’Ottawa pendant deux semaines, a déclaré le commandement dans un communiqué. déclaration le dimanche.

« J’ai récemment été informé d’allégations selon lesquelles au moins trois COMFOSCAN [Canadian Special Operations Forces Command] les membres ont, sous une forme ou une autre, soutenu les manifestations en cours à Ottawa », a déclaré le commandant major-général Steve Boivin.

Il n’est pas clair si le personnel est descendu dans les rues de la capitale canadienne, rejoignant les camionneurs et leurs partisans en personne, ou s’il a autrement déclaré son approbation de la manifestation.

Dans un cas, la force a été alertée d’une prétendue transgression le 1er février, Boivin notant que le membre impliqué était déjà en train d’être libéré de l’armée à l’époque.




Les deux autres cas ont été signalés jeudi dernier, et l’un des membres était également en voie d’être licencié. Le sort du troisième membre, qui est apparemment un militaire en service actif, reste à déterminer.

Boivin a fait valoir que les membres de la force avaient « mis en péril l’impératif apolitique » en exprimant leur soutien aux manifestations. « Je m’attends à ce que nos membres agissent d’une manière qui démontre les valeurs et l’éthique des Forces armées canadiennes et qu’ils les respectent tant en service qu’en dehors. il a dit.

Les responsables canadiens, dont le premier ministre Justin Trudeau, ont à plusieurs reprises qualifié les manifestations de blocus illégal, tout en comparant efficacement les camionneurs et leurs alliés aux nazis. Trudeau a menacé les manifestants campant le long de la frontière canado-américaine et ailleurs avec “graves conséquences” s’ils refusent de se disperser d’eux-mêmes, et dit que les résidents d’Ottawa “ne mérite pas d’être confronté à la violence inhérente d’une croix gammée… ou d’un drapeau confédéré.”

Alors que des manifestations principalement pacifiques à Ottawa se poursuivent depuis deux semaines, paralysant le centre-ville, le gouvernement a décidé de dégager un passage frontalier clé entre les États-Unis et le Canada au cours du week-end, arrêtant les manifestants restants et remorquant leurs véhicules dimanche après qu’une injonction du tribunal a ouvert la voie. voie à une répression policière des manifestants qui bloquent le pont Ambassador. L’exploitant du pont a déclaré lundi que le tracé était “entièrement ouvert” pour le trafic.

Vous pouvez partager cette histoire sur les réseaux sociaux :



La source: www.rt.com

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire