Le personnel d’UniMelb commence sa campagne par une grève

0
235

Environ 1 000 membres du personnel et sympathisants se sont rassemblés à l’Université de Melbourne le 3 mai dans l’une des plus grandes grèves sur un campus universitaire australien depuis de nombreuses années.

L’arrêt de quatre heures a été la première mobilisation de masse dans ce qui s’annonce comme une bataille sérieuse entre le National Tertiary Education Union et la direction de l’Université de Melbourne.

Plus de 500 membres du personnel ont quitté le travail, se joignant aux étudiants et aux sympathisants pour marcher vers le Victorian Trades Hall pour une réunion de masse inter-campus.

De nombreuses zones de travail sont sorties en plus grand nombre que lors du dernier cycle d’action collective en 2018. La colère était palpable parmi le personnel en grève. Les chants populaires comprenaient : “Le travail occasionnel n’est pas acceptable, UniMelb, il est temps de payer !”

Il est facile de comprendre pourquoi les travailleurs sont en colère : le personnel de l’université a subi une vague constante d’attaques au cours des dernières années. Mais à travers des réunions de masse, les travailleurs ont maintenant développé une stratégie ambitieuse liste de revendications pour repousser la direction et améliorer ses conditions de travail.

Parmi les demandes les plus importantes figure une augmentation de salaire supérieure à l’inflation de l’IPC plus 1,5 %. Les travailleurs universitaires, comme les travailleurs de partout au pays, ont subi un coup dur au niveau des salaires réels au cours des deux dernières années. En 2020, la direction a tenté d’inverser une augmentation de salaire de 2,2%, qui aurait volé une semaine de salaire aux 12 000 employés de l’université. Plus tard, l’université a publié un Excédent de 178 millions de dollars. La rémunération est donc au centre des préoccupations.

Les travailleurs se battent également pour une conversion massive des travailleurs occasionnels en emplois sûrs, exigeant qu’au moins 80 % du personnel soit employé avec des contrats à durée indéterminée. Actuellement, plus de la moitié de la main-d’œuvre sont maintenues sur des contrats occasionnels ou à court terme – un taux effarant battu seulement par le secteur de l’hébergement et de la restauration. De nombreux membres du personnel travaillent pour l’université depuis plus de cinq ans, mais restent dans un travail précaire sans aucun moyen de planifier leur avenir et ont peur de s’exprimer en raison du risque de ne pas être réembauchés pour le prochain semestre.

Le personnel a également élaboré une clause simple mais populaire en douze mots qui ébouriffera certainement quelques plumes dans le bureau du vice-chancelier : « Qu’il n’y ait pas de licenciements forcés pendant la durée de l’accord ».

Il y a peu d’universités australiennes qui ont attaqué leur main-d’œuvre aussi impitoyablement que l’Université de Melbourne au cours de la dernière décennie. Plusieurs restructurations majeures ont entraîné des licenciements massifs, dont le tristement célèbre 2014 Programme d’amélioration des affaires qui a supprimé les emplois de 540 employés – à l’époque, le plus grand licenciement sur un campus australien. L’université a ensuite licencié des centaines de travailleurs en 2020 sous le couvert de la pandémie. Aujourd’hui, le personnel réclame un minimum de dignité : trois ans sans plus de licenciements.

Ensevelie sous les revendications se cache une bataille pour le cœur de l’université. Melbourne détient des milliards de dollars d’actifs et d’investissements, et engrange constamment des profits annuels de centaines de millions de dollars grâce à l’exploitation du personnel et des étudiants. Le vice-chancelier Duncan Maskell est le patron d’université le mieux payé d’Australie, “gagner” 1,5 million de dollars par an. Pour le personnel, il est devenu un symbole de tout ce qui ne va pas avec l’université, délivrant des messages depuis son manoir de Parkville (que l’université paie) sur la nécessité pour chacun de faire des sacrifices.

Maintenant, un combat se prépare. Quelles priorités l’emporteront ? La vie du personnel et l’éducation des étudiants, ou les profits des patrons de l’université ?

« Le personnel de l’université est celui qui fait fonctionner l’université. C’est nous qui dispensons l’éducation aux élèves, nous méritons donc d’être traités avec dignité et respect », a déclaré un professeur de mathématiques après le rassemblement.

Une nouvelle vague de syndicalisation de la base, avec des réseaux de délégués et de militants syndicaux en expansion dans certaines facultés, est particulièrement encourageante. La base de cela a été construite grâce à des années d’organisation patiente, en particulier la campagne des travailleurs occasionnels pour dénoncer le vol systémique des salaires de l’université totalisant plus de 45 millions de dollars. Les militants s’inspirent et tirent les leçons des récentes grèves des travailleurs de l’Université de Sydney et de la grève massive de l’Université de Californie.

Le personnel comprend que pour obtenir gain de cause, il faudra de nouvelles actions revendicatives plus perturbatrices. L’assemblée de masse des grévistes de mercredi a voté à l’unanimité pour approuver une motion appelant à “envisager sérieusement d’intensifier notre action revendicative”, y compris “la possibilité d’une grève illimitée en juin”.

Source: https://redflag.org.au/article/unimelb-staff-start-campaign-strike

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire