Le pouvoir de changer le système

0
50

Alors que la COP26 approche à grands pas, une vague d’action syndicale en Écosse démontre l’énorme opportunité de lier la lutte des travailleurs à l’organisation climatique. Sara Bennett, Pete Cannell et Raymond Morrell soutiennent que d’énormes changements dans la lutte pour le climat sont en cours et que la construction de ces liens sera essentielle pour gagner un changement révolutionnaire.

1er mai d’Édimbourg en mars 2019. Image de Pete Cannell CC0

Après les élections écossaises du 21 mai, le SNP et les Verts sont à la tête du gouvernement écossais. Les deux parties prétendent être proactives sur le changement climatique et progressistes sur les droits des travailleurs. Pourtant, le SNP n’a pas atteint ses objectifs d’émissions de CO2 pendant trois années consécutives. Son manifeste électoral comportait des discussions sur la mise à l’essai d’une semaine de travail de quatre jours et insistant sur des pratiques équitables sur le lieu de travail à prendre en compte pour les contrats gouvernementaux. Cependant, à l’approche de la COP26, elle s’est retrouvée confrontée à des conflits sociaux dans les transports publics et les travailleurs des conseils locaux.

Dès le 27 octobre, l’action revendicative des travailleurs de ScotRail qui aurait paralysé
Le réseau ferroviaire écossais a été interrompu après que le syndicat RMT est parvenu à un accord sur un accord d’un an. De manière critique, l’accord omet les « économies d’efficacité » – la direction parle de suppressions d’emplois et d’une intensification du travail – que ScotRail exigeait. Il semble probable que l’action des travailleurs des poubelles de Glasgow et d’autres membres du personnel du conseil se poursuivra.

Train ScotRail en gare - Les travailleurs de Scotrail avec RMT ont annulé leur grève après avoir obtenu un règlement
Image de James Anderson CC BY-SA 2.0

Les grèves de ScotRail ont été annulées quelques jours seulement avant le début des pourparlers des Nations Unies sur le climat, la COP26, à Glasgow. L’impératif pour la conférence est de convenir d’actions qui garantissent que les émissions de gaz à effet de serre (principalement de CO2 et de méthane) sont réduites rapidement pour atteindre l’objectif convenu de limiter l’augmentation moyenne de la température mondiale à 1,5 degré centigrade.

Il est presque certain que les pourparlers n’y parviendront pas. En 2020, malgré une activité économique réduite en raison du confinement, la concentration de dioxyde de carbone dans l’atmosphère a augmenté plus rapidement que la moyenne de la décennie précédente. 2021 devrait connaître la deuxième plus forte augmentation des émissions de CO2 jamais enregistrée. Pas de surprise, puisque les émissions de carbone ont augmenté presque chaque année que les discussions de la COP ont eu lieu depuis la première conférence à Berlin en 1995. L’augmentation globale en parties par million de CO2 dans l’atmosphère depuis 1995 dépasse l’augmentation totale au cours des 200 années précédentes. Un manque d’impact stupéfiant qui pousse l’humanité au bord d’un réchauffement planétaire incontrôlable.

Il est difficile de garder espoir alors que les dirigeants du monde se réunissent à nouveau. Mais si l’attention est détournée des réunions de table, il est clair que des changements importants sont en train de se produire. Les rapports du GIEC sont produits par consensus parmi les scientifiques du monde entier. La section sciences physiques du dernier rapport a été publiée en août 2021. Elle met en évidence le gouffre entre les réductions de gaz à effet de serre qui doivent se produire et la réalité des augmentations continues. Des augmentations qui reflètent le fait que si les investissements dans les énergies renouvelables ont augmenté, cette croissance est dépassée par les nouveaux investissements dans les combustibles fossiles. Les deuxième et troisième sections du rapport ne devaient pas être publiées avant 2022 mais, dans un geste sans précédent, des scientifiques ont divulgué des projets de textes. Essentiellement, le message est que limiter l’augmentation moyenne des températures mondiales à 1,5 degré d’ici la fin du siècle n’est possible que s’il y a des changements fondamentaux dans la façon dont l’activité économique et sociale est organisée dans le monde. Le message est tout simplement que le statu quo, basé sur l’hypothèse que le marché entraînera une transition vers une économie à faibles émissions de carbone, n’est tout simplement pas une option.

Pour beaucoup, peut-être la plupart des militants du climat, les conclusions du GIEC sont de vieilles nouvelles. C’est précisément à cause de la manière dont, année après année, les dirigeants mondiaux se sont lancés dans la dernière COP et ont pris des décisions fondées sur l’hypothèse que le marché est sacro-saint que tant de personnes ont conclu que le changement de système était la seule réponse. Le slogan ‘System Change Not Climate Change’ est toujours présent sur les manifestations climatiques dans le monde entier. Mais ce que signifie le slogan et comment le changement est réalisé est moins clair. Les entreprises capitalistes répondront-elles aux impératifs éthiques ou une réglementation étatique est-elle nécessaire pour forcer un changement de comportement ? Un système axé sur le profit et l’accumulation de capital peut-il coexister avec une économie durable à zéro carbone ? Ou avons-nous besoin d’une réorganisation beaucoup plus fondamentale de la société ? Et en même temps, étant donné la force du capital fossile – structuré à travers un siècle d’exploitation du charbon et du pétrole et reposant sur de vastes ressources de richesse et d’énergie – où est le pouvoir pour que cela se produise ?

Les débuts de la réponse à cette question du pouvoir de changer le système sont évidents dans la montée du mouvement de grève des étudiants dans le monde et dans les manifestations de masse qui ont précédé la pandémie mondiale. Mais, à part un moment il y a deux décennies où les tortues et les coéquipiers ont marché ensemble, les travailleurs organisés ont largement été absents de la scène. C’est pourquoi l’action revendicative autour de la COP de Glasgow est si importante. Des personnalités clés du mouvement, dont Greta Thunberg, ont reconnu l’importance de l’action de la classe ouvrière.

Pendant trop longtemps, cependant, la demande d’une transition juste dirigée par les travailleurs a été abstraite et déconnectée de tout sentiment d’agence de la classe ouvrière. Alors que les militants du climat ont promu l’idée, les exemples concrets d’action de classe ont fait défaut. Ainsi, alors que le changement climatique est devenu l’agenda de la plupart des syndicats en Grande-Bretagne, la déconnexion entre l’économie et la politique au sens large continue d’exercer une influence sur l’engagement des syndicats dans la question climatique. Par exemple, le GMB a tourné le dos à une action significative avec son soutien à la fracturation hydraulique. Il soutient également une approche de la fourniture d’énergies mixtes qui peut apparaître comme un pas dans la bonne direction mais permet au statu quo de perdurer sous couvert de sonner plus équilibré. Pendant ce temps, Unite, qui représente des membres travaillant dans certains des principaux secteurs écologiquement préjudiciables, s’oppose à la fracturation hydraulique. Cependant, il a souvent adopté des politiques judicieuses pour soutenir les emplois climatiques tout en limitant leur efficacité en étant incapable de penser au-delà de l’immédiateté de la fourniture d’emplois, comme sa position en faveur de l’expansion de l’aéroport de Gatwick.

Le rôle principal des syndicats est bien entendu de défendre les travailleurs, leurs emplois et leurs conditions de travail. Cependant, cela a trop souvent conduit à une focalisation étroite et à une détermination à défendre les emplois néfastes pour le climat qui, à terme, saperont simplement l’existence même de ces emplois à l’avenir. Les emplois dans ces secteurs polluants ont souvent aussi tendance à être plus hautement qualifiés avec une histoire d’organisation. Ils exercent également un certain pouvoir au sein de la structure syndicale. En raison de leur importance en termes de fabrication et de production au Royaume-Uni, ils ont également été parmi les plus touchés par les accords de partenariat, qui tentent essentiellement de convaincre les travailleurs que leurs intérêts correspondent à ceux de leurs patrons. Lorsque les militants pour le climat voient les syndicats agir de cette manière, cela peut engendrer un sentiment de cynisme et considérer ceux qui travaillent dans ces secteurs comme faisant partie du problème plutôt que comme la clé de la solution. Cependant, les travailleurs ont raison d’insister sur le fait qu’il y aura des emplois significatifs et durables pour eux et les générations futures. De plus, de plus en plus de travailleurs à l’intérieur et à l’extérieur de ces secteurs se rendent compte que le temps est écoulé. Ce sont des travailleurs qui pourraient et devraient être au cœur de la planification de ce à quoi ressemblerait une véritable transition juste : quelles compétences il pourrait conserver et développer, comment les transférer pour construire un avenir viable.

Les choses changent. Quatre décennies de néolibéralisme ont entraîné des niveaux d’inégalité grotesques. Ainsi, par exemple, la rémunération des chauffeurs routiers est restée stagnante alors que les conditions de travail ont diminué et que les charges de travail ont augmenté. Cela se reflète dans toute la société. L’impact cumulé de ces tendances, aggravé par la pandémie, se reflète dans les pénuries de personnel dans des secteurs clés, des transports aux soins. Dans ce contexte, les travailleurs commencent à s’organiser, à agir et à gagner.

Que la colère que ces actions représentent ou non, et la confiance qu’elles engendrent, puisse se généraliser au-delà des demandes économiques immédiates pour lutter contre la nécessité d’un changement de système dépend de la manière dont les idées politiques se développent à la fois dans les mouvements syndicaux et climatiques. Enfin, une transition dirigée par les travailleurs nécessite de nouvelles formes d’organisation à la base et un rejet du partenariat employeur.

Objectivement, les conditions sont favorables à son développement. L’écologiste marxiste John Bellamy Foster soutient que la menace existentielle posée par la crise climatique peut créer une situation révolutionnaire dans laquelle la lutte pour la liberté (contre l’oppression, la pauvreté, etc.) et la lutte pour la nécessité (la survie face au chaos climatique) coïncident. Une telle formulation peut sembler une étape impossible de l’action des cheminots et des travailleurs municipaux en Écosse – mais la construction d’un mouvement qui peut réaliser un changement de système (nécessité) sera l’une des nombreuses étapes et retournements – parfois lents – parfois rapides.

Afin de transformer cela en réalité, une étape consiste pour les militants du climat à prêter activement leur
soutien aux grévistes, qu’il s’agisse des éboueurs de Glasgow et de Brighton, des chauffeurs de poids lourds au niveau national ou des travailleurs des bus et des chemins de fer. Soutenir le transport routier peut sembler en apparence contradictoire avec la lutte contre le changement climatique, mais en fin de compte, le changement dont nous avons besoin viendra d’en bas, l’unité entre les luttes étant d’une importance primordiale.

De même, nous devons voir les syndicalistes défiler avec leurs banderoles aux côtés du climat
militants à la COP26 et au-delà. Les combats pour des emplois décents et un environnement décent ne s’opposent pas : ils ne font qu’un.

Écrivant sur la façon dont le néolibéralisme et ses conséquences peuvent être renversés, Panagiotis Sotiris parle de « reconstruction productive ».

Nous devons penser à la « reconstruction productive » non pas comme « un retour à la croissance » mais comme un processus de transformation et de confrontation intense avec le capital, basé sur la propriété publique, l’autogestion et des formes de contrôle ouvrier. Ce doit être un processus d’expérimentation et d’apprentissage.

Cela semble être un très bon programme à la fois pour le climat et les mouvements ouvriers.

La source: www.rs21.org.uk

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici