Le président mexicain construirait une alliance pour contrer le blocus de Cuba

0
348

À l’occasion de la visite récente du président cubain Miguel Díaz-Canel au Mexique, le président mexicain Andrés Manuel Lopez Obrador (AMLO) a évoqué la possibilité que de nombreuses nations coopèrent pour s’opposer au blocus américain de Cuba. AMLO est devenu le champion de Cuba sur la scène internationale, et peut-être pas par hasard : les gouvernements des deux nations sont chacun issus de révolutions sociales et politiques.

Les deux dirigeants ont construit une relation étroite. Diaz-Canal s’est rendu au Mexique en septembre 2021. AMLO était à Cuba en mai 2022. Et AMLO a refusé d’assister à un sommet des Amériques organisé par les États-Unis à Los Angeles en juin 2022 parce que Cuba avait été exclu.

Accompagné de représentants du gouvernement cubain, Díaz-Canel a rejoint le 11 février AMLO dans l’État mexicain de Campeche. Le fait que des équipes médicales cubaines y travaillent maintenant a peut-être aidé à déterminer le lieu de la réunion.

Dans une allocution dans un centre médical, AMLO a salué la solidarité médicale de Cuba et décrit les besoins sociaux non satisfaits de son propre peuple. Il a appelé le gouvernement américain à mettre fin à son blocus de Cuba :

[Cuba] a notre respect, notre gratitude, notre soutien, et nous allons continuer à exiger la levée, la levée du blocus contre Cuba, qui est inhumain. Et il y a plus qu’un vote aux Nations Unies où la résolution anti-blocus est toujours approuvée à une écrasante majorité, et puis c’est comme avant.

Je promets au président Miguel Díaz-Canel que le Mexique dirigera un mouvement plus actif pour que tous les pays se rassemblent et défendent l’indépendance et la souveraineté de Cuba. Il ne sera plus question de traiter Cuba comme un pays terroriste ou de mettre Cuba sur la liste noire des soi-disant terroristes.

Cuba a pu compter sur le soutien du Mexique. Alors que l’invasion de la Baie des Cochons se déroulait en 1961, l’ancien président mexicain Lazaro Cardenas a pris la défense de Cuba devant 80 000 personnes au Zocalo de Mexico. Peu de temps après, le gouvernement mexicain a soutenu Cuba aux Nations Unies. Plus tard, le Mexique a rejeté les appels de l’Organisation des États américains dominée par les États-Unis demandant aux États membres d’imposer des sanctions économiques contre Cuba et de rompre les relations diplomatiques.

AMLO s’est rendu à Cuba en mai 2022. S’exprimant devant les dirigeants cubains, il a rappelé «les moments où les États-Unis voulaient posséder le continent…. Ils annexaient, décidaient de l’indépendance n’importe où ; créer de nouveaux pays, des États librement associés, des protectorats, des bases militaires ; et… envahir. Le gouvernement américain, a-t-il déclaré, doit savoir “qu’une nouvelle relation entre les peuples d’Amérique… est possible”.

Pendant son séjour à Cuba, il a signé des accords pour que de jeunes Mexicains étudient la médecine à Cuba, pour que Cuba fournisse au Mexique des vaccins anti-Covid et pour que des centaines de médecins cubains travaillent au Mexique dans des zones mal desservies.

Des mois auparavant, en septembre 2021, Díaz-Canel était l’invité d’honneur des célébrations à Mexico du 200e anniversaire de l’indépendance nationale du Mexique. Accueillant son hôte, AMLO a salué la fermeté de Cuba dans la défense de sa révolution. Appelant les dirigeants politiques américains à lever le blocus sur Cuba, il a fait appel à leur bon sens et à leur rationalité, ne disant rien sur les nations s’unissant pour s’opposer au blocus.

[The U.S. government] doit lever son blocus contre Cuba, car aucun État n’a le droit d’assujettir un autre peuple, ou un autre pays… [And] Il semble très mauvais que le gouvernement américain utilise le blocus pour blesser le peuple cubain afin de le forcer par nécessité à affronter son propre gouvernement… Le président Biden, qui fait preuve de sensibilité politique, [must] adopter une vision plus large et mettre un terme définitif à la politique des griefs contre Cuba.

L’accent était cependant différent lorsque les deux dirigeants se sont rencontrés récemment, le 11 février à Campeche. AMLO a dévoilé une approche évoluée et plus énergique pour mettre fin au blocus. Il a accordé à Díaz-Canel la plus haute reconnaissance du Mexique accordée aux notables étrangers, l’ aigle aztèque , puis a fait l’éloge de Cuba comme un cas particulier pour sa résistance acharnée à l’application américaine de la doctrine Monroe . Il a continué:

Je soutiens aussi qu’il est temps d’une nouvelle coexistence entre tous les pays d’Amérique, car ce modèle imposé il y a plus de deux siècles est complètement épuisé, il est anachronique, il n’a pas d’avenir. Il n’y a plus d’issue, cela ne profite plus à personne, il faut mettre de côté l’arbitrage qui nous est imposé soit de suivre les Etats-Unis soit d’être dans l’opposition, courageusement et défensivement.

Il est temps d’exprimer et d’explorer une autre option, celle de dialoguer avec les dirigeants de tous les pays et en particulier avec les dirigeants américains, et de les convaincre et de les persuader qu’une nouvelle relation entre les pays de notre continent, de toute l’Amérique, est possible. Je crois que les conditions sont désormais parfaites pour atteindre cet objectif de respect mutuel.

Dans une interview plus tard, le ministre mexicain des Affaires étrangères Marcelo Ebrard a donné quelques détails :

Le président Lopez Obrador veut réunir les présidents des États progressistes d’Amérique latine pour aborder la sécurité alimentaire, le bien-être et d’autres questions importantes pour notre communauté de nations. C’est quelque chose dont nous devons discuter avec d’autres ministres des Affaires étrangères et aller de l’avant dans les mois à venir.

Les gouvernements progressistes auxquels AMLO pense, selon Ebrard, sont le Mexique, l’Argentine, le Brésil. Colombie, Cuba, Venezuela, Bolivie, Chili et Honduras. Ils comprennent « les trois plus grandes économies d’Amérique latine ». L’implication peut être que ces pays, collaborant sur diverses questions, y compris politiques, ont suffisamment de poids économique pour faire pression sur les États-Unis sur Cuba.

Le président Díaz-Canel lui-même a construit d’autres ponts. Ces dernières semaines, il s’est rendu au Belize, à Saint-Vincent-et-les Grenadines et à la Barbade, pour le 7e Réunion au sommet CARICOM (Communauté des Caraïbes) – Cuba.

L’accent mis par AMLO sur les nations progressistes est crucial. Il a travaillé à la relance de la Communauté des États d’Amérique latine et des Caraïbes (CELAC) en tant que véhicule d’action collective, malgré la participation de nations gouvernées par des conservateurs. Pourtant, il n’a pas assisté au sommet de la CELAC qui a eu lieu en janvier et peut donc être découragé quant aux perspectives pour la CELAC de servir ses objectifs.

Le pouvoir d’AMLO d’orchestrer le soutien régional est limité. Il ne reste que 18 mois de son mandat de six ans à la présidence d’un pays dépendant économiquement des États-Unis et divisé géographiquement, ethniquement et par classe sociale. Néanmoins, Cuba, dont les ressources extérieures pour mettre fin au blocus économique américain sont à peine infinies, a cruellement besoin d’un partenariat international qui offre un pouvoir de persuasion. Les bouées de sauvetage lancées par AMLO sont un début dans cette direction.

Source: https://www.counterpunch.org/2023/02/17/mexicos-president-would-build-an-alliance-to-counter-cuba-blockade/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire