Le problème des camps de réfugiés au Moyen-Orient et en Afrique du Nord

0
83

Source de la photographie : Département d'État américain – Domaine public

En 2024, 12 % des « personnes déplacées de force et apatrides » devraient provenir de la région du Moyen-Orient et de l’Afrique du Nord (MENA), selon les Nations Unies. Ce déplacement sera dû à la guerre, aux crises humanitaires et aux catastrophes environnementales. Les causes récentes de ce chiffre sont la guerre civile au Soudan et les conséquences des catastrophes naturelles en Turquie, en Syrie, au Maroc et en Libye. Ce pourcentage n’inclut pas les millions de personnes déplacées en Palestine depuis 1948.

Dans le camp de réfugiés de Za'atari, en Jordanie, où vit Souad, une Syrienne enceinte de 20 ans, les enfants représentent 50 pour cent de la population du camp, soit plus de 80 000 personnes.

« Élever un enfant dans le camp est difficile. L'accès aux ressources essentielles telles que les vêtements et le lait maternisé est limité », a déclaré Souad au Wilson Center, un groupe de réflexion politique basé aux États-Unis, en juin 2023.

Pendant une courte période en 2013, Zaatari était la quatrième plus grande ville de Jordanie et accueillait à l'époque plus de 200 000 Syriens. La population du camp de réfugiés, vieux de 11 ans, a diminué depuis, mais sans aucun signe de fin du conflit en Syrie voisine, Za'atari reste le plus grand camp de réfugiés du Moyen-Orient et l'un des plus grands au monde. selon le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR). (La grande majorité des réfugiés ne vivent pas dans des camps formels.)

Le HCR a déclaré qu’environ 131 millions de personnes devraient être déplacées dans le monde en 2024.

Sur les 131 millions de personnes qui devraient être déplacées, 63 millions devraient être des déplacés internes et 57 millions supplémentaires seront des réfugiés ou des personnes déplacées à l'extérieur, a indiqué le HCR. Comme à Zaatari, les femmes et les enfants constitueront la grande majorité des personnes déplacées.

En 2022, plus des trois quarts des réfugiés étaient hébergés dans des pays à revenu faible ou intermédiaire, la Turquie étant en tête en nombre avec 3,6 millions, suivie par l'Iran avec 3,4 millions. Pendant ce temps, « le Liban accueille le plus grand nombre de réfugiés par habitant (un sur huit), suivi de la Jordanie (un sur quatorze) », a déclaré le Carnegie Endowment for International Peace.

La majorité des réfugiés de la région MENA viennent de Syrie, où la guerre civile a commencé en 2011 et se poursuit sans relâche. Plus de 5,3 millions de réfugiés syriens se trouvent en Turquie, au Liban, en Jordanie, en Irak, en Égypte et en Afrique du Nord. L'Allemagne accueille également environ 560 000 réfugiés syriens, le plus grand nombre d'Europe.

Cela n’inclut pas les quelque 6,8 millions de personnes déplacées qui restent en Syrie. Environ les trois quarts des personnes relevant de la compétence du HCR dans la région MENA étaient des déplacés internes, dont des millions à cause des guerres civiles au Yémen et en Syrie.

Za'atari, qui abrite une artère commerciale animée connue sous le nom de Sham Elysées (un jeu de mots sur le mot arabe désignant la Syrie et l'avenue parisienne des Champs-Élysées), est souvent mise en avant pour l'esprit « entrepreneurial » des réfugiés. Mais Asia Amari, 18 ans, résidente du camp, a déclaré en 2016 à CNN : « Nous ne vivons pas ici, c'est juste une existence. »

Une visite dans un autre camp de réfugiés syriens en Jordanie, Azraq, révèle une histoire très différente de celle d’un bazar florissant. Conçu comme un camp modèle, Azraq a été caractérisé comme « une enceinte fortement contrôlée, misérable et à moitié vide de quartiers symétriques qui restreint l’activité économique, les déplacements et l’expression de soi ». Les réfugiés l’ont qualifié de « prison à ciel ouvert » et les observateurs extérieurs l’ont qualifié de « cauchemar dystopique ».

Pendant ce temps, nLes premiers 6 millions de réfugiés palestiniens multigénérationnels relèvent du mandat d’un autre organisme des Nations Unies. Environ 1,5 million de réfugiés palestiniens vivent dans des camps de réfugiés dans la bande de Gaza, en Cisjordanie, en Syrie, au Liban et en Jordanie, et un plus petit nombre réside dans d'autres pays de la région MENA.

Selon l’Office de secours et de travail des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), qui supervise les camps de Palestiniens, « les conditions socio-économiques dans les camps sont généralement mauvaises, avec une forte densité de population, des conditions de vie exiguës et des infrastructures de base inadéquates. comme les routes et les égouts.

Par exemple, les près de 488 000 réfugiés palestiniens au Liban sont apatrides et « ont un accès très limité aux soins de santé publics, à l’éducation ou à l’économie formelle », selon le groupe de réflexion Migration Policy Institute. Près de 45 pour cent d’entre eux vivent dans des camps. Selon l'organisation non gouvernementale Anera, « dans certains camps libanais, lorsque les pluies hivernales arrivent, les eaux usées se déversent dans les maisons ». En 2012, une étude du Lancet publiée pour évaluer la santé et la situation de vie des réfugiés palestiniens résidant dans ces camps a révélé que 31 pour cent souffraient de problèmes de santé chroniques et 55 pour cent souffraient de « détresse psychologique ». Non seulement les violences basées sur le genre constituent un problème majeur dans ces camps, mais selon l’UNRWA, «[v]de violents affrontements [among various groups] sont [also] un phénomène régulier.

Autre exemple des conditions désastreuses des Palestiniens, à Gaza, le taux de pauvreté dépasse les 80 pour cent, tout comme le pourcentage de personnes dépendant de l’aide humanitaire. Pendant ce temps, le taux de chômage était de 47 pour cent en août 2022. Anera rapporte qu'en 2017, 13 pour cent de la population jeune était confrontée à la malnutrition. Et c’était avant qu’Israël ne commence sa campagne de bombardements et d’invasion génocidaires.

Comme beaucoup de Palestiniens, de nombreux réfugiés conservent un fort désir de retourner dans leur pays d’origine, si les conditions leur permettent à nouveau de rentrer en toute sécurité. Mais rares sont ceux qui en ont l’opportunité : par exemple, au cours des huit premiers mois de 2023, moins de 25 000 réfugiés syriens ont pu rentrer dans le pays.

D'autres, comme Amari, souhaitent se réinstaller en Europe, au Canada ou ailleurs. Mais pour l’instant, ils sont coincés dans des camps sordides.

Cet article a été réalisé par Globetrotter.

Source: https://www.counterpunch.org/2024/01/08/the-problem-of-refugee-camps-in-the-middle-east-and-north-africa/

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.



Laisser un commentaire