Le programme espagnol de soutien aux systèmes de transport intelligents obtient le feu vert de l’UE

0
116

Un programme espagnol de 20 millions d’euros mis à disposition par le biais de la facilité pour la reprise et la résilience (RRF) soutenant le déploiement de systèmes intelligents qui fourniront des services de communication et d’information améliorés pour les autoroutes et les tunnels du réseau routier espagnol conformément aux règles de l’UE en matière d’aides d’État, a déclaré la Commission européenne le 19 janvier.

Selon la Commission, la mesure améliorera la sécurité routière en Espagne et contribuera à rendre le trafic routier plus durable, grâce au déploiement et à l’amélioration des technologies numériques avancées, conformément aux objectifs stratégiques de l’UE relatifs à la transition numérique, tout en limitant les éventuelles distorsions de concurrence.

La mesure, dotée d’un budget estimé à 20 millions d’euros, sera entièrement financée par le FRR à la suite de l’évaluation positive par la Commission du plan espagnol pour la relance et la résilience et de son adoption par le Conseil.

Le programme se poursuivra jusqu’au 31 décembre 2024 et le soutien prendra la forme de subventions directes. Il sera attribué, à l’issue d’une procédure de sélection compétitive, aux concessionnaires et aux sociétés d’exploitation et de maintenance (« O&M ») actifs sur le réseau routier national, a indiqué la Commission européenne.

La mesure vise à améliorer la sécurité du trafic, l’efficacité, l’interopérabilité, l’efficacité énergétique et l’innovation dans les autoroutes et les tunnels gérés en régime de concession ; et améliorer la sécurité dans l’exploitation et l’entretien des routes.

Dans ce contexte, les projets de systèmes intelligents qui pourront bénéficier d’un soutien dans le cadre du régime comprennent, entre autres, des systèmes de détection automatique d’incidents, des systèmes de surveillance des conditions atmosphériques sur les routes, des systèmes intelligents de contrôle de l’éclairage, des systèmes coopératifs pour rendre le réseau de transport national plus interopérables, et des systèmes permettant un fonctionnement à distance et automatique dans les travaux de maintenance grâce à des drones et des machines numérisées.

La Commission a déclaré que l’aide facilitera le développement d’une activité économique, et plus particulièrement la numérisation de certains services économiques liés à l’infrastructure routière grâce au déploiement et à l’amélioration de systèmes intelligents. Cette numérisation contribuera également à combler le fossé numérique avec les infrastructures routières, où l’État a déjà réalisé des projets d’investissement similaires ou les développe actuellement.

L’aide est nécessaire et proportionnée pour que les investisseurs réalisent les projets de numérisation ciblés. À cet égard, les concessionnaires et les sociétés d’O&M sollicitant un soutien devront soumettre une analyse coûts-avantages démontrant leur déficit de financement ; et le montant maximal de soutien qu’un projet peut recevoir est basé sur des estimations de coûts raisonnables, a déclaré la Commission, notant que les effets positifs de la mesure en termes de contribution à la numérisation de certains services économiques liés à l’infrastructure routière l’emportent sur tout effet négatif éventuel effets en termes de distorsions de concurrence.

La source: www.neweurope.eu

Cette publication vous a-t-elle été utile ?

Cliquez sur une étoile pour la noter !

Note moyenne 0 / 5. Décompte des voix : 0

Aucun vote pour l'instant ! Soyez le premier à noter ce post.

Laisser un commentaire